écouter radio métal
La Grosse Radio METAL sur  musique métal La Grosse Radio sur Twitter  musique métal  musique métal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Chronique / Periphery - Periphery IV: Hail Stan
Periphery - Periphery IV: Hail Stan
C’est le 5 avril prochain que sortira le très attendu cinquième opus du groupe de metal progressif américain Periphery, pionnier du genre djent. Un metal moderne qui se caractérise par une grande complexité, des guitares à 7 voire 8 cordes et des riffs très heavy et lourds. Après trois ans d’attente, Periphery IV : Hail Stan a pour ambition de confirmer le très réussi Periphery III : Select Difficulty. Et les ambitions sont grandes, car le groupe a pris près d’un an pour composer son dernier opus en créant au passage son propre label, 3DOT Recordings. Le résultat est-il pour autant à la hauteur de nos espérances ?


Ce qui est sûr, c’est que Periphery a bien tenté de sortir des sentiers battus en quittant son ancien label Sumerian records pour nous offrir un opus qui ne va assurément pas mettre tout le monde d’accord. En effet, certains seront sûrement choqués d’entendre des riffs trop heavy et un growl parfois si énervé qu’ils se demanderont si c’est bien du Periphery dans leurs oreilles. D’aucuns seront étonnés de la présence d’électro, de musique très orchestrale, voire classique, ou encore de chœurs et se diront que ce n’est pas du metal, mais de la musique produite par ordinateurs. Enfin d’autres seront très certainement perturbés par un album qui s’est voulu avant tout très progressif, voire expérimental à certains endroits.

Mais avant d’émettre le moindre jugement, il faut écouter la musique, et la musique de Periphery IV, c’est avant tout beaucoup de travail, nombre d’arrangements sur l’ensemble des chansons, ainsi que de la puissance et de la complexité sur la quasi-totalité des morceaux. Car s'il est bien une qualité sur cet album c’est bien celle de nous faire passer de surprise en surprise, par exemple d’une musique agressive à une musique aussi planante que mélodique.

periphery, band

Le premier exemple est bien évidemment le titre phare de plus de 16 minutes qui sert d’ouverture : "Reptile". Il rassemble tout ce qui caractérise cet album : une ouverture orchestrale digne d’un film, des riffs super heavy, des moments planants, des hauts, des bas, des atmosphères différentes, jusqu’à une fin qui nous laisse bouche bée avec le riff tranchant des guitares sur un fond musical digne de la série "Stranger Things". Un morceau si intense qu’il faudrait carrément une chronique entière pour en parler. Pour résumer, voyez ce morceau comme un court métrage du djent, une sorte d’histoire qui dure plus d'un quart d'heure et qui passe aussi vite qu’un morceau de punk. Ce titre aurait fait un parfait final d'album. Mais pourquoi ne pas commencer avec une bombe après tout ?                                 
Et quoi de plus normal par la suite que de voir que l’album a l'audace de venir nous surprendre avec du très agressif et du très heavy à commencer par le très bon single "Blood Eagle". Ce dernier s’inspire des raids vikings avec ses sons de guitares qui sont si des plus tranchants et incisifs. Les guitares de Misha Mansoor, Jake Bowen et Mike Holcomb, telles des armes guerrières, sont là pour rendre le morceau ultra heavy et le solo de guitare est d’ailleurs tout aussi excellent de technicité. Cette violence, voire cette obscurité, sera d’autant plus présente avec "ChVrch BVrner" en particulier et "Follow your Ghost", deux des titres les plus agressifs du répertoire de Periphery. Cela toujours en restant évidemment très technique et progressif. Les musiciens n’y sont pas allés de main morte sur ces trois morceaux dans tous les cas et ces trois titres auront de quoi vous surprendre ! 



Mais que ceux qui veulent du Periphery des derniers albums se rassurent, car ils trouveront facilement des titres un peu plus génériques et classiques. Avec "Garden in the Bones", on retrouve cette classique alternance de son clair et saturé sublimée par le chanteur Spencer Sotelo à la voix cristalline qui sait aussi très bien crier quand il le faut. La ballade plutôt catchy qu’est "It’s only Smiles" et qui comprend un super break-solo très prenant confirmera aussi un air de déjà-vu loin d’être désagréable. Ce sera un peu moins le cas de "Sentient Glow", un peu plus insipide, à part peut-être les riffs rapides et techniques des guitares accompagnées du talentueux batteur Matt Halpern

On notera véritablement la complicité des trois guitares qui, tout a long de l’album, nous livrent des enchainement musicaux très travaillés que ce soit sur les riffs très heavy, les ballades ou encore les solos. Les musiciens savent, avec Spencer, très bien conclure les chansons de cet opus grâce à des riffs qui servent un peu d’exutoire et qui sont extrêmement remarquables et puissants. Ces passages sont la grande force de cet album. 



Et c’est à ce moment qu’il faut parler de l’OVNI de l’album, un peu à l’image du travail de composition, d’enregistrement et de mixage, "Crush". Ce qui est sûr, c’est qu’il y  a vraiment de tout sur ce morceau : de l’électro, du synthwayve et des passages orchestraux digne d’un opéra de musique classique, mêlés à un morceau de Periphery. La créativité de la bande de Misha Mansoor est sans limite et le pire, c’est que c’est sûrement le petit bijou de cet album. Misha et Jake ont dans tous les cas très bien bossé la composition des morceaux en y ajoutant ce genre d’éléments.

Enfin, évoquons la dernière chanson "Satellite", un morceau long de dix minutes qui marche vraiment bien. La chanson ira d’une ballade douce accompagnée par du piano avec un chant plein d’émotions pour aller progressivement vers une fin vraiment épique, heavy et qui donne envie de se lâcher, de se libérer, de tout simplement profiter de ce moment avec en prime des sons un peu électro et des violons, toujours présents pour rajouter à la folie Periphery.

Est-ce que Periphery a vendu son âme au diable avec ce nouvel opus ?  Periphery IV : Hail Stan prouve que les Américains savent rester cohérent en nous offrant une petite pépite sans compromis, remarquable de travail, d’arrangements et de diversité musicale. Assurément l’album le plus heavy et le plus progressif de Periphery. Il faudra l’écouter pour le croire. Etes-vous prêts à dire bonjour à Stan ? En tout cas, il va faire parler...  

Album disponible le 5 avril chez 3Dot Recordings. 
Note de la rédaction :
 webzine metal
9 / 10
radio metal
 écouter radio métal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Periphery,  Periphery IV : HAIL STAN, metal progressif,Blood Eagle, new song, 3DOT Recordings Blood Eagle - Periphery
11/02/2019 - Alors que leur nouvel album Periphery IV : HAIL STAN sortira le 5 avril prochain, le groupe de metal progressif américain Periphery a sorti la semaine dernière un premier titre ''Blood Eagle'' à découvrir dans la vidéo ci-dessous. ...
Lire l'article
Periphery, The Contortionist, Destrage, tour, 2017, europe, prog Periphery : live instrumental
05/05/2017 - Update 1 du 5 mai 2017 Le 15 février dernier, Periphery donnait un concert mémorable à l'Hadden Agenda - Hong Kong. Mémorable, oui, car le set entier était instrumental ! Le talent des Américains n'est plus à prouver, ...
Lire l'article
Vos commentaires
 écouter radio métal
NOS CHRONIQUES METAL
radio metal
NOS INTERVIEWS METAL
 vidéo métal
NOS LIVE REPORTS METAL
 musique métal
NOS ACTUS METAL
 musique métal
NOS VIDEOS METAL
 musique métal
NOS FLASHBACKS METAL
 webzine metal
NOS HUMEURS METAL
 musique métal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 forum metal Tout le webzine de la grosse radio
radio metal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2019