webzine rock
La Grosse Radio sur  vidéo reggae La Grosse Radio sur Twitter  musique reggae  vidéo rock  musique rock
  • Les dernières tentations de Zebra
  • Gros clips
  • Contrebande 2020
La Grosse Radio / Les émissions / No-Man : Quand la musique devient une expérience
No-Man : Quand la musique devient une expérience
Dimanche 25 Octobre 2020 à 00h45, by Lea , vu 2984 fois

No-ManNo-Man est un groupe atypique, né du projet novateur du chanteur Tim BOWNESS, ainsi que du guitariste et multi instrumentiste Steven WILSON. L'oeuvre du groupe s'avère assez hétérogène avec des styles aussi différents que la pop-dance, le progressif planant ou l'électro-rock expérimental.

En 1986 Steve Wilson produit Exposure, une compilation de rock progressif à laquelle il glisse une de ses compositions, « From A Toyshop Window ». Il signe ce titre du nom de No-Man is an Island. L'année suivante, S. Wilson produit Double Exposure, second volume de sa compilation où apparaît pour la première fois le chanteur Tim Bowness (membre du groupe Plenty).


Rejoint par les violoniste Ben Coleman, le trio officialise sa collaboration peu de temps après. Le succès n'est pourtant pas encore au rendez vous, même après la sortie de The Girl From Missouri en 1989.

No-Man poursuit alors en développant un style pop, sombre et minimaliste où une large place est laissée à la musique électronique notamment dans leurs premiers singles (Colours, Days in The Tress, Ocean song...). Le premier album de No-Man « Loveblows and Lovecries » sort en 1993 et séduit un public plus large avec sa rythmique presque danceflloor.

Flourmouth, le deuxième album sort a peine un an après et se démarque de son prédécesseur. On y retrouve des ballades plus intimistes même si quelques titres rappellent les sons dance pop efficaces et directs de Loveblows and Lovecries. Notons les participations (entre autres guests) de Robert Fripp (KING CRIMSON), Richard Barbieri (JAPAN), Ian Carr (NUCLEUS), Mel Collins (KING CRIMSON), Steve JANSEN (JAPAN) et Chris Maitland (PORCUPINE TREE). Malgré les qualités indéniables de cet album, le groupe est lâché par son label qui n'est pas en accord avec les orientations anti-commerciale du groupe. C'est au même moment que Ben Coleman le violoniste, décide de quitter le groupe.

Le groupe réduit au duo sort tout de même en 1995 "Flowermix", version remixée de "Flowermouth". Cet album présente peu d'intérêt et flirte avec une ambiance techno qui peut paraître incongrue. S'en suit une période électronique avec notamment la sortie de deux albums : Housewives Hooked On Heroin (1996) et Wild opera (1996).

Progressivement, le groupe abandonne l'ambition de séduire un large public. Pour les amateurs de pop-rock-progressive, on y perd pas au change, car c'est à partir de cette période que le groupe va pouvoir réellement mettre en valeur son potentiel. No-Man ne cherche pas à nous en mettre plein la vue avec des morceaux techniques, mais pour autant, leur musique est loin d'être simpliste. Avant tout elle est unique, mélange subtile d'absolument tous les styles de musique softs : pop, jazz, trip hop et rock sont alors à l'honneur.

"Dry Cleaning Ray" (1997) est le nom du troisième album studio du duo britannique. Les albums suivants s'éloignent encore davantage des expérimentations électroniques et le groupe tourne définitivement la page en 1998 en sortant Carolina Skeltons, opus bien plus apaisé que les anciens albums. Cette Å“uvre unique marque un changement stylistique radical pour le groupe, et annonce quelques beaux chef-d'Å“uvres à venir... Exit ici en effet l'orientation « trip-hop » qui caractérisait les albums précédents (tous excellents, ou à défaut furieusement originaux !), à grand renfort d'électronique et de Down Tempo.

L'emploi du temps chargé de Wilson (Porcupine tree) et Bowness (Samuel Smiles) nous fait languir quelques temps avant de voir naître l'album suivant "Returning Jesus" (2001). Ce dernier, se veut davantage artisanal et conventionnel, même si il est loin de délaisser une certaine ambition créative, et un goût prononcé pour les ambiances éthérées. A ne pas manquer ! Cette Å“uvre est tout bonnement splendide. Returning Jesus compte pas moins de huit guests qui apportent tous leur pierre à l'édifice. Mention spéciale à Rick Edwards qui nous enchante avec son jeu de percussion hypnotisant sur Close Your Eyes. Tous les éléments musicaux sont divinement pensés et pesés : la mélodie douce et répétitive de la guitare sur ce même Close Your Eyes en est l'exemple parfait. Ajoutez à cela un Tim Bowness qui chante de façon plus émotionnel que jamais et vous avez un titre incontournable sans fioriture et sans dépense d'énergie. Un vrai morceau d'anthologie !

Remasterisé en l'an 2002, "Heaven Taste" est une collection de titres rares, de versions remaniées ou de faces B datant de la période 1991-1995. L'album suivant, Together We're Stranger, s'inscrit dans la lignée pop sophistiquée et séduira les fans d'ambiance calme et atmosphérique. A l'instar de Returning to Jesus, la musique, souvent dépourvue de rythme, fait la part belle aux sonorités synthétiques et comprend de longues parties instrumentales.

Speak, le dernier album sorti en août 2004 est quant à lui une réédition de 1999 dont il était devenu difficile de se procurer un exemplaire à cause d'une distribution erratique.

Le duo Wilson, Bowness (bien que chacun s'investisse dans de multiples projets parallèles) ne semble pas à cours d'inspiration... On attend donc la suite avec impatience !

Merci à Yves de MUSEA pour son aide à la rédaction de cette chronique : http://www.musearecords.com

 écouter radio rock
 vidéo reggae
COMMENTER CETTE EMISSION
Vos commentaires
Rechercher une actu émission
Rechercher un podcast
 musique métal
 radio reggae
Les flux RSS
 webradio reggae Les News Emissions
 webradio reggae Les Podcasts
 musique rock
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2020