radio metal
La Grosse Radio METAL sur  écouter radio métal La Grosse Radio sur Twitter  vidéo métal radio metal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Chronique / Saint Vitus – Saint Vitus
Saint Vitus – Saint Vitus


Surprise : alors que l’on ne l’attendait, presque pas, Saint Vitus publie un nouvel album après un hiatus de sept ans. Au programme de cet opus éponyme qui voit le retour du chanteur originel Scott Reagers : du doom, du riff gras, un peu de psychédélisme, de la noirceur et surtout un vrai savoir-faire. Et c’est déjà beaucoup.



Voir un disque de Saint Vitus paraitre en 2019 procure un certain plaisir coupable. Le même par exemple que de tomber sur un énième enregistrement de The Exploited (au hasard car la formation punk menée par Wattie Buchan, qui n’a rien produit depuis 2003, est plutôt aux antipodes musicalement parlant du groupe doom de Los Angeles). C’est-à-dire que l’on sait d’avance ce que l’on va entendre tout en ayant conscience aussi que l’on risque de passer un bon moment.

En ces temps où les disques de metal se ressemblent tous, sont surproduits, sont remplis de pistes tirant sur la longueur, où tout le monde porte les mêmes fringues, piercings et tatouages ; à cette époque où il faut vendre un rein pour pouvoir assister à quelques festivals infernaux en été ou participer à une croisière metal en hiver*, écouter un nouveau Saint Vitus fait du bien.

Car s’il y a bien une chose que l’on peut déjà reconnaitre à ce vieux freak brother de Dave Chandler pour l’ensemble de sa carrière c’est de ne jamais avoir cédé à un certain conformisme. A la rigueur, on peut trouver un peu étrange d’avoir eu un de ses albums (en l’occurrence C.O.D. paru en 1992) produit, un peu trop proprement certes, par la star du hair metal Don Dokken mais ce n’est pas pour autant que Saint Vitus a vendu son âme au diable dollar.

Et donc nous voici en ce printemps 2019 avec la neuvième offrande de ces légendes du doom, à la pochette sobre et produite une fois de plus par Tony Reed (membre de Mos Generator). Un disque qui se nomme Saint Vitus, tout simplement, comme leur première production parue en 1984.  Hasard ? Peut-être un clin d’œil au retour du vocaliste original Scott Reagers dont on n’avait plus vraiment de nouvelles depuis son apparition sur le très bon Die Healing qui date déjà de 1995.

Il faut dire que l’histoire du groupe a été mouvementée depuis 2012. Il y a déjà eu le départ, forcé, de Wino à cause d’histoire de substances qui l’ont amené au trou, puis le combo a aussi dû faire face au retrait de son bassiste de toujours Mark Adams, victime de la maladie de Parkinson.

On aurait pu croire que les vétérans du doom metal allaient s’arrêter là. Mais non. Entre deux taffes de beuh, Chandler a relancé la machine en recrutant un nouveau quatre-cordiste Pat Bruders (qui officie aussi dans Down) et en recontactant son vieux pote Reagers pour s’occuper du micro.

Et donc le Saint Vitus cuvée 2019 donne quoi ? Déjà, autant le dire, il est un cran au-dessous de l’excellent Lillie: F-65, le précédent effort.  Mais le plaisir d’entendre ce heavy doom metal d’influence sabbathienne joué avec une street attitude demeure, et c’est l’essentiel.

L’album pourrait d’ailleurs se résumer par le premier extrait à avoir filtré : « 12 Years in the Tomb », un pur titre de heavy doom crasseux qui bastonne et devrait faire décrocher quelques nuques en concert avec ses larsens, son riff rampant, son solo psychédélique et son refrain qui reste en tête. Un morceau sur lequel nous pouvons aussi écouter la voix lyrique de Scott Reagers qui semble reprendre les choses là où elles se sont arrêtées en 1995.



Pour le reste, nous pouvons entendre le nouveau bassiste faire ses preuves sur « Remains » avec ses lignes de basse dignes de Geezer Butler, forcément, introduisant le titre avant que Chandler ne transforme le titre en rouleau compresseur à l’aide d’un de ses riffs dont il a le secret pondu avec sa Flying V. Un instrument dont il aime toujours extraire aussi des soli remplis de fuzz apocalyptique, quelque part entre la lourdeur de Tony Iommi et les agressions psychotiques du défunt guitariste des Stooges, Ron Asheton. Un morceau efficace qui par ailleurs aurait pu figurer sur le tout premier album de Saint Vitus tant le mimétisme est troublant.




La basse de Bruders se fait de nouveau entendre sur la piste suivante « Prelude to… » qui est une espèce d’interlude planant et mélancolique et préfigure le déchainement mid tempo de
« Bloodshed » où basse et batterie se complètent parfaitement. Parfois, on pense, forcément, au grand sabbat noir, notamment sur « Wormhole », un titre au riff chargé de distorsion qui fleure bon l’encens des seventies.

De même, le doom aux ambiances sombres est bien sûr à l’honneur, comme sur « Last Breath » avec son accélération irrésistible au milieu et que l’on croirait issu des sessions du culte Born Too Late mais aussi avec le lyrique « Hour Glass » et son solo dévastateur comme une attaque nucléaire. Ces deux titres nous rappellent que Dave Chandler aime répondre en interview qu’il trouve souvent l’inspiration d’écrire de la musique en étant stoned, marqué par les ténèbres régnant en notre monde.



Un album de Saint Vitus est rarement traversé d’expérimentations mais le cru 2019 comporte quelques petites surprises. Citons déjà le chant rocailleux de Scott Reagers sur « Wormhole » qui donne une certaine chaleur au titre. Il y a aussi cet autre intermède complètement psychédélique « City Park », digne d’un trip lysergique où la voix de Chandler soliloque sous des bruitages de rires, de vent menaçant et d’insectes nocturnes.

Enfin, pour la première fois de sa carrière le groupe y va de son hommage à Black Flag (une de ses influences) et à la scène punk avec « Useless », morceau speed, direct, court et traversé de larsens. Ce titre rappelle aussi que Dave Chandler a tenté de mélanger doom et punk hardcore au sein de son projet Debris Inc., une sympathique façon de refermer ce nouveau disque.

Ce neuvième opus ne révolutionnera pas la scène metal, et nous ne pensons pas que cela ait été un jour le but réel de la troupe. Mais il plaira sans aucun doute aux doomsters et autres adeptes de sonorités stoner, rappelant une fois de plus que Saint est le seigneur du doom metal.

*Ce passage vous a été offert par #ouijesuisunvieuxconnostalgiqueparfois#

Liste des titres :
1. « Remains »
2. « Prelude to… »
3. « Bloodshed »
4. « 12 Years in the Tomb »
5. « Wormhole »
6. « Hour Glass »
7. « City Park »
8. « Last Breath »
9. « Useless »


Sortie le 17 mai 2019 sur Season of Mist


 


Note de la rédaction :
radio metal
8 / 10
 webzine metal
 forum metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Saint Vitus, tour, france, paris, toulouse, doom metal, sludge metal Saint Vitus et Dopelord : trois dates françaises en 2019
05/12/2018 - Le mois d'avril 2019 ne sera pas synonyme que de pollen, d'allergies et de yeux qui piquent. En effet, il rimera aussi avec les termes lourdeur et bonheur grâce à la venue de Saint Vitus pour trois dates en France, 5 ans après leur dernier passage dans notre ...
Lire l'article
Hellfest 2015, Valley, Saint Vitus, doom Saint Vitus au Hellfest 2015
30/06/2015 - Dimanche, 21:35 – Valley Doom First Class over the valley… C’est l’avant dernier concert du week-end sous la Valley et on peut dire que le public est venu en nombre pour acclamer les légendes du doom avec les américains de Saint Vitus. ...
Lire l'article
tournée anniversaire, doom metal, 2014, Paris, reportage, Season of Mist, Candlelight Records Saint Vitus (+ Orange Goblin) à la Flèche d'Or (24.10.2014)
15/11/2014 - Quand le gobelin n'est pas là, Saint Guy danse ! « Putain, trente cinq ans ! » comme dirait l’autre ! Cela fait trente cinq ans que le légendaire groupe de doom Saint Vitus a commencé à sévir à Los Angeles. Bien entendu, il ...
Lire l'article
arrestation, Wino, Season of Mist, tournée, 2014, anniversaire, Wino de Saint Vitus arrêté... avec 11 grammes de meth !
14/11/2014 - Alors que nous allions tranquillement vous publier notre live report de Saint Vitus et Orange Goblin à la Flèche d'Or, le pavé était lancé dans la mare :  Scott "Wino" Weinrich, chanteur du groupe, a été arrêté ...
Lire l'article
Saint Vitus, tournée française, anniversaire, Born To Late, Orange Goblin, Saint Vitus en tournée anniversaire avec Orange Goblin
02/07/2014 - Pour certains, les années passent sans que l'on s'en rende compte ! Et on peut dire que c'est le cas de Saint Vitus, qui fête cette année 35 ans de bons et loyaux services à la cause du doom metal. Pour fêter l'occasion, le combo ...
Lire l'article
Artiste mentionné :
 webzine metal Saint Vitus
Saint Vitus est un groupe de doom metal originaire de Californie, fondé à la fin des années 1970.
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Saint Vitus
Vos commentaires
 webzine metal
NOS CHRONIQUES METAL
 musique métal
NOS INTERVIEWS METAL
 écouter radio métal
NOS LIVE REPORTS METAL
 webzine metal
NOS ACTUS METAL
 forum metal
NOS VIDEOS METAL
 vidéo métal
NOS FLASHBACKS METAL
 écouter radio métal
NOS HUMEURS METAL
radio metal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 forum metal Tout le webzine de la grosse radio
 écouter radio métal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2019