écouter radio métal
La Grosse Radio METAL sur  vidéo métal La Grosse Radio sur Twitter  webzine metal radio metal  vidéo métal
  • Eté 2020
  • Pas de vacances 2020
Haken - Virus

Pour ceux qui connaissent le groupe, chaque nouvel album d’Haken est une surprise que l’on attend comme le jour de Noël. Mais là, que ne fut pas notre étonnement lorsque les Britanniques ont annoncé de façon abrupte la sortie de leur nouvel album, en avril dernier. Heureusement qu’ils s’y sont pris quelques jours après le début du mois, car annoncer un album nommé Virus un 1er avril aura déclenché l’incrédulité de toute la sphère musicale. Et pourtant non, un deuxième "Virus" va être lâché dans la nature alors que nous sommes en plein déconfinement. Pourtant celui là est inoffensif et fait même du bien aux oreilles. On vous en parle en avant première avant l’infection mondiale prévue le 19 juin grâce au docteur Inside Out Music.


Le groupe occupe une place de choix dans le monde du metal progressif. Arrivé à une période où leurs maîtres, leurs mentors, j’ai nommé Dream Theater, commençaient à montrer des signes de faiblesse, Haken a su, en treize ans, se tailler une part du gâteau jusqu’à devenir même Meilleur Ouvrier de France (enfin de Grande Bretagne). Ecouter un nouvel album du groupe, c’est comme découvrir une nouvelle montagne russe : c’est impressionnant, c’est imposant, ça peut rebuter, le premier voyage est complexe et un peu affolant mais une fois descendu du manège, la première chose dont on a envie, c’est d’y remonter. Virus ne fait pas exception à la règle surtout lorsqu’on considère qu’il fait partie d’un diptyque avec Vector et pourrait être considéré à juste titre comme le deuxième CD d’un double album que l’on intitulerait : The Cockroach King pt 2, Scenes from a Lunacy.

Ingérer les deux CDs en même temps aurait été assez compliqué et Haken a bien fait de décaler la sortie de Vector et Virus, comme pour nous laisser le temps de souffler, de bien intégrer le premier opus pour en mieux apprécier le deuxième. Car oui, les deux sont étroitement liés et l’un complète l’autre. Les deux jumeaux se ressemblent sur certains points tels que le titre (un seul mot commençant par la lettre V), la pochette rouge ketchup ou jaune moutarde/mayo et bien sûr l’histoire. "A Cell Divides", dernier morceau  de Vector, nous avait laissé avec la création de ce "cafard", Virus prend le soin d’en expliquer l’ascension pour devenir le "king".

Haken, Virus, Vector, Cockroach King, prog

On voit bien dès le départ que Haken est un groupe qui aime raconter des histoires et envisager la musique comme une œuvre cinématographique. A l’instar d’un Kubrick ou d’un Nolan, le groupe aime embarquer l’auditeur dans des histoires fantastiques mêlant la psychologie, le fantastique, tout en laissant une part d’ombre et tout en laissant l’auditeur se faire sa propre idée et aller chercher les détails en réécoutant plusieurs fois l’album. Comme disant Vladimir Nabokov : « un bon lecteur est un re lecteur » et Haken l’a bien compris. Il va donc falloir aller chercher des thèmes déjà développés dans Vector voire même dans les autres albums pour en apprécier la substantifique moelle. Virus se pose donc comme un opus qui unifie beaucoup de morceaux de la discographie du groupe et on se surprend à penser qu’il pourrait être le Endgame du Hakenverse.



Il y a tellement de choses à dire sur le concept narratif et intermusical mais le plus important reste quand même la musique. Et là, le constat est clair, la barre a été levée. Vector avait déjà surpris un bon nombre d’auditeurs par sa violence mais force est de constater que le groupe a encore passé un cran. Virus laisse très peu de repos à nos oreilles. Il sera peut-être plus subtil et prog que Vector qui déroulait ses riffs comme sur "Nil By Mouth", véritable machine de guerre. Ici, la violence reflète la folie du personnage principal, à la fois contenue et cachée sous les ambiances jazzy sur "The Strain" puis complètement libérée lors de l’epic "Messiah Complex". Pour continuer la comparaison avec son frère jumeau, ce nouvel album commence directement un "Prosthetic" heavy avec des riffs puissants et les synthétiseurs de Diego, qui apportent une lourdeur d’entrée de jeu. Seul "Only Stars" calmera le jeu en fin d’album, sorte de générique final rappelant à l’auditeur des thèmes de "Clear". L’histoire fait une boucle, un peu comme la fin de "The Wall" de Pink Floyd ou d’ "Octavarium" de Dream Theater, deux grands monuments du progressif aux côtés desquels Vector n'a pas à rougir. Ce côté circulaire sera contrebalancé par une fin abrupte de la plupart des morceaux, comme des cauchemars dont on se réveille en sueur. Cependant la structure de l’album est extrêmement bien pensée, entre "Prosthetic" qui démarre in medias res, "Invasion" et "Carousel" qui amènent un crescendo, le diptyque "The Strain"/"Canary Yellow" sorte de trou normand doux, mais qui brûle quand même l’estomac et qui fait digérer avant la pièce de résistance "Messiah Complex".

Haken, Virus, Vector, Cockroach King, prog

Pour poursuivre la métaphore culinaire, "Messiah Complex" est un plat trois étoiles en cinq services. Cette œuvre centrale de l’album est tout simplement ce qui manquait dans la discographie d’Haken. On savait qu'il existait avec notamment quelques références ça et là, un peu comme des caméos, mais là la saga prend son sens : reprises de thèmes développés dans Vector, dans les albums précédents jusqu'à bien sûr faire le clin d'oeil ultime dans le titre de la partie 5. Le morceau aborde finalement un peu tous les aspects qu'Haken a pu développer depuis treize ans. On parcourt toutes les ères du progressif avec cette rythmique très moderne qui relie l’ensemble. On sent que la transformation du patient de Vector se fait sentir et la violence prend le dessus : les thèmes déjà entendus se font plus sombres et lourds. "Glutton for Punishment" part dans tous les sens comme du Devin Townsend, comme si le patient sombrait définitivement dans la folie en se rappelant son passé (et les riffs développés). "Marigold" vient apporter ce côté plus doux, plus atmo et jazzy mais c'est le calme avant la tempête. Et la violence reprend le dessus : "The Sect", une ode à la folie pure, avec ces thèmes de "The Cockroach King" en canon, ce saxophone déchiré qui se faisait attendre chez Haken et qui rappelera le groupe Shining (de là à faire un raccourci vers le film de Kubrick, il n’y a qu’un pas) sans oublier un petit passage vers les sons 8-bits. Le tout pour se finir par la partie "Ectobius Rex" (Ectobius étant une blatte, rex étant le mot latin désignant un roi, la référence est évidente) qui va rendre l’ensemble cohérent.

Autour de cette œuvre gravitent donc d’autres morceaux tout aussi importants comme notamment "Carousel", autre tour de force en 10 minutes qui va encore montrer à l’auditeur le côté versatile du groupe. En effet, Haken a cette force de pouvoir passer du jazz très subtil au metal djent le plus complexe et le plus rythmique. Mais ce qui rend Haken encore plus intéressant, c’est cette science de la composition. Très souvent dans le metal progressif, les compositions ne sont qu’une succession de riffs copiés-collés. Dans toute leur discographie, les Britanniques ont démontré qu’on peut faire long et structurés en introduisant un thème et en le développant en arrière plan puis en le faisant passer au chant ou à la basse. Les férus d’analyse musicale seront ravis de décortiquer les lignes d’ "Invasion" ou bien sûr toutes les autres références citées plus haut.



Puisque le deuxième morceau est évoqué, cela permet de parler de l’évolution d’Haken puisque le groupe ne s’enferme pas dans un style. Tout en faisant référence à ses maîtres et aux anciens albums, les Britanniques continuent leur mue pour évoluer dans un style plus sombre ou plus électro jusqu’à composer une intro non pas piano voix mais MatrixBrute (synthétiseur analogique) voix puis à continuer avec cette batterie bourrée d’effet à la limite de la boîte à rythmes. Alors bien sûr, connaissant les gaillards, le morceau ne s’arrête pas là et va chercher des riffs lourds soutenus par une batterie tribale proche de Sepultura pour repasser par du groove metal dans le but d’accompagner Ross Jennings qui fait un travail épatant.

On abordait la versatilité du groupe et le chanteur est un excellent exemple. Dès les premières secondes, on sent que Ross a musclé et diversifié son jeu. Capable de passer des chuchotements inquiétants au début de "Prosthetic" à des refrains aériens sur "Invasion", le chanteur prouve qu’il faut compter sur lui. S’il devait mettre un album sur son CV pour prouver ses capacités, Virus serait un choix évident.

Virus est donc un morceau de choix dans la discographie d’Haken et encore plus si on le considère comme la deuxième partie du projet "Cockroach King". Plus violent, plus moderne, plus complexe que ces prédécesseurs, on se demande comment Haken va pouvoir nous surprendre après tant d’albums réussis. Mais le groupe nous a montré qu’on pouvait largement leur faire confiance pour rester sur la première marche du podium du metal progressif.

Tracklist : 

01. Prosthetic
02. Invasion
03. Carousel
04. The Strain
05. Canary Yellow
06. Messiah Complex I: Ivory Tower
07. Messiah Complex II: A Glutton for Punishment
08. Messiah Complex III: Marigold
09. Messiah Complex IV: The Sect
10. Messiah Complex V: Ectobius Rex
11. Only Stars

Sortie chez Inside Out Music, le 19 juin.

Note de la rédaction :
 vidéo métal
9 / 10
 musique métal
 webzine metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Haken, Virus, metal prog, Canary Yellow, Inside Out Haken - Canary Yellow
01/05/2020 - Quelques jours après "Prosthetic", Haken dévoile un second extrait de Virus, son sixième album dont la sortie est prévue pour le 5 juin 2020 chez Inside Out. Découvrez "Canary Yellow" ci-dessous :
Lire l'article
Haken, Virus, Vector, Cockroach King, prog Haken : nouvel album "viral"
28/04/2020 - Début avril, le groupe a surpris tout le monde en annonçant un nouvel album intitulé Virus. Ce n'est pas une blague et cela n'a rien à voir avec le contexte actuel. En attendant sa sortie le 5 juin 2020, voilà quelques informations et du bon son pour ...
Lire l'article
Devin Townsend, Report, Salle Pleyel, metal, progressif, Haken, Devin Townsend (+ Haken), La Salle Pleyel (15.11.2019)
19/11/2019 - Sorti en début d’année, Empath, le nouvel opus de Devin Townsend, aura été l’une des sorties marquantes de 2019. D’une part car cet album donne l’occasion au génie canadien de naviguer une nouvelle fois en solo, libéré ...
Lire l'article
Haken, Vector, Inside out, metal, progressif, Haken - Vector
15/11/2018 - Et de cinq pour Haken ! Quelques mois après avoir sorti son premier live qui mettait fin à sa tournée Affinity, le sextette britannique de metal progressif est déjà de retour pour un nouveau chapitre de son histoire. Et s’il y a une chose qui ...
Lire l'article
Haken, Inside Out, Divan du Monde, Report, Affinity, Ross Jennings, Special Providence, metal progressif Haken (+ Special Providence + Arkentype) au Divan du Monde (29.05.2016)
04/06/2016 - Quelques semaines après la sortie de Affinity, son surprenant quatrième opus, Haken est de passage dans la capitale parisienne, pour défendre son album. Si une chose est sûre, c’est que la formation britannique de metal progressif prend de l’ampleur ...
Lire l'article
Haken, Affinity, Prog metal, Review Haken - Affinity
20/05/2016 - Sorti en 2013, The Mountain avait été très bien accueilli par la critique et le public, mettant enfin Haken sur le devant de la scène progressive et faisant entrer les Anglais dans la cour des grands. Ce succès avait d’ailleurs effrayé Tom MacLean ...
Lire l'article
Between the Buried and Me, Haken, Maroquinerie, Live, Paris, Prog, Metal progressif, Between the Buried and Me (+ Haken) à la Maroquinerie (25.09.2015)
01/10/2015 - En pleine promotion de Coma Ecliptic, leur dernier album sorti en début d’été, les Américains de Between the Buried and Me étaient de passage à Paris le 25 septembre dernier, à la Maroquinerie. Le groupe de metal progressif, l’un des ...
Lire l'article
Haken, Hellfest 2015, Charlie Griffiths, Richard Henshall, Ross Jennings, metal prog, Mainstage 2, Haken au Hellfest 2015
28/06/2015 - Samedi 20 Juin, Mainstage 2, 11h40 Seul groupe de metal progressif de cette édition 2015, le concert d’Haken au Hellfest était attendu par tous les amateurs de ce style de musique. D’autant plus qu’il fallait être matinal pour ne pas louper la prestation ...
Lire l'article
haken, the mountain, Charlie Griffiths, Richard Henshall, Ross Jennings, metal prog, Haken à la Boule Noire (08.04.2014)
19/04/2014 - I Believe Haken fly Haken, fort de trois albums de grande qualité, est désormais reconnu par l’ensemble de la communauté prog comme la relève du style, n’ayant rien à envier aux ténors du genre comme Dream Theater. Mais aussi ...
Lire l'article
Haken, The Mountain, Charlie Griffiths, Richard Henshall, Metal Prog, Dream Theater, Gentle Giant Richard Henshall et Charlie Griffiths, guitaristes de Haken
19/04/2014 - A l’occasion de leur tout premier concert à Paris, La Grosse Radio a pu s’entretenir avec Charlie Griffiths et Richard Henshall, têtes pensantes d’Haken. Nous avons pu récolter leurs impressions quant à la sortie de The Mountain et l’accueil ...
Lire l'article
Haken, The Mountain, To-Mera, Prog Metal, Inside Out Haken - The Mountain
02/09/2013 - Haken, on the top of the Mountain? En 2010, Haken avait surpris le monde du métal progressif en sortant Aquarius, un album concept d’une fraîcheur devenue rare dans ce style musical. S’éloignant des clones de Dream Theater et développant une certaine ...
Lire l'article
Artiste mentionné :
radio metal Haken
Haven est un groupe de metal progressif anglais basé à Londres.
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Haken
Vos commentaires
 vidéo métal
NOS CHRONIQUES METAL
 forum metal
NOS INTERVIEWS METAL
 forum metal
NOS LIVE REPORTS METAL
 forum metal
NOS ACTUS METAL
 vidéo métal
NOS VIDEOS METAL
 vidéo métal
NOS FLASHBACKS METAL
 webzine metal
NOS HUMEURS METAL
radio metal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 webzine metal Tout le webzine de la grosse radio
 webzine metal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2020