radio metal
La Grosse Radio METAL sur  forum metal La Grosse Radio sur Twitter radio metal  forum metal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Chronique / Cradle of Filth - The Manticore and Other Horrors
Cradle of Filth - The Manticore and Other Horrors

« Saletés de bestioles ! »
 

C'est marrant, l'autre jour, un mec me disait (très sérieusement) « Quoi, ils sont encore vivants eux ? ». Hé oui ! Tout comme Dimmu Borgir, le groupe anglais est toujours là, plus que jamais, pour le plaisir des fans comme des détracteurs.



La plupart me diront « Qu'est-ce qu'ils vont encore inventer ceux-là... », « Dani a encore changé de coiffeur ? », ou encore « De toute façon, c'était mieux avant (Cruelty & The Beast, Dusk & Her Embrace, ...). ». Hé bien à tous ceux-là, je répond : OUI ils ont encore quelque chose de nouveau à proposer ! OUI Dani a changé de coiffeur ! Et OUI c'était sûrement mieux avant, et pourtant The Manticore And Other Horrors, qui s'apprête à sortir le 29 octobre prochain chez Peaceville Records, ne semble pas si mauvais que prévu !

Bien sûr, vous aurez du mal à me croire. Certains même ne prendront même pas la peine de lire ces lignes ni de prêter une oreille à ce nouvel album. Peut-être qu'avec une petite photo, j'aurais un peu plus de chance qu'on me lise ? Qu'on accorde à Cradle Of Filth une ènième chance ? Allez...


La voilà la photo de la réconciliation !


Trêve de plaisanteries. Je vous accorde qu'après un Thornography très loin des attentes, un Darkly, Darkly Venus Aversa particulièrement imbuvable par moments, et malgré un Godspeed On The Devil's Thunder sympathique mais loin d'être exceptionnel, on aurait du mal à croire encore à ce que le groupe puisse nous intéresser encore.

Le groupe s'est tout de même donné du mal ces derniers temps, en proposant l'EP Evermore Darkly et l'album si particulier qu'est Midnight In The Labyrinth (par ici pour ceux qui auraient loupé un épisode), tout cela en un an. Aujourd'hui, place à un « vrai » nouvel album. Pas de concept album cette fois, et pourtant on en est pas si loin. C'est en fait, selon Dani, un bestiaire rassemblant les histoires de différentes bêtes et autres bestioles mythiques ou mythologiques, d'où des titres tels que "Manticore", "Huge Onyx Wings Behind Despair", "Siding With The Titans" ou encore "The Abhorrent" (ne me demandez pas quel monstre se cache derrière le coussin, à première vue douillet, de "Frost On Her Pillow"...).

Autant rentrer directement dans le sujet. Imaginez un mélange de Dusk & Her Embrace, ses longues nappes atmosphériques et ses riffs black metal, de Cruelty & The Beast et ses breaks gothico-mélodiques, et de From The Cradle To Enslave et son côté electro très mainstream. Ca y est ? Et bien vous n'y êtes PAS DU TOUT ! Je tourne autour du pot pas vrai ? En réalité, le son de ce nouvel album est vraiment particulier et ne ressemble pas vraiment à ce que le groupe a déjà pu faire auparavant, un peu comme Thornography à vrai dire, mais cette fois dans le bon sens.

Il y a bien une certaine atmosphère tout au long de cet album, mais c'est une sorte de nouvelle vision horrifique encore jamais abordée par le groupe. Après une introduction assez classique chez Cradle Of Filth (mais on est bien content de l'entendre, vu son absence sur l'album précédent), un son lourd, imposant et massif nous bourrine les oreilles dès le premier titre, "The Abhorrent". Une chanson qui commence directement en blast-beat, étonnant pour du Cradle ! Ce sont en fait les guitares qui nous surprennent le plus : elles n'ont jamais été autant en avant depuis Midian et From The Cradle To Enslave. Fini donc les albums qui n'avaient d'extrême que le lissage de leur production (Darkly, Darkly Venus Aversa en tête de liste). Là, ça envoie, et on sent autrement mieux la puissance des riffs qu'auparavant.




La première écoute de l'album est très, très surprenante. On s'étonne à chaque nouvelle chanson. Bien sûr, à l'introduction de "The Abhorrent", le son des guitares et la violence d'entrée de jeu, mais aussi à quasi toutes les chansons suivantes : "For Your Vulgar Delectation" (déjà disponible à l'écoute sur internet, voir plus haut) et son groove incroyable, chose que le groupe nous a très rarement proposé ; "Manticore" (également disponible à l'écoute depuis le 16 octobre, voir plus bas) qui propose un son grandiose et imposant, comme le ferait un Septic Flesh sur "A Great Mass of Death" ; "Frost on Her Pillow" laissant entrevoir une atmosphère très gothique, rappelant l'énigmatique "Once upon Atrocity", façon "Lord Abortion" prêt à exploser ; et la cerise sur le berceau, "Huge Onyx Wings Behind Despair" et son introduction électronique courte et improbable, qui pourtant s'avère être sans aucun doute le meilleur morceau de cet album.

Il s'avère que la batterie toujours aussi énervée de Martin Skaroupka est bien mieux gérée et diversifiée que par le passé. C'est effectivement le principal point faible de l'opus précédent, qui était simplement imbuvable sur ses quatre premières chansons, mais aussi un peu du précédent qui avait un peu tendance à se répéter au niveau des fûts. Aujourd'hui, le talent du batteur est utilisé à bon escient, et ce dernier a su s'adapter et se diversifier. Le mixage/mastering de l'album y est forcément pour quelque chose, puisque les guitares bénéficient d'un son bien équilibré, et elles ne sont cette fois-ci pas en retrait, bien au contraire. Ce sont donc les claviers que l'on retrouve un peu plus en retrait, mais finalement, ce n'est pas un gros problème. Effectivement, ceux-ci accompagnent beaucoup plus la musique qu'ils ne la domine. Ils participent par contre grandement à l'atmosphère si particulière et bestiale de l'album, parfois par des pianos endiablés ("Siding With The Titans"), parfois par des choeurs effrayants ("Pallid Reflection"), parfois aussi par des instruments orientaux qui sonnent très égyptiens ("Manticore") et collant du coup très bien avec la pochette de l'album, et souvent par des synthés effrayants, surprenants. En fait, ces claviers sont extrêmement diversifiés, ce qui permet à l'album de respirer, de nous faire voyager, et surtout de ne pas nous emmener dix fois au même endroit.




L'album s'avère pourtant très compact et cohérent. Très peu de temps morts sont à relever, hormis les quelques breaks aux consonnances gothico-mélodiques présents principalement sur le début de l'album, et rappelant l'époque Cruelty & The Beast à la sauce Paradise Lost ou My Dying Bride. Aucune interlude ne vient interrompre l'écoute, ce qui permet d'ailleurs de s'écouter l'album d'une traite sans problème (là encore un problème résolu depuis Darkly, Darkly Venus Aversa).

Je parle beaucoup de l'atmosphère de l'album, mais très peu des guitares ou du chant. Et pourtant, là aussi énormément de choses sont à dire ! Commençons par ce qu'il y a de bon (avant de se fâcher tout rouge) : les guitares. Paul Allender a pour sûr retrouvé une certaine inspiration, et il se trouve que c'est du côté d'un blackened thrash metal. En fait, étrangement, cet album se rapproche de The Principle Of Evil Made Flesh, et particulièrement de son titre éponyme. On se fait donc une assez bonne idée de l'album en écoutant ce titre et en se l'imaginant avec une bonne production. On ne retrouvera donc pas d'atmosphères macabres à la "Heaven Torn Asunder" ou de passages épiques à la "Cruelty Brought Thee Orchids". Mais se débarasser des riffs pseudo-mélodico-fantastiques devenant assez insupportables sur des titres comme "Lilith Immaculate", "The Persecution Song" ou encore "Forgive Me Father (I Have Sinned)", tous ces riffs à l'inspiration zero, ça fait beaucoup de bien !

Bref, c'est un dépaysement quasi-total, où l'on retrouve de grosses guitares rythmiques, souvent groovy ("For Your Vulgar Delectation"), mais sans oublier quelques passages rapides et assez jouissifs (le refrain de "Huge Onyx Wings Behind Despair"). Et parlons-en de cette chanson ! Comme je l'ai dit plus haut, c'est sûrement la meilleure chanson de l'album. C'est en tout cas la chanson qui surprend le plus, avec son introduction très courte aux synthétiseurs électroniques. C'est en fait l'entrée soudaine des guitares en double croche et de la batterie en double pédale et en blast-beats, accompagnant la mélodie electro, qui surprend (très agréablement) le plus : un mélange réussi ! Suivent des riffs globalement très simples mais ultra efficaces (on notera les guitares simplissimes, pourtant addictives, du pré-refrain), accompagnés de claviers tantôt discrets, tantôts oppressants et effrénés, loin des doux claviers des albums précédents.




Jusque là, on croirait vraiment à un chef d'oeuvre ! Et bien non. Pourtant, aucune piste ne rabaisse vraiment le reste : on ne trouvera aucun titre tubesque à en pleurer, comme, évidemment, "Forgive Me Father (I Have Sinned)" (comment ça, je n'aime pas cet album ?) ou "The Death Of Love". Pour une fois, les titres retiennent notre attention par leur puissance et leur atmosphère sympa, pas par leur odeur de mauvaise soupe commerciale. Non, les vrais défauts de cet albums sont, d'une part, certains titres qui ne sont pas aussi accrocheurs que d'autres ("Pallid Reflection", "Succumb to This"), parfois un peu clichés et répétitifs, et d'autre part... Le chant de Dani.

On avait effectivement pas encore parlé de lui ! J'ai le malheur de vous annoncer que son chant est probablement le pire enregistré de toute la discographie du groupe. Enfin, c'est discutable. Ce qui est vraiment mauvais, ce sont ses cris. Ils sont simplement infâmes. A chacun de savoir s'il est capable de passer outre. Autrement, il est vrai que Dani a fait pas mal d'efforts pour varier son chant (contrairement, une fois de plus, aux albums précédents). En plus, on retrouve quelques effets sur sa voix par-ci par-là qui rappellent sympathiquement "The Twisted Nails Of Faith" pour n'en citer qu'une. Ainsi, la toute fin de "Illicitus" est assez marrante, mais on aime bien ce côté vampirique, sanguinaire et viens par là que j'te morde Bella ! On aime aussi quand Dani crache dans le micro comme un vrai chanteur de black metal, il en abuse même pas mal.



Bref, The Manticore And Other Horrors est, on peut le dire, surprenant et inattendu. Il reflète d'ailleurs bien ce côté bestial et monstrueux, de par ses riffs thrash et in-your-face, ses atmosphères oppressantes et variées, et ses parties parfois groovy, parfois gothiques. Cradle Of Filth n'est effectivement pas encore mort ! C'est un groupe en constante évolution, et bien que ces derniers temps, ses essais étaient peu fructueux, cet album en vaut la peine. Ce n'est clairement pas un retour aux sources, et le groupe l'a fait savoir, mais une nouvelle vision horrifique. Ce n'est pas non plus un chef d'oeuvre, mais un pari réussi et une intention particulièrement louable. Au final, cet album est de loin supérieur à son prédecesseur Darky, Darkly Venus Aversa et tiendra le coup sur la longévité. On espère évidemment qu'il marque un nouveau départ, et qu'il puisse peut-être recrédibiliser un peu le groupe qui a tant souffert des critiques depuis Damnation And A Day et Nymphetamine...

Unna
 

8,5/10


Tracklist :

01. The Unveiling of O
02. The Abhorrent
03. For Your Vulgar Delectation
04. Illicitus
05. Manticore
06. Frost on Her Pillow
07. Huge Onyx Wings Behind Despair
08. Pallid Reflection
09. Siding with the Titans
10. Succumb to This
11. Sinfonia
Note de la rédaction :
 webradio metal
8 / 10
 webzine metal
 forum metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Sarah Jezebel Deva, Malediction, Cradle of Filth, Dani, Soilwork, Listenable Records Sarah Jezebel Deva - Malediction (EP)
18/08/2012 - Une diva britannique au nom aux composantes biblique et hébraïque, ça vous dit quelque chose ? Avec un tel blase, Sarah la Jézabel ne pouvait que sortir tout droit de la scène dark voire black metal ! Après quatorze années passées au sein ...
Lire l'article
Cradle Of Filth, Midnight In The Labyrinth, 2012, Dani Filth, Cruelty And The Beast, Dusk And Her Embrace, Album Orchestral, Nuclear Blast, Peaceville Records Cradle of Filth - Midnight in the Labyrinth
07/05/2012 - Minuit passé. Le ciel est sombre, tend vers le vert. L'atmosphère est froide et humide. Le cimetière devant moi n'arrange pas les choses. La lune est flamboyante et éclaire l'église au teint livide (et hideux). En m'approchant, je sens une ...
Lire l'article
Cradle Of Filth, Evermore Darkly, EP, 2011, Darkly Darkly Venus Aversa, Thank You Lucky Scars, Lilith Immaculate, Midnight In The Labyrinth Cradle of Filth - Evermore Darkly (EP)
26/10/2011 - Cradle of Filth, ou le groupe qui ne mettra jamais personne d'accord, entre les fervents défenseurs et fans du groupe (dont je fais parti, ce qui ne m'empêche pas d'avoir un oeil critique sur celui-ci), et les nombreux détracteurs. Ils nous proposent ...
Lire l'article
Cradle Of Filth, Dani Filth, Evermore Darkly, Midnight In The Labyrinth, 2012, Nouvel Album, Jesus, Peaceville Dani et Cradle of Filth ont des projets plein la tête !
22/10/2011 - Dani Filth, frontman du groupe de metal extrème Cradle of Filth, a posté hier après-midi un billet de blog sur le site du groupe concernant les futurs projets du groupe, à la veille de la sortie de leur EP Evermore Darkly. Le groupe a dores et ...
Lire l'article
Artistes mentionnés :
 webzine metal Cradle Of Filth
Cradle of Filth est un groupe de metal extrême britannique fondé par Darren White (Daz), Jon Richard, Paul Ryan et Daniel Lloyd Davey, alias Dani Filth en 1991. Au cours de leur carrière, leur ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Cradle Of Filth
radio metal Dimmu Borgir
Dimmu Borgir est un groupe de black metal symphonique norvégien formé en 1993. La formation qui, au départ, était un groupe de black metal atmosphérique, sombre et mélancolique, est peu à ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Dimmu Borgir
Vos commentaires
 webradio metal
NOS CHRONIQUES METAL
 webzine metal
NOS INTERVIEWS METAL
 vidéo métal
NOS LIVE REPORTS METAL
 webzine metal
NOS ACTUS METAL
 webzine metal
NOS VIDEOS METAL
 webradio metal
NOS FLASHBACKS METAL
 vidéo métal
NOS HUMEURS METAL
 écouter radio métal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 forum metal Tout le webzine de la grosse radio
 webzine metal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2018