écouter radio métal
La Grosse Radio METAL sur  musique métal La Grosse Radio sur Twitter radio metal  forum metal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Chronique / Flux Conduct - Yetzer Hara
Flux Conduct - Yetzer Hara

On ne présente plus Monuments, groupe anglais de djent qui s'est imposé parmi les formations les plus marquantes de ce courant qui déborde de vitalité... et de combos sans grand intérêt, pâles copies les uns des autres (mais la situation est-elle pire qu'en death mélodique ?). Après deux albums excellents, on est toujours sans nouvelles depuis The Amanuensis (2014), mais le guitariste John Browne ne reste pas inactif, puisque voici déjà le deuxième album de son projet Flux Conduct, projet qui pourrait devenir un vrai groupe. 

Après un premier essai entièrement instrumental, cette deuxième galette introduit du chant. Problème, djent et chant ne font pas toujours bon ménage (une version instrumentale de l'album est d'ailleurs prévue), ce dont Browne doit être conscient, car il a trouvé une sorte de perle rare en la personne de Renny Carroll, chanteur de Forever Never, un groupe bien de métal moderne éminemment mélodique. On l'a dit, djent et chant ont parfois du mal à cohabiter de façon féconde, et l'ajout de chant clair se limite parfois (souvent ?) à de longs passages terriblement pauvres mélodiquement parlant (le Tesseract d'Altered State en est un bon exemple).

On pouvait donc être méfiant, d'autant plus que l'album est court (une petite quarantaine de minutes), tous comme les morceaux, davantage tournés vers l'efficacité et l'accessibilité. Ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose, car autant le premier album de Flux Conduct regorgeait de passages terriblement inventifs, autant plus d'une heure de polyrythmies touffues entièrement instrumentale, il fallait se l'enfiler. Le changement est certes un peu brutal, mais la qualité de l'album est indéniable, et doit beaucoup à la performance de son vocaliste.


john browne, renny carroll, melancholia


Renny Carroll s'avère en effet capable de s'adapter et son timbre particulier s'adapte parfaitement aux influences parfois orientales développées ici et là (le break électro-acoustique de "Melancholia" joué en fingerstule par l'excellent Mike Dawes qu'on aurait aimé entendre davantage). Si la majeure partie du chant est en voix claire, comme sur le single "Melancholia" déjà mentionné, les growls ne manquent pas. C'est d'ailleurs une remarque qui s'applique également à la partie instrumentale. John Browne n'a rien perdu de sa capacité à enchaîner les arythmies, il choisit ici de se dicipliner quelque peu et de mettre ses capacités au service des mélodies. En résulte un album qui s'il devrait plaire aux amateurs de Monuments, a ce qu'il faut pour s'imposer plus largement. Seul maître à bord, Browne diversifie sa musique et nous offre un album complet, maîtrisé, varié, gorgé de bonnes idées et qui s'écoute d'une traite. 

 


Le single ci-dessus, un titre plus agressif en dessous.



 


La noirceur est dispensée avec plus de parcimonie mais reste bien présente. C'est le cas également en ce qui concerne les textes, Browne ayant déclaré s'être inspiré de ce qu'il y avait de plus noir chez l'être humain. Avec un titre comme "Concupiscence", on se doute que le thème n'est pas la joie de vivre, ce qui en fait une excellente occasion pour inviter Ola Englund (The Haunted notamment) à poser un solo (un peu court, dommage). Des solos qui manquent un peu. Certes ce n'est pas la marque de fabrique du genre, mais quitte à s'en démarquer et inviter des amis gratteux, on aurait pu en avoir un peu plus, d'autant que quand Oliver Steele (Monuments) se pointe sur le dernier titre pour en placer un, on apprécie !


C'est le seul vrai reproche que l'on peut faire à l'album, qui a en plus la bonne idée de placer deux intermèdes instrumentaux façon musique de films pour ajouter à l'ambiance. On se doute que la pérennité du projet dépendra de l'accueil réservé à cet album. Si John Browne trouvait un peu de place dans son emploi du temps pour parvenir à jongler entre ces deux groupes, tout le monde serait gagnant.

Note de la rédaction :
 webzine metal
8 / 10
 musique métal
radio metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
prog, djent, century media, metal ride, tournée, nancy, nantes Monuments en France pour deux dates cet été
07/06/2016 - Les Anglais de Monuments se font plutôt rares dans nos contrées, c'est un fait. Alors que le successeur de The Amanuensis se fait attendre, la bande emmenée par Chris Barretto profitera tout de même d'une mini-tournée des festivals pour nous rendre ...
Lire l'article
The Haunted, Hellfest, live, show, tour, 2015, concert, gig The Haunted au Hellfest 2015
17/07/2015 - Dimanche, 12h50 – Mainstage 2 Les festivaliers ne semblent pas connaître la fatigue alors que nous abordons la dernière ligne droite de cette nouvelle édition. Et ce n’est pas les Suédois de The Haunted qui vont endormir la foule, foi de ...
Lire l'article
Vos commentaires
 webradio metal
NOS CHRONIQUES METAL
 webzine metal
NOS INTERVIEWS METAL
 musique métal
NOS LIVE REPORTS METAL
 écouter radio métal
NOS ACTUS METAL
 écouter radio métal
NOS VIDEOS METAL
 webzine metal
NOS FLASHBACKS METAL
 écouter radio métal
NOS HUMEURS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 écouter radio métal Tout le webzine de la grosse radio
 webzine metal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2017