musique rock
radio rock
La Grosse Radio ROCK sur  vidéo rock La Grosse Radio sur Twitter  webzine rock radio rock
Teeshirts SOLDES ETE 2014
 webzine reggae
radio reggae
La Grosse Radio / Rock / Webzine rock / Chronique / FORGET THE HEROES - Atomized
FORGET THE HEROES - Atomized
Jeudi 29 Avril 2010 à 19h40, by edgecrusher90 , vu 873 fois
Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce 2e album des FORGET THE HEROES se sera fait attendre. C'est donc après avoir sorti un Maxi, qui s'est muté en EP, puis en premier album (avec à chaque fois un ou deux titres en plus), que l'on a enfin droit à un set complet de nouvelles compositions. Attente d'autant plus inexcusable que "We don't need guitar", sorti en 2008, nous avait tapé si fort dans l'oeil et les esgourdes qu'il ne voulait plus en sortir. Alors forcément, l'impatience devenait insupportable, tandis que le niveau d'exigence augmentait considérablement. C'est là tout le problème des groupes dont la musique parvient à faire chavirer les sens, ils se condamnent tout seuls à devoir constamment faire mieux, sous peine de perdre toute la reconnaissance qu'ils avaient durement gagné. Pourtant, personne ne les force à rentrer dans ce cercle infernal. Tout ça pour dire que bien souvent, un 2e album confirme ou infirme les espoirs qu'avaient fait naître son prédécesseur. Qu'en est-il de cet "Atomized" ?


     Le premier morceau nous ramène en terrain connu : "See My Home" est du FORGET pur jus, immédiatement reconnaissable. Un petit coup de violon qui se fait virevoltant quand nécessaire, une voix chaude entre Norah Jones et les divas de la Soul capable de faire naître l'émotion avec une facilité déconcertante, et une section rythmique tout en groove. Le groupe n'a rien perdu de ses qualités et a réalisé de gros progrès au niveau des arrangements, affinant encore son écriture, bien aidés par leur ingé-son Franck Redlich (Arthur H, Stevie Wonder, Plasticines entre autres) qui a en partie joué le rôle de producteur et les a semble-t il encouragé à intégrer de nouveaux éléments dans leur musique. C'est sûr  que même s'il n'en contient pas beaucoup plus, cet album aurait eu du mal à s'appeler "we don't need guitar", louchant davantage  vers le rock que n'osait le faire son prédécesseur. La musique n'est pourtant pas fondamentalement différente, il s'agit toujours d'un délicieux cocktail de sonorités Jazz/Soul/Funk dans des chansons aux structures Pop/Rock. Pourtant, l'intensité est ici bien plus appuyée, presque palpable. Le gros travail sur les arrangements a porté ses fruits, chaque élément est à sa place, la sophistication extrême étant parfaitement dissimulée par une apparente simplicité : la musique évolue de façon on ne peut plus naturelle, en devient évidente. La palette de couleurs présentées n'en devient que plus chatoyante et agréable à l'écoute. Rien n'est forcé, tout est fluide et coule de source. C'est donc avec bonheur que les titres défilent sans que l'on puisse les séparer précisément, ni que le besoin s'en fasse  jamais sentir.


     Outre le gros travail réalisé sur le son (le mastering de Raphaël Jonin, habitué des grosses pointures avec à son actif Téléphone, Jane Birkin ou Lily Allen, y est ptêtre pour quelque chose,) et les arrangements, on sent que les  Forget ont considérablement mûri et gagné en expérience, n'hésitant plus à aller au bout de leurs idées et de leurs envies. Tantôt loufoque (le gros délire "OhOohAhAha"), intimiste (l'enchaînement entre la superbe chanson titre "atomized", qui touche une corde sensible, avec "ten memories"), langoureux (la magnifique ballade "your name"), ou plein d'espoir ("on the moon"), les chansons présentes sur cet opus font rarement dans la demi-mesure. Virginie et son violon font toujours merveille, tantôt discret (légèrement mixé en retrait sur "just a shame") ou franchement débridé, comme sur le tube "distinct is your life", funky à souhait, qui fait écho à l'irrésistible "my number" du premier opus. Tout juste pourrait-on regretter une fin d'album un peu mollassonne. Non pas que les 2 derniers titres soient mauvais, loin de là. Il aurait toutefois peut-être été plus judicieux de remettre un petit coup d'accélérateur, un titre supplémentaire plus énergique qui aurait conféré plus d'équilibre à l'ensemble. On peut de toutes façons parier sans prendre trop de risques que les choeurs du final de "the one", qui conclut cet "atomized" de fort belle manière, ne pourront laisser qu'une irrépressible envie à l'auditeur d'enclencher à nouveau la touche "play" de son lecteur. Un signe qui ne trompe pas, celui d'une franche réussite. Les connaisseurs peuvent se jeter sur cet album sans hésiter, quand aux autres, on ne peut que leur conseiller de découvrir un groupe talentueux qui le mérite. La meilleure bande-son qui soit pour le retour de la belle saison.

8,5/10

www.myspace.com/forgettheheroes
forgettheheroes.com/WordPress/
 musique rock
 écouter radio rock
COMMENTER CET ARTICLE
Vos commentaires
radio rock
NOS CHRONIQUES ROCK
radio rock
NOS INTERVIEWS ROCK
 webradio rock
NOS LIVE REPORTS ROCK
 vidéo rock
NOS ACTUS ROCK
 webzine rock
NOS VIDEOS ROCK
 écouter radio rock
NOS FLASHBACKS ROCK
Les Newsletters
Les flux RSS
radio rock Tout le webzine de la grosse radio
 webzine rock Le webzine ROCK
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2014