webzine metal
La Grosse Radio METAL sur  webradio metal La Grosse Radio sur Twitter  vidéo métal  forum metal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Live report / Metaldays 2018 - Jour 2
Metaldays 2018 - Jour 2




Metaldays - Jour 2

Mardi 24 Juillet 2018




 


Après une première journée assez chargée et une nuit plutôt mouvementée en mode flip the table (un petit coucou à notre photographe Antoine), la partie courageuse de La Grosse Radio "j'aime la marche" a décidé de tester l'eau des gorges de Tolmin. Après un bon petit déjeuner à base d'omelette/jambon et d'une pinte de bière (bah quoi ?) suivie de quelques kilomètres de marche, notre petite troupe arrive enfin aux gorges. Pour un tarif préférentiel, grâce à notre billet du Metaldays, nous accédons au Saint-Graal parce que oui, il n'y a pas que le metal dans la vie, y'a la rando aussi !


Gorges

Gorges

Gorges


Quelques heures plus tard, les pieds gelés après avoir testé l'eau à 6 degrés et rencontré un chat qui proposait ses charmes gratuitement, nous redescendons pour assiter aux concerts et retrouver la partie "j'ai mal au ventre mais en fait j'ai la flemme de marcher" de l'équipe.

 

THE BEARDED BASTARDS


15h45 - New Forces Stage


Comment décrire au mieux le style des Bearded ?... Eh bien il s'agit de bûcherons coreux aux barbes aussi longues que leur talent ayant troqué leurs tronçonneuses pour des instruments, mais toujours pour couper des arbres! Car il s'agit là d'un metalcore poilu, épuré et diablement efficace, avec une petite touche de bourrinnage en plus (y en a jamais assez). C'est donc une belle tartine bien grasse bien de chez nous comme on les aime!

Depuis plusieurs années déja ils taillent les routes d'Europe et ont emmagasiné une expérience énorme en live. Et comme en Europe centrale on adore ce qui est gras et lourd, le succès ne pouvait être qu'évident ! Malheureusement (et c'est le problème du Metaldays) les groupes qui jouent sur la toute petite scène l'après-midi souffrent d'un manque de public flagrant. Ba oui ! Pourquoi découvrir des groupes quand la plage vous appelle à même pas 30 mètres! Les choses n'allaient donc pas être aussi simples... et les doutes se confirment en voyant les quelques peulés qui attendent devant la scène.

Mais les Bearded ne sont pas barbus à se laisser aller, concentrés ils se préparent et le concert commence tambour battant, un peu subitement (on a senti ce petit moment d'incompréhension générale) mais comme vous le savez : quand faut y aller, faut y aller ! (wouh !). Et à partir de là, on ne les arrêtait plus. Ça bouge ça saute ça hurle, c'est une vraie boucherie sur scène (enfin, une scierie) ! Et en seulement deux morceaux une foule se masse devant un tel massacre de séquoias innocents !

Le cercle vicieux commence alors : les Bearded s'ambiancent de plus belle et les circle pits tournent de plus en plus fort, les pogos font mal, mais ça fait du bien ! Après quelques blagues échangées avec le public (notamment en français) ils balancent leur désormais culte "Fucking Pussy Mustach" (qui provoqua l'hillarité dans le pit) et quittent la scène sous les ovations d'un public chaud comme la braise, fatigué mais qui en redemande ! L'une des révélations de ce festival qui mérite une scène à la hauteur de leur énergie.
 



BATTLE BEAST

19h30 - Ian Fraser "Lemmy" Kilmister Stage


Le combo venu de Finlande et mené par la très charismatique Noora Louhimo entre en scène devant une foule éparse. Après avoir évincé le leader et créateur du groupe, Anton Kabanen ainsi que le thème lié au manga Berserk, Battle Beast est venu au Metaldays pour présenter un set composé en majorité de morceaux de leur dernier album Bringer Of Pain.

Battle Beast

Dès le début du show le ton est donné, même si le public n'est pas vraiment au rendez-vous, le groupe va tout donner et botter des culs. L'énergie et la puissance vocale de Noora met tout le monde d'accord d'entrée de jeu avec le titre "Straight To The Heart". Le son est très bon, particulièrement celui des guitares qui rebondit bien sur la butte située à côté de la main stage.

Lorsque "Familiar Hell" est annoncé par la chanteuse, la foule présente est déjà trois fois plus imposante et participe activement au spectacle ce que Noora ne manque pas de relever avec un grand sourire. Le groupe déborde d'énergie et enchaîne les morceaux puissants aux refrains fédérateurs comme "Black Ninja" et "Bastard Son Of Odin" après lesquels le public scande le nom du groupe. Noora s'adresse une nouvelle fois à la foule pour les remercier de leur présence et termine avec un "vous êtes beaux" avant que les premières notes au clavier de "Touch In The Night", le seul morceau du fluff de Berserk, ne résonnent. Le groupe quitte la scène sur "Burning Skies" pendant qu'une chenille se met en place dans la fosse et démontre une fois de plus la bonne ambiance durant le concert.

Battle Beast

Battle Beast
en live c'est du lourd, une super énergie et une chanteuse au top qui a, grâce à son talent, réussi à fédérer tout un public autour du groupe. Quand un artiste commence un set devant 300 fans et le termine avec pas loin du triple alors qu'au Metaldays les activités annexes sont légion ça ne trompe pas.
 

Battle Beast


CORONER

20h40 - Ian Fraser "Lemmy" Kilmister Stage


Depuis leur reformation en 2011, on ne peut pas dire que Coroner se la coule douce. Le groupe joue partout, tout le temps, et pratiquement sans pause. Il faut dire que le combo suisse a acquis un statut de légende depuis sa séparation et que le public a redécouvert un groupe culte en 2011. A ce titre, Grin, Mental Vortex ou encore No More Colours font partie des monuments du thrash metal, et la foule est présente en masse pour écouter le monument en question.


Coroner

Après une entrée sur "Golden Cashmere Sleeper", on comprend vite pourquoi nous sommes là. Pas pour un show, Coroner étant particulièrement statique sur scène, mais pour la musique. Et dans ce domaine, la formation maîtrise parfaitement sa partition. En live, leurs compositions font l'effet d’un char d’assaut roulant avec groove et technicité sur un public captivé par la musique. En quelques 50 minutes, Coroner enchaîne les classiques sans fausse note et le public répond par des circles pits constants dans la fosse.

Coroner

Et après un finish sur les deux bombes que sont "Reborn Through Hate" et "Die By My Hand", on comprend que le statut de légende du thrash acquis par Coroner n’est pas usurpé. Même si la setlist ne se renouvelle pas d’années en années, il reste un groupe capable de retourner les spectateurs avec un amour non simulé de leur musique !

Coroner


BÖLZER

21h50 - Busko Bursac Stage


Malgré (ou plutôt à cause de) Ensiferum, direction la second stage pour voir Bölzer. En seulement deux démos et un album, le groupe suisse a acquis une importante renommée. Leur black metal occulte, empli de paganisme est à voir sur scène. Et c’est un bonheur de les voir sur la second stage du Metaldays, tant celle-ci est parfaite pour ce genre. Entourée par la forêt, le brouillard et la brume se montrant régulièrement la nuit, cette scène dégage une ambiance mystique unique.


Avec seulement deux musiciens sur scène, le chanteur KzR et le batteur HzR, Bölzer montre que les flammes, les scénographies imposantes et autres artifices ne sont pas nécessaires dans ce style. Le groupe ne parle qu’avec sa musique, ses longues plages lancinantes qui s’entrechoquent brutalement à une violence et une énergie impressionnantes. Les cris se mélangent aux suppliques en voix claire d’HzR, et le public, captivé par tant de musicalité, applaudit à tout rompre entre les morceaux. Bien sur, le groupe fait la part belle à son album Hero sorti en 2016, mais n’oublie pas ses anciennes démos, en témoigne l’hypnotique "Zeus – Seducers of Our Hearts" capable de faire headbanguer lentement des milliers de metalleux.


ENSIFERUM


21h50 - Ian Fraser "Lemmy" Kilmister Stage


En lisant le journal du festival ce matin nous sommes tombés sur une petite surprise : Ensiferum s'est fait remplacer ! À la dernière minute en plus ! Par un groupe prénommé "Enisferum".... Bon c'est enquiquinant tout de même ! Mais bon... puisqu'on est là.. voyons ce que ça donne.

Ensiferum

Ils ont intêret à être bons parce qu'Ensiferum en concert c'est quelque chose. Ils ont eu de la chance dès le départ car ils ont été accueillis par l'une des foules les plus importantes de la semaine, et dès les premiers morceaux ils n'ont pas déçu, le public avait eu raison de venir et ils le leur rendent bien. Nous comprenons vite à quel point les musiciens ont un niveau exceptionnel (nous ne le découvrons pas mais restons toujours aussi surpris à chaque fois) et aucun temps mort ne sera ressenti.

Ensiferum

Le message des finlandais est clair : ils sont là pour marquer les esprits, et ça marche ! Les morceaux s'enchaînent à un rythme effréné, ne laissant aucun répit, arranguant les foules sans se soucier de la fatigue. Même l'absence de morceaux cultes comme "One Man Army" ou "In My Sword I Trust" ne parvient pas à noircir le tableau.

Ensiferum

Un concert bluffant de bout en bout qui a réussi à réjouir les fins connaisseurs comme les curieux. Bravo à "Enisferum" qui, non content de jouer leurs morceaux à la perfection, leur ressemble comme deux gouttes d'eau! Fortiches quand même...



ACCEPT

23h20 - Ian Fraser "Lemmy" Kilmister Stage


On ne présente plus les vétérans d'Accept, séparés, reformés, séparés et reformés encore à de multiples reprises. Les Allemands sont la tête d'affiche de ce deuxième jour de festival et le public est venu en nombre pour voir si l'ancien électricien, qui officie au chant, peut soutenir la comparaison avec l'illustre Dirkschneider, toujours là quand il s'agit de dire un petit mot gentil sur ses anciens camarades de jeu.

Accept

Le groupe fait preuve d'une belle énergie durant le début du set mais l'ambiance ne décolle pas. Même si le public soutient bien le groupe à chaque fin de morceaux, il n'y a que très peu de mouvements dans la fosse, à l'exception de quelques slammeurs en toute fin de concert. On a cette impression qu'une bonne partie des spectateurs n'est venu que pour voir un gros nom et dire "j'y étais", en témoigne les personnes discutant pendant les morceaux ou le nez sur leur téléphone ne relevant la tête qu'en fin de titre pour applaudir.

Accept

Le son est parfaitement réglé et c'est un vrai plaisir que de pouvoir assister au concert sans protections auditives. La voix de Mark Tornillo est parfaite, ne faiblit jamais et prouve qu'il n'a rien à envier à Udo. Accept enchaine les "Princess Of The Dawn", "Die By The Sword" et "Metal Heart" pour le plus grand plaisir des fans, collés aux premiers rangs avant de reveillé celui plus en retrait sur le classique des classiques, "Balls To The Wall".


Accept a livré un bon concert plein d'envie et avec une performance excellente de leur frontman mais n'a malheureusement pas été aidé par une partie du public, plus intéressé par son écran de smartphone que par la prestation qui se déroulait devant eux, dommage.

Accept



WATAIN

00h30 - Busko Bursac Stage


Dernier concert de la journée et non des moindres, à savoir Watain et son black metal sans concession. Et on peut dire que Watain ce soir aura mis le feu à la second stage du Metaldays… Littéralement mis le feu. Devant une foule beaucoup trop nombreuse pour l’étroitesse de la scène, la scène va donc s’embraser petit à petit durant le set, le feu étant présent en fin de concert sur l’intégralité de la structure mise en place par le groupe.


Watain

Avec un début sur "Stellarvore", Watain nous cueille à chaud, dans ce mysticisme qui déborde de satanisme. Erik apparaît comme d’habitude en maître de cérémonie, comme possédé par le démon, ses hurlements débordant de haine et de violence. L’ambiance est très lourde et le groupe en joue, tantôt en envoyant du sang coagulé sur la foule, tantôt en maniant une boule à encens qui enveloppe la scène de fumée. Dès les premières notes de "Devil’s Blood", le public devient dément, l’apogée étant atteinte sur le classique "Malfeitor", devant lequel les spectateurs ne font qu’un, headbanguant ensemble à s’en déchirer le cou.

Watain

Watain

Le concert est très nerveux, très éprouvant physiquement et quand il se finit, on est presque heureux que celui-ci s’arrête malgré sa qualité. En une heure dix, Watain a livré un show violent, martial, qui fait office de best-of de sa discographie. Bref, un concert parfait pour clôturer une journée de concert !

Watain

Textes : Renaudg, Foxxx et Monsieur Max
Crédits photos : ©Antoine Beaucourt, ©Foxy Photographie et ©Kadja Borns pour le compte du Metaldays.

Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
 écouter radio métal
 forum metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
festival, slovénie, metaldays, winter days of metal, judas priest, vacances Metaldays : le mix parfait entre metal, vacances et écologie ?
27/07/2018 - Alors que la quatorzième édition du festival Slovène Metaldays bat son plein, La Grosse Radio est allée discuter avec Nika Brunet, organisatrice et responsable presse et marketing du festival, pour parler de l’évolution de ce petit festival devenu ...
Lire l'article
metaldays, festival, slovenie, children of bodom, accept, judas priest, dimmu borgir, rise of the north star Metaldays : les 9 premiers noms annoncés pour 2019
23/07/2018 - Le Metaldays 2018 a à peine commencé que les premiers noms de l'édition 2019 ont déjà été dévoilés aux festivaliers ! Neuf noms, sur une affiche qui en comptera plus d'une centaine au final. C'est donc les ...
Lire l'article
Vos commentaires
 vidéo métal
NOS CHRONIQUES METAL
 webzine metal
NOS INTERVIEWS METAL
 musique métal
NOS LIVE REPORTS METAL
 écouter radio métal
NOS ACTUS METAL
radio metal
NOS VIDEOS METAL
 webzine metal
NOS FLASHBACKS METAL
 forum metal
NOS HUMEURS METAL
 forum metal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 webzine metal Tout le webzine de la grosse radio
 écouter radio métal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2018