radio metal
La Grosse Radio METAL sur  webradio metal La Grosse Radio sur Twitter  webzine metal  écouter radio métal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Chronique / Mercyless - Unholy Black Splendor
Mercyless - Unholy Black Splendor

"Chauds", nos Mercy ! ...



« EN-FIN ! » C'est ce qu'ont dû se dire les pionniers du death français Mercyless lorsque cette nouvelle déflagration sonore a fini par atterrir dans les bacs à l'automne de l'année désormais passée (c'est qu'il a mis du temps à nous parvenir, nous aussi, ce qui explique cette chronique un brin tardive !) ... Ce disque du come-back (déjà annoncé quelques mois plus tôt dans nos colonnes) aura donc vu sa sortie chez Trendkill Records maintes fois repoussée pour diverses galères de pressage et de finalisation, mais également du fait que sa gestation aura été menée avec les plus grands soins. C'est qu'il ne fallait en aucun cas décevoir, après un 'split' qui était un peu resté en travers de la gorge de beaucoup en 2001, à la suite de deux albums ayant emprunté des chemins opposés stylistiquement parlant, recevant de fait un accueil plus que mitigé.


Si la reformation de 2011 avait déjà vu se concrétiser de fort belles choses, comme un convaincant 'retour aux sources', sur scène mais également en studio avec In Memory of Agrazabeth, réédition de leurs démos et autres recyclages de vieux 'live' - afin de mieux préparer le terrain aux prochaines hostilités ? -, il fallait désormais entériner la validité de ce « retour aux affaires » ... C'est aujourd'hui chose faite  avec ce Unholy Black Splendor, au titre et à la pochette plutôt connotés 'black', mais dont le contenu, lui, est 100% death 'old-school' pur jus ! Comment aurions-nous pu d'ailleurs en douter, après ces moultes déclarations d'intention et signes avant-coureurs ? C'est bien cet album-là qui aurait mérité, vu les circonstances, de s'intituler Sure to be Pure, à n'en « poing » douter, et surtout de le remplacer... Petit retour en arrière...
 


mercyless, french death metal, line-up 1991, abject offerings



Les plus jeunes d'entre nous ne peuvent s'en rappeler, mais la formation hexagonale avait déjà connu de tels "retards de fabrication", et non des moindres puisqu'en 1991 lorsqu'elle enregistre son premier album - le redoutable Abject Offerings - elle est alors loin de se douter que ce dernier ne verrait le jour que l'année suivante, leur faisant ainsi rater en marche le wagon de tête d'un death en plein essor (avec par chez nous Loudblast ou Massacra). Espérons aujourd'hui que le hasard de ces délais coïncidants saura cette fois leur porter chance, tant il est vrai  que ce premier essai avait quand on y repense tout du maître-étalon en la matière : d'un death aux influences Floridiennes sauvages bien assimilées (que l'on évoque Obituary, Morbid Angel ou Massacre) mais que l'on pourrait tout autant associer à celui bien caverneux et tout aussi 'evil' des Bataves de Pestilence sur Testimony of the Ancients ou encore aux Allemands de Morgoth, Mercyless pouvait également partir sur de fulgurantes pointes techniques dignes de Death et surtout faire du pied au travers de démentielles attaques 'riffues' et vicieuses vers le thrash surheavy et extrême de Possessed ou de Slayer (influence aujourd'hui évincée, mais on se rappelle ce petit gimmick sur l'excellent "A Message For All Those Who Died", qui n'était pas sans évoquer le leïtmotiv d'un "Raining Blood" en version ralentie...). Bref, ce Unholy Black Splendor, distribué aujourd'hui chez Season of Mist, sera-t-il à même de ranimer la flamme d'antan ?

Si la bouillonnante production de ce dernier opus - signée Dan Swanö au mix/mastering - ne peut aucunement rivaliser sur les mêmes critères avec celle plus clinquante de Colin Richardson à l'époque (notamment une batterie aujourd'hui bien dans l'air du temps et de fait bien moins impitoyable en comparaison, malgré le boulot monstrueux abattu par un Laurent Michalak - « aucun lien... »), elle reste tout à fait honorable et restitue bien la facette occulte, froide et malsaine de la musique des Vétérans, à la différence de bon nombre de leurs pairs qui ne semblent plus animés que d'une étrange 'fièvre porcine' en jouant à celui qui tapera ou éructera le plus fort.

Pas pour autant que la musique ne va pas s'empêcher de nous coller une bonne vieille baffe ! Les titres sont courts et expéditifs, la voix de Max Otero nous évoque toujours avec un grand plaisir un mix entre celle de John Tardy et les deux 'growlers' historiques de Pestilence (je, soussignés Patrick Mameli et Martin Van Drunen...), avec un placement qui fait mouche (les couplets et le refrain sur "God is Dreaming" ou "Goat of Mendes" ne sont d'ailleurs pas sans rappeler - et c'est une nouveauté ! - la scansion d'un certain Glen Benton sur les vieux Deicide, tout comme certaines voix doublées aigues telles que sur l'impitoyable "Bless Me Father"...). Le groupe n'a ainsi peut-être jamais paru aussi remonté et hostile qu'aujourd'hui, que ce soit en 'blast' (sur lesquels Laurent a le bon goût de ne pas abuser à outrance) ou sur les nombreux passages lourds (de fait peut-être encore plus prononcés que jamais), et ce ne sont pas les guitares vicieuses de "Goat of Mendes" ni les nombreux soli apocalyptiques disséminés par les deux gratteux d'origine tout au long de ce disque - et qui nous évoqueraient là encore le meilleur des Hoffmann Bros - qui vont venir ici me contredire. C'est tout juste si on ne regrette pas que l'album ne soit pas un peu plus long (une trentaine de minutes au compteur...), mais comme on le dit si bien Outre-Atlantique : « no filler, just killer ! ».

Quand bien même ceci n'est pas tout à fait vrai, car si ce disque est finalement assez homogène de manière générale, ce sont peut-être quatre ou cinq titres sur les dix qui vous agriperont jusqu'à ne plus vous lâcher, comme cela avait un peu été le cas avec "Flesh Divine", "Without Christ", "A Message For All Those Who Died" ou "Substance of Purity" (et/ou d'autres selon les sensibilités) sur la bien-nommée 'abjecte offrande' de 1992 ... Là encore, quelles sont les petites « douceurs » qui viendront particulièrement hanter vos jours et vos nuits ? La 'groovifiante' "Infamy", ou bien l'obsédante (et surpesante, malgré son entame faussement 'speedée' façon "The Ancient Ones" de 'qui-on-sait') "Probably Impure" ? A moins que vous ne succombiez fort logiquement à la radicalité d'un "I Vomit This World" ou au lugubre et saisissant "Unholy Black Splendor" éponyme (et ses breaks carrément hypnotiques) ...

 





Ce n'est peut-être pas pour rien que le bien-à-propos "At the Coming of Dawn" d'introduction (et ses choeurs religieux illustrant bien la thématique de l'album dans tout son écoeurement...) s'achève sur un court extrait de 'L'Exorciste'... La formation Mulhousienne a elle aussi exorcisé ses vieux démons en tournant la page du gênant doublé C.O.L.D. / Sure to Be Pure, et est effectivement - c'est là tout le 'mal' qu'on leur souhaite - comme à l'aube d'une nouvelle vie, avec ce nouveau souffle d'une carrière renaissante. "Resurrection Through Carnage", aurait pu leur souffler Swanö...


Certes moins audacieux et entreprenant qu'un Coloured Funeral, moins novateur (pour l'époque !) et 'ultime' dirons-nous que son grand frère Abject Offerings, ce Unholy Black Splendor n'en demeure pas moins un manifeste de la plus belle eau croupie à la gloire d'un death métal sincère "à l'ancienne", aujourd'hui ressuscité de fort belle manière sur nos terres par un Necrowretch conquérant et un Mercyless qui retrouve enfin dans le soufre toutes ses lettres de noblesse. « Spleeeeeeeeeeeeeeen-dide !!! »





LeBoucherSlave


7,5/10

mercyless, french death metal, line-up 2013, unholy black splendor


Retrouvez Mercyless, Necrowretch, Affliction Gate et The Seven Gates le samedi 15 février 2014 à Saint-Etienne pour un mini-fest 100 % 'death old-school' !


 

Note de la rédaction :
 webzine metal
7 / 10
radio metal
 webzine metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Pestilence, Obsideo, Seth, Black, Death, Ancient Ascendant, Glaz'art Pestilence + Seth au Glaz'art de Paris le 5 mai 2014
12/01/2014 - Avis aux amateurs de gros son, Pestilence viendra défendre son nouvel album sur la scène du Glaz'art le 05 Mai prochain. Bien qu'Obsideo ne nous ait pas complètement convaincu sur la Grosse Radio, gageons que le groupe saura redresser la barre en live.  Pour ...
Lire l'article
Death, tournée hommage, Death DTA, 2013, live report, Paris, Obscura, Trabendo, Death DTA (+ Obscura et Darkrise) au Trabendo (25.11.2013)
03/12/2013 - Chuck est mort, vive Chuck ! C’est au Trabendo que devait se passer l’impossible : un concert de Death sans Chuck Schuldiner. Malgré un bon nombre de sceptiques par rapport à cette initiative, les musiciens de l’album Human, augmentés de Max Phelps ...
Lire l'article
Pestilence, Death metal technique, Obsideo, Patrick Mameli, Atheist, Death Pestilence - Obsideo
02/12/2013 - Pestilence, un album qui sent mauvais?  Après un Doctrine (2011) en demi teinte, Pestilence est de retour avec leur troisième album depuis leur reformation de 2008. Si la qualité des albums sortis depuis avait laissé un gout amer aux fans, quant à ...
Lire l'article
Death, Chuck Schuldiner, concert, hommage, le Trabendo, 2013, Death en concert à Paris : un hommage à Chuck Schuldiner
06/11/2013 - Edit du 06/11 de l'article datant du 8/07) : Le line up est aujourd'hui confirmé : Chant/guitare : Max Phelps Guitare : Paul Masvidal Basse : Steve DiGiorgio Batterie : Sean Reinert   Par ailleurs, il est maintenant confirmé qu'Obscura et ...
Lire l'article
mercyless, unholy black splendor, trendkill recordings, retour, come-back, nouvel album, death metal culte, france Mercyless : nouvel album repoussé en septembre
28/05/2013 - [EDIT DE LA NEWS DU 09/04 : nouvelle date de sortie + infos] EN-FIN !... On l'attendait de pied ferme, depuis la reformation du groupe en 2011 et les concerts mémorables donnés ensuite à travers l'Hexagone (dont le fameux PMFF en début ...
Lire l'article
Paris France Metal Festival 5, thrash, death, Loudblast, Agressor, Aggressive Agricultor, Mercyless, 6:33 & Arno Strobl Paris Metal France Festival 5 : 1er jour (vendredi 11 janvier 2013)
20/01/2013 - Le cinquième et dernier volet de la saga du Paris Metal France Festival s’est ouvert d’une manière magistrale ce vendredi 11 janvier 2013 avec une soirée très orientée thrash metal. L’affiche était alléchante et regroupait ...
Lire l'article
Vos commentaires
 musique métal
NOS CHRONIQUES METAL
 forum metal
NOS INTERVIEWS METAL
 forum metal
NOS LIVE REPORTS METAL
 écouter radio métal
NOS ACTUS METAL
 vidéo métal
NOS VIDEOS METAL
radio metal
NOS FLASHBACKS METAL
 musique métal
NOS HUMEURS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 webzine metal Tout le webzine de la grosse radio
 forum metal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2017