écouter radio métal
La Grosse Radio METAL sur  musique métal La Grosse Radio sur Twitter radio metal  webzine metal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Live report / Northlane (+ Erra, Invent Animate et Ocean Grove) à Petit Bain (16.12.2017)
Northlane (+ Erra, Invent Animate et Ocean Grove) à Petit Bain (16.12.2017)


L’automne parisien a vu défiler bon nombre de groupes de la scène hardcore/metalcore et 2017 aura été un très bon cru pour les amateurs du genre. Pour finir l’année, c’est Northlane qui revient dans la capitale un an après son passage à la Flèche d’Or, avec trois autres formations dans leurs bagages. De quoi rassasier les fans impatients d’entendre les titres du petit nouveau Mesmer en live.


Ocean Grove


Pour ouvrir la soirée, l’un des combos les plus intéressants de la scène s’avance devant nous : Ocean Grove. On vous a parlé en long et en large de la petite bombe The Rhapsody Tapes sorti par les Australiens en début d’année et la confirmation live était attendue pour la formation qui pourrait bien gravir les échelons à toute vitesse dans les années à venir.

OCean grove, paris, petit bain, dale tanner, 2017

Pour l’heure, le public ne connait pas encore beaucoup le groupe et regarde avec curiosité les tenues improbables des membres à leur entrée sur scène. Ils font figure d’outsider de la soirée au milieu de trois groupes de djent et les choses vont mettre un peu de temps à s’animer dans la foule alors que sur scène, la débauche d’énergie est irréprochable. En début de set, le son ne fait pas honneur aux compositions hardcore teintées de grunge des Australiens et les nombreuses invectives du frontman Luke Holmes restent sans réponse ce qui engendre une ambiance un peu étrange. Heureusement, ces deux problèmes vont relativement se corriger par la suite et le groupe peut enclencher sa mécanique.

Ocean Grove, Luke Holmes, 2017, Petit Bain, Paris

En seulement 30 minutes, ils parviennent à jouer neuf titres principalement issus de The Rhapsody Tapes. Des destructeurs « Intimate Alien » et « These Boys Light Fire » aux plus calmes « Mr Centipede » ou « From Dalight », les membres sont parfaitement en place et tout l’arsenal du groupe est utilisé. Le chant clair de Dale Tanner a du mal à se faire entendre en début de set mais dès que ce souci est réparé, on peut profiter de toute la puissance de son timbre et les quelques fans connaissant les paroles peuvent s’époumoner avec lui.

De son côté, le frontman Luke Holmes est très bavard entre les titres, expliquant le concept derrière le groupe et racontant quelques anecdotes sur la tournée comme le fait que le groupe voit de la neige pour la première fois leur vie! Niveau chant, il prend plus de responsabilité en voix claire que sur album et on le voit utiliser une pédale de déformation vocale à plusieurs reprises, procédé original et réussi.

Ocean Grove, Paris, Petit Bain, 2017

Le show se termine sur « Stratosphere Love » et ses riffs dantesques provoquant un premier moshpit. Aucun reproche à faire du côté d’Ocean Grove, mais il sera beaucoup plus intéressant de les voir dans quelques temps avec un public acquis à leur cause, permettant au set des Australiens de révéler son plein potentiel.


Invent, Animate


Deuxième curiosité de la journée, les Américains d’Invent, Animate jouent pour la première fois en France et pour la première fois sur un bateau, comme nous l’avouera le frontman Ben English. Relève de la scène djent américaine, on avait beaucoup apprécié Everchanger sorti en 2014 mais beaucoup moins Stillworld son successeur. Malheureusement, le set sera fortement axé sur ce dernier mais plus que cette affaire de goûts personnels, le set des Américains va manquer un peu de piquant pour emporter le Petit Bain.

Invent Animate, Paris, Petit Bain, 2017

Pour ce genre de metalcore très technique et axé sur les ambiances, le son se doit d’être au top et ce n’est pas le cas ici, rendant difficilement accessibles les subtilités des compositions. Bien sûr, les breakdowns efficaces des Texans font leur petit effet dans la fosse mais il manque quelque chose pour saisir tout ce qu’Invent, Animate tente de nous faire passer.

Le plus flagrant, c’est le manque d’un second guitariste pour épauler Keaton Goldwire dans les mélodies. La plupart sont samplées et s’entendent très peu rendant les compositions moins puissantes qu’elles peuvent l’être en studio. En revanche, Ben impressionne au chant avec un scream honorable et un chant clair qui tient la route, une combinaison loin d’être acquise pour tous les groupes de cette scène. La musique jouée se rapproche beaucoup des premiers opus de Northlane, ce qui doit plaire à une bonne partie du public venu ce soir.

INvent Animate, Petit Bain, Paris, 2017


D’Everchanger, seul le tube « Luna » sera joué mais là encore on reste sur notre faim malgré la qualité d’interprétation. Invent, Animate a du potentiel mais le groupe devra encore procéder à quelques ajustements pour s’imposer durablement dans la scène metalcore/djent.


Erra
 

Véritable institution aux Etats-Unis, les passages d’Erra en Europe se font rares et on ne sait pas trop quoi attendre du combo, lui aussi dans une veine similaire à Northlane et Invent, Animate. Mais dès l’entrée sur scène, on sent que ce set va être bien meilleur que celui qui l’a précédé. La fosse du Petit Bain est enfin noire de monde et le moshpit démarre immédiatement au son des titres du dernier album, Drift.

Les Américains font preuve d’une technicité remarquable surtout au niveau des guitares, en la mettant au service d’un groove imparable. Le son est bien équilibré et permet d’entendre Jesse Cash et Sean Price se renvoyer la balle de fort belle manière sur les tappings et solos ponctuant les compositions. En prime, on peut admirer le beau travail de Connor Hesse à la basse pour apporter le groove nécessaire à l’ensemble.

Erra, Paris, Petit Bain, 2017

Vous l’aurez compris, on est face à une formation qui maitrise son sujet sur le bout des doigts en plus de rendre le public complètement fou. Les slams vers la scène s’enchaînent et JT Cavey doit s’employer pour aider les fans à se réceptionner et repartir dans la foulée. Malgré ce double job, le frontman sosie de Jake Luhrs d’August Burns Red s’en sort très bien vocalement mais celui qui impressionne vraiment dans le domaine, c’est bien Jesse. En plus d’assurer des parties de guitares assez techniques, son chant clair est proche de la perfection avec un grain rappelant Spencer Sotelo de Periphery

Erra, Petit Bain, Paris, 2017


En seulement 30 minutes, Erra a le temps de faire un tour dans sa discographie avec « White Noise » du premier album. Mais la déception est grande lorsque JT nous annonce le dernier titre de la soirée, « Skyline ». Erra aura livré sans nul doute le meilleur set de la soirée et on en aurait bien repris un petit quart d’heure en plus. En espérant que les Américains puissent revenir au plus vite.


Northlane


Pour terminer cette soirée déjà riche en émotion, Northlane n’a plus qu’à retourner un Petit Bain acquis à sa cause. La salle a beau ne pas être remplie à ras-bord, les fans réservent un accueil triomphal au combo prouvant que son statut de tête d’affiche n’est pas usurpé. « Colourwave » ouvre le set de façon plutôt mélodieuse et même si la claque n’est pas aussi grande que pour Erra, le tout est bien en place et laisse présager un bon moment.

Northlane, Paris, petit Bain, 201

Mais patatras, l’enchaînement avec « Worldeater » et « Rot » est un peu poussif, replongeant dans les défauts que l’on connait à Northlane depuis ses débuts, à savoir un jeu de scène manquant d’âme et surtout un son souvent brouillon. Il est bien difficile d’entendre les notes jouées par Josh Smith et Jon Deiley ce qui n’aide pas à se mettre dans le bain.

Fort heureusement, la fosse offre tout de même un bel accueil aux Australiens en faisant sérieusement tanguer le Petit Bain. Si jusque-là on avait oublié être sur un bateau, les plus sensibles sont ramenés à la réalité instantanément. Les crowdsurfeurs sont accueillis sur scène plutôt chaleureusement par les membres et le tout se déroule dans une excellente ambiance.

Northlane, Paris, Petit Bain, 2017

Le réveil de Northlane va intervenir en milieu de set avec un "Citizen" repris en chœur par le public et un son qui s’améliore enfin. A partir de là, on a l’impression d’avoir face à nous un tout nouveau groupe et les titres sonnent bien plus percutants à l’image de « Render » ou du tube « Quantum Flux » dont le « Set me Free » est devenu un classique repris par toute la foule. 

Comme souvent depuis son arrivée dans le groupe, la performance de Marcus Bridge au chant impressionne avec une grande justesse en chant clair et un scream de mieux en mieux maitrisé. Ses discours au public ont beau être assez artificiels, on sent pendant les titres que le jeune homme prend plaisir à être sur scène et à avoir un public si dévoué. A ses côtés, les musiciens ne font pas pâle figure même si passer après la tornade de riffs Erra est plutôt compliqué. Mention spéciale à Jon Deiley et son style toujours aussi original, assurant sans forcer ses parties en tapping et occupant le poste de claviériste pendant les chansons plus calmes et ambiantes.

Northlane, Petit Bain, Paris, 2017

Evidemment, Mesmer le nouvel album prend de la place dans la setlist avec huit titres. Mais les Australiens sont généreux et ont prévu plusieurs passages dans le reste de la discographie, allant même jusqu’à sortir un « Dispossession » datant de 2011. Marcus est loin d’être ridicule sur le répertoire de son prédécesseur. Malheureusement, malgré un bon passage le groupe retombe dans ses travers avec une fin de set un peu plus molle, en témoigne le rappel « Paragon ».

Que l’on aime ou pas la musique de Northlane, les Australiens assument incontestablement leur statut de tête d’affiche et ne se moquent pas de leurs fans avec 1h10 de jeu et 14 titres. Même si les compositions restent peu originales au sein de la scène metalcore/djent, l’interprétation technique est très bonne et l’éclosion de Marcus Bridge au chant donne ce petit quelque chose en plus. Dès lors, pas de raison pour que le succès quitte le combo et il devrait revenir nous voir encore assez souvent dans le futur.

Setlist:
Colourwave
Worldeater
Rot
Heartmachine
Dream Awake
Citizen
Render
Savage
Quantum Flux
Obelisk
Solar
Dispossession
Intuition

Paragon



Photo : Justinator / Justine Cadet 2017
Galerie complète ici

Ocean grove, petit bain, paris, 2017

Ocean grove, petit bain, paris, 2017

Invent Animate, Paris, Petit Bain, 2017

Erra, paris, petit bain, 2017

 musique métal
 webradio metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
hardcore, australie, the rhapsody tapes, unfd, running touch Luke Holmes, chanteur d'Ocean Grove
08/01/2018 - Révélation de l’année venue tout droit d’Australie, Ocean Grove est officiellement fin prêt à conquérir le monde avec sa musique si particulière entre influences du son des années 90 et hardcore des plus efficaces. A ...
Lire l'article
Hellfest, northlane, australie, metalcore, djent, concert, 2017, mesmer Northlane au Hellfest 2017
14/08/2017 - Dimanche - 11h05 - Mainstage 1 Les Australiens de Northlane sont plutôt habitués à sillonner la France en passant par Paris ou Lyon. Aujourd’hui c’est à Clisson, au Hellfest, que nous avons la chance de les accueillir. Une minuscule demi heure de set ...
Lire l'article
Northlane, Mesmer, 2017, djent, Metalcore, UNFD, Australie Northlane - Mesmer
27/03/2017 - Northlane a surpris ses fans en sortant sans l'annoncer son nouvel opus. Nommé Mesmer, comme le trailer posté par UNFD il y a deux semaines sur Youtube, l'album à la pochette sublime était très attendu. Beaucoup regrettent l'époque de ...
Lire l'article
hardcore, australie, unfd, metalcore, neo-metal, running touch Ocean Grove - The Rhapsody Tapes
20/03/2017 - Vous pensez avoir fait le tour de ce que peut proposer le hardcore ? Que le style a un peu de mal à se renouveler ces temps-ci ? Pas de problème, Ocean Grove est là pour vous prouver le contraire, un gros coup de pied dans la fourmilière en prime. Après ...
Lire l'article
this could be heartbreak, tour, europe, uk, live, 2016, roadrunner records, sumerian records, hopeless records, unfd The Amity Affliction (+ Northlane - Stray From The Path - Wage War) à La Flèche ...
20/12/2016 - "the truth is we're all fucked up..."   Alors que la dernière ligne droite de cette immense vague de concerts de fin d'année touche à sa fin, c'est une des dernières occasions pour les fans de metalcore de passer une bonne ...
Lire l'article
Vos commentaires
 webzine metal
NOS CHRONIQUES METAL
 webzine metal
NOS INTERVIEWS METAL
radio metal
NOS LIVE REPORTS METAL
 webzine metal
NOS ACTUS METAL
 webzine metal
NOS VIDEOS METAL
 forum metal
NOS FLASHBACKS METAL
 forum metal
NOS HUMEURS METAL
 musique métal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 webzine metal Tout le webzine de la grosse radio
 vidéo métal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2019