webradio metal
La Grosse Radio METAL sur  webzine metal La Grosse Radio sur Twitter  webzine metal  écouter radio métal  webradio metal
  • Gros clips
  • Contrebande
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Chronique / Ihsahn - Telemark (EP)
Ihsahn - Telemark (EP)
Vendredi 21 Février 2020 à 19h00, by Félix darricau


Il est des figures qui marquent l’histoire de leur genre, et dans le milieu du black metal, Vegard Sverre Tveitan, connu sous le patronyme Ihsahn en est incontestablement une des plus majeures. Deux ans après Ámr, c'est le premier des deux EP en préparation qui arrive, le plus brut des deux, Telemark, tourné vers les racines d'Ihsahn, et donc des débuts d'Emperor. Nouveau coup de maître en perspective ?



On le sait déjà fort bien, mais l'esprit prolifique d'Ihsahn aime repousser ses limites créatives, et continue de le faire album après album, tout au long d’une carrière solo comptant déjà sept albums studio. Mais cette fois, c’est avec un EP qu’il revient, et avec ce format resserré l’ambition d’une nouvelle proposition artistique : en somme, Telemark nous est presque présenté comme un retour aux sources, et forcément ça nous intrigue. Alors que la majorité des albums qu’il a sorti sous son nom (au moins depuis Eremita, dirons-nous) ont vu de plus en plus le côté progressif et mélodique prendre le pas sur les ambiances froides et le son rugueux et tourmenté (sans pour autant perdre en noirceur), sur Telemark le Norvégien promet des compositions beaucoup plus brutes mais aussi des paroles introspectives sur ses racines. Appétissant ? Empressons-nous de voir si l’EP tient ses promesses.

Premier extrait présenté de Telemark, c’est “Stridig” qui se charge d’ouvrir les hostilités, avec d’entrée de jeu des guitares dissonnantes et enivrantes : on est loin des synthétiseurs omniprésents d’Ámr. Quelques coups de sax viennent appuyer la rythmique subtile qui se met en place à la batterie, et quel plaisir de retrouver Jørgen Murkeby, qui avait contribué à rendre After si inoubliable ! La sauce prend et l’intensité est savamment maîtrisée jusqu’au décollage du morceau, et toute l’énergie promise arrive ! On tient sans doute là l’introduction d’album la plus implacable depuis “Misanthrope” sur angL, sorti il y a 12 ans déjà.

Les textes sont ultra percutants, la reprise des couplets est intense et la voix d’Ihsahn sonne encore plus écorchée qu’avant, alors que l’utilisation de la langue norvégienne pour les trois compositions de cet EP participe à ce côté authentique et introspectif voulu et revendiqué par Ihsahn. Ça décoiffe, et alors que l’on approche de la moitié du titre tout se calme pour laisser la complainte déchirante d’Ihsahn s'exprimer, sur son solo de guitare qui semble alors le seul fil mélodique au milieu de ce torrent de désespoir. Avant de rattaquer de plus belle pour un finish intense sur les hurlements “Stridig !” de Vegard. Quelle entrée en matière !

 


Là où “Stridig” est résolument un brûlot qui ne laisse aucun répit, “Nord” enchaîne avec une formule bien différente, qui semble dès le premier abord déjà beaucoup plus habituelle par rapport à la carrière d’Ihsahn. En effet, la mélodie est omniprésente : dès l’introduction jouant avec la stéréo pour déstabiliser l’auditeur jusqu’au solo très nettement plus mélodique cette fois. Sans oublier les choeurs qui investissent les refrains. Diablement efficace, vraiment pas éloigné de l’esprit qui régnait entre The Adversary et After tout en restant servi par un lead vocal plus acéré que jamais, “Nord” reste quand-même la moins unique des compositions de l’album.

Car, juste après se trouve la pépite de cet EP. Avec le titre éponyme, Ihsahn nous délivre un chef-d’oeuvre, et le terme est petit, en cette pièce de choix de presque huit minutes, qui prend minutieusement le temps d’amadouer l’auditeur par sa longue introduction avant de lui asséner les premiers coups. Implacable, comme ces riffs incessants, en permanence présents au second voire au troisième plan, même, et surtout pendant les accès de violence. Groovy presque, avec ces breaks rompant la rythmique intense et inévitable. Magnifique également, en témoigne cette sublime association avec le saxophone et globalement l’ensemble des solos. Tourmentée enfin, à l’image des hurlements d’Ihsahn, de plus en plus énervés et violents, jusqu’aux “Telemark !” finaux à en hérisser les poils. On n’a peut-être jamais été aussi proche d’In The Nightside Eclipse qu’à ce moment précis. À l’image aussi des textes qui traitent du peuple Tele, peu ouverts aux autres cultures (c’est un euphémisme), et dont l’hostilité se serait immiscée dans le sang des Norvégiens actuels de cette région. Terreau idéal pour l’enfance de Vegard et la naissance de cet artiste !

 


Alors forcément, une fois une telle claque passée, les deux reprises, même minutieusement choisies et vraiment bien retravaillées, paraissent bien fades. “Rock And Roll Is Dead” de Kravitz nous arrive dans une version lancinante qui exploite bien le saxophone, sur laquelle Ihsahn réserve sa voix claire pour les refrains. “Wrathchild”, du second album de Iron Maiden est de son côté interprété avec tout l’arsenal du chanteur de black que l’on connaît chez Ihsahn. Avec au résultat une version décapante rendant hommage au heavy des années 80 et plus particulièrement à Iron Maiden, parmi les principales influences du futur compositeur. Franchement honnêtes, mais ne nous y trompons pas, le coeur de Telemark réside dans les trois compositions originales.

Le père Ihsahn signe ici un EP explosif de grande qualité, énergique et agressif tout en restant bien riche, sombre et brut de décoffrage, surprenant tout en revisitant habilement plusieurs des racines de l’artiste. Alors évidemment, il n’a jamais vraiment été question de retourner au son et à l’ambiance des premiers Emperor, témoins d’une période révolue désormais bien loin dans la carrière évolutive d’Ihsahn. Donc si vous ne jurez que par Anthems et In The Nightside Eclipse : passez votre chemin. Pour les autres en revanche, Telemark atteint largement les niveaux d’intensité d’angL et After, avec en bonus les textes en norvégien qui donnent du corps aux textes. Du très très bon en somme, qui devrait devenir assez incontournable sur scène. Maintenant, on attend des nouvelles du second EP en préparation, en espérant qu'il sera aussi intéressant.



Sortie le 14 février 2020 chez Candlelight Records

 

 

Tracklist:

Stridig
Nord
Telemark
Rock And Roll Is Dead
Wrathchild

 

Note de la rédaction :
 webradio metal
9 / 10
radio metal
 forum metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
2020, Ihsahn, Telemark, EP, Black metal Ihsahn, premier extrait de Telemark
30/12/2019 - Depuis la sortie de son tout premier album solo il y a 13 ans, The Adversary, Ihsahn (la tête pensante d'Emperor, pour ceux qui dorment au fond) suit quasi parfaitement le rythme d'un album tous les deux ans. Bientôt deux ans après Àmr, voilà donc des ...
Lire l'article
Motocultor 2019, Festival, Henri Dès, Avatar, Carpenter Brut, Aborted, Sacred Reich Motocultor 2019 - Jour 4 (18.08.19)
04/10/2019 - Motocultor 2019 - Dimanche 18 août    L'improbable retour en enfance ...    Après une nuit de tempête, Saint Nolff se réveille sous les rayons tant attendus du soleil breton, de quoi se requinquer pour attaquer la ...
Lire l'article
Artistes mentionnés :
 webzine metal Emperor
Emperor est un groupe de black metal norvégien formé en 1991. Le groupe est considéré comme un des pionniers du black metal symphonique.
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Emperor
Vos commentaires
radio metal
NOS CHRONIQUES METAL
 écouter radio métal
NOS INTERVIEWS METAL
 webradio metal
NOS LIVE REPORTS METAL
 webzine metal
NOS ACTUS METAL
 écouter radio métal
NOS VIDEOS METAL
radio metal
NOS FLASHBACKS METAL
 webzine metal
NOS HUMEURS METAL
 écouter radio métal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 webradio metal Tout le webzine de la grosse radio
 écouter radio métal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2021