vidéo métal
La Grosse Radio METAL sur  écouter radio métal La Grosse Radio sur Twitter  webradio metal  webzine metal  musique métal
  • Zebra Podcast LDTDZ
  • Gros clips
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Live report / Alice Cooper + Black Stone Cherry à La Seine Musicale de Sèvres (20.09.19)
Alice Cooper + Black Stone Cherry à La Seine Musicale de Sèvres (20.09.19)
Un an après un concert à l’Olympia immortalisé sur DVD, Alice Cooper retrouve le goût des grands espaces avec une tournée qui passait par trois arenas françaises, dont la Seine Musicale, aux confins de Paris. Et s’il a sorti un EP, Breadcrumbs, une semaine auparavant, ce sont bien les classiques qui vont résonner dans la salle francilienne.



Black Stone Cherry



Alors que la salle se remplit, ce sont les Américains de Black Stone Cherry qui lancent les hostilités.  Leur musique qui mélange rock, metal, rock sudiste, post-grunge avec des relents de blues n’a pas beaucoup de points communs avec le roi du shock rock, mais avec pas loin de vingt ans d’existence, on s’attend au moins à un set un minimum rodé, à défaut d’être forcément très emballant. Sur disque, la musique de Black Stone Cherry est en effet plaisante, mais manque un peu de puissance et d’éléments vraiment accrocheurs distinctifs, d’où la crainte d’une première partie un peu passe-partout.


Première bonne surprise : le son est très bon, clair et puissant, et chaque élément s’entend bien. Mais c’est presque anecdotique au regard de la performance de la formation ce soir : dès le moment où ils mettent les pieds sur scène, on sent que les Américains veulent en découdre, et ils vont clairement tout donner pour convaincre le public.

Le quatuor, qui passe à cinq voire six sur scène, attaque donc très fort avec « Burnin », issu de son dernier album en date Family Tree, un titre énergique et entrainant qui devient complètement abrasif sur scène. Les musiciens, entrés comme des fauves dans une arène, font rugir leurs instruments. Chris Robertson donne de la voix avec conviction, Ben Wells and John Lawhon ne tiennent pas en place et arpentent la scène en haranguant le public et en assurant les chœurs, Wells à la guitare semblant particulièrement enragé. John Fred Young, lui, martèle ses futs avec une puissance peu commune, et l’on se demande si les toms passeront la soirée.

black stone cherry, alice cooper, seine musicale


Dès le premier morceau, le groupe semble avoir mis tout le monde d’accord, il enchaine alors avec un de ses plus gros succès, « Me and Mary Jane », un titre redoutablement efficace qui décuple là encore d’intensité sous la fougue des Américains. On soupçonne Young de déforester la moitié de la forêt amazonienne à chaque concert, puisque tout en martyrisant sa batterie comme un forcené, il passe son temps à jeter une baguette en l’air sans vraiment prendre la peine d’essayer de la rattraper, utilisant ainsi un nombre considérable de sticks.

Si la setlist baisse un peu d’intensité avec le quatrième titre, « In My Blood », beaucoup plus mid tempo et assez anecdotique, les musiciens ne semblent pas s’en rendre compte et continuent de s’acharner sur leurs instruments et de haranguer la fosse. Seul le claviériste semble un peu en retrait, mais quand même dans son élément. Un percussionniste intervient sur plusieurs morceaux, apportant des variations bienvenues à des titres qui finiraient peut-être par être linéaires sinon.


Toute l’énergie passant dans leur jeu, les musiciens ne parlent quasiment pas. Vers la fin, le guitariste prend la parole pour faire ovationner Alice Cooper, et louer Paris, « une ville si rock’n’roll que les autres villes occidentales ne peuvent pas l'imaginer » (c’est lui qui le dit). Le chanteur redira quelques mots vers la fin, mais au vu de sa prestation, le groupe a raison de s’économiser en paroles et de s’exprimer à travers sa musique. En une grosse demi-heure, Black Stone Cherry va à l’essentiel : des titres puissants, retravaillés pour gagner en énergie sur scène. La formation américaine a montré ce soir plus de hargne et d’investissement que beaucoup de têtes d’affiche, et aura probablement donné envie à une partie du public de la revoir sur un set entier.

Setlist
•  Burnin'
•  Me and Mary Jane
•  Blind Man
•  In My Blood
•  Blame It on the Boom Boom
•  White Trash Millionaire
•  Lonely Train
•  Cheaper to Drink Alone
•  Family Tree



Alice Cooper



Après cette entrée en matière ébouriffante, le « godfather of shock rock » est attendu de pied ferme. Le concert n’est pas complet ce soir mais l’affluence est tout de même importante, beaucoup de spectateurs ont dépassé la quarantaine voire la cinquantaine, mais quelques metalleux plus jeunes font un peu baisser la moyenne d’âge.

alice cooper, black stone cherry, seine musicale, shock rock, nita strauss, glen sobel, tommy henriksen, chuck garric, ryan roxie


Après les versions enregistrées de « Years Ago » et « NightmareCastle », les musiciens s’installent dans la pénombre et lancent « Feed My Frankenstein ». Un très bon titre pour commencer, qui pose le cadre. Le son est là encore très bon, même si certains trouvent qu’il manque de puissance sur les premiers titres – il est vrai qu’on survit sans bouchons d’oreilles, ce qui n’est pas le cas tout le temps. Si certains guitaristes sont perchés en haut des remparts du décor, ils rejoignent très vite l’avant-scène, bientôt rejoint par un Frankenstein géant, qui ne reste hélas que quelques secondes avant d’être rattrapés par ses geôliers.

La scène est presque classique pour du Alice Cooper : des remparts donc, avec un gouvernail à tête de mort, quelques squelettes sur le devant de la scène, une tour dont l’intérieur sert à projeter, un fond de scène changeant.


Niveau setlist, c’est là plus que classique. Le concert, comme tous les concerts de Cooper depuis des années, est un gros best-off, dans lequel aucun album ne prend vraiment l’ascendant, même si ce soir Billion Dollar Babies (1973, l’époque du Alice Cooper Group) et Welcome To My Nightmare (1975, son premier album en solo) ont droit à quatre titres chacun. Les années 70 et 80 prédominent largement, certes, c’est là que Vincent Damon Furnier a eu ses plus gros succès, mais les années 90 n’ont droit qu’à une seule chanson (« Hey Stoopid », et leur dernier album long, Paranormal, n’a lui aussi qu’un morceau, « Fallen ». Quant au dernier EP, Breadcrumbs, sorti tout juste une semaine avant, il n’en est même pas fait mention (certes, il s'agit d'un album de reprises).

alice cooper, black stone cherry, seine musicale, shock rock, nita strauss, glen sobel, tommy henriksen, chuck garric, ryan roxie


Cependant, pour peu que l’on ne soit pas rétif à ce ressassement de vieux tubes, le spectacle est réussi. Et avouons-le, la majeure partie du public semble être là essentiellement pour les classiques. « Feed My Frankenstein » est suivi de « No More Mr Nice Guy » et « Bed of Nails », le public est à fond. Evidemment, ce n’est pas vraiment là qu’on pogote, mais les spectateurs chantent en chœur ou partent dans des transes gesticulatoires à l’esthétique particulière mais non dénuée d’intérêt.

Alice Cooper est en forme et plutôt en voix, il enchaine les changements d’accessoire, mais adresse très peu la parole au public, hormis pour la demande rituelle « Raise your hand if you’re poison » sur le titre du même nom et pour les présentations du groupe à la toute fin.


Le groupe, justement, mérite au moins autant l’attention que son chanteur. Les trois guitaristes, Nita Strauss, Ryan Roxie et Tommy Henriksen, sont de gros poseurs, mais ils sont tellement bons qu’on peut difficilement leur en tenir rigueur. Ils alternent régulièrement les soli et on serait bien en peine de les départager. Le bassiste Chuck Garric n’est pas en reste, et le batteur Glen Sobel impressionne par sa force de frappe et sa capacité à jongler avec ses baguettes tout en jouant.

Bref, musicalement, c’est de très bonne facture, mais un concert d’Alice Cooper, c’est un spectacle complet, et pendant que le maître de cérémonie change d’éléments de costume toutes les deux chansons, plusieurs personnages viennent tour à tour prendre possession de la scène : Frankenstein, donc, mais aussi une mariée ensanglantée, un hideux bébé géant, une infirmière folle, des personnages pour la plupart habituels dans l’univers d’Alice Cooper, sans oublier la traditionnelle guillotine. Rien à dire, cela fonctionne, mais on a parfois l’impression d’une succession de sketches décousus : les personnages font souvent des apparitions très courtes, sans lien les uns avec les autres, alors qu’on voudrait les voir occuper la scène plus longtemps, et pourquoi pas raconter une histoire cohérente du début à la fin. De la même façon, il est dommage que le décor, les escaliers, les remparts, le haut de la tour, soient au final relativement peu utilisés, par les musiciens notamment, alors qu’ils pourraient être un espace de jeu fantastique.

alice cooper, black stone cherry, seine musicale, shock rock, nita strauss, glen sobel, tommy henriksen, chuck garric, ryan roxie



Il faudrait tout de même être de très mauvaise foi pour affirmer que le spectacle est mauvais : il pourrait être plus surprenant, plus déjanté, plus choquant, moins best of. Il n’en reste pas moins qu’Alice Cooper est encore très en forme pour son âge, épaulé par des musiciens hors pair, qui pourrait en remontrer à beaucoup de chanteurs de sa génération, et même à certains plus jeunes. Et au final, après un rappel composé d’ « Over My Wheels » et « School’s Out » mixé avec « Another Brick in the Wall » (comme depuis plusieurs années), le public semble ravi, ce qui est au final l’essentiel.

Setlist
•  Feed My Frankenstein
•  No More Mr. Nice Guy
•  Bed of Nails
•  Raped and Freezin'
•  Fallen in Love
•  Muscle of Love
•  He's Back (The Man Behind the Mask)
•  I'm Eighteen
•  Billion Dollar Babies
•  Poison
•  Roses on White Lace
•  My Stars
•  Devil's Food
•  Black Widow Jam
•  Steven
•  Dead Babies
•  I Love the Dead
•  Escape
•  Teenage Frankenstein
Rappel
•  Under My Wheels
•  School's Out (+ Another Brick in the Wall)
 forum metal
 webzine metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
chanson, histoire, anecdote, historique, Alice Cooper L'histoire de “School’s Out“ par UNE CHANSON, L’ADDITION !
28/06/2019 - Toutes les semaines, Sam de la chaîne YouTube Une chanson, l’addition vous fait découvrir l'histoire d'un standard de la musique sur La Grosse Radio Rock. Cette semaine, à l’occasion du retour en France d’Alice Cooper à la ...
Lire l'article
Hollywood Vampires, Rise, Alice Cooper, Joe Perry, Johnny Deep Hollywood Vampires - Nouvel album en juin 2019
22/04/2019 - Le super groupe de rock Hollywood Vampires, composé du trio de tête Alice Cooper, Johnny Depp et Joe Perry, a annoncé la sortie de son prochain album intitulé Rise. Fini les albums de reprises en hommage aux stars défuntes du rock'n'roll, place ...
Lire l'article
alice cooper, nouvelles dates, concert, 2019, black eyes is back tour Alice Cooper foulera à nouveau le sol français en 2019.
14/12/2018 - Après nous avoir offert trois concerts formidables en 2017 à l'occasion de la sortie de son vingt-septième album Paranormal, Alice Cooper remet le couvert pour 2019. Trois dates sont programmées en septembre 2019 pour le Black Eyes Is Back Tour: - au ...
Lire l'article
hollywood vampires, alice cooper, johnny depp, hellfest, open air, festival, live, metal The Hollywood Vampires au Hellfest 2018
19/07/2018 - Vendredi 22 Juin 2018 - Mainstage 1 - 20h45 Hollywood Vampires Le supergroupe dont on n'avait pas besoin   Si vous êtes venus lire que Johnny Depp est une rock star et que sa présence au Hellfest était un événement, vous pouvez ...
Lire l'article
Alice Cooper, Olympia, Album Live, Poison Alice Cooper annonce son album live à L'Olympia
17/07/2018 - Après avoir passé une année sur les routes pour sa tournée Paranormal, Alice Cooper a posé ses valises pour une dernière nuit dans la salle mythique de L'Olympia où il a donné un concert grandiose. L'artiste a ...
Lire l'article
Olympia, Salle Pleyel, Alice Cooper, Paranormal, 2017, report, live Alice Cooper à l'Olympia - Paris - 07/12/2017
16/12/2017 - C’est un Olympia affichant complet qui accueille Alice Cooper pour la seconde date parisienne de cette tournée 2017. Et à en juger par la variété des visages que l’on retrouve dans le hall principal devant les bars, toutes les tranches d’âge ...
Lire l'article
Paris, concert, glam rock, hard rock, nostalgie Alice Cooper Band + Carousel Vertigo + High School Motherfuckxxs à la Boule noire ...
15/12/2017 - La petite salle de concert parisienne se remplissait peu à peu en cette fraîche soirée, pendant que quatre musiciens tout en noir faisaient chauffer la scène. Les Parisiens de High School Motherfuckers étaient en pleine forme, et n'ont pas pris une ...
Lire l'article
Alice Cooper, Paranoiac personality Paranormal, Album 2017, Actu Alice Cooper dévoile un nouveau morceau
10/06/2017 - Toujours en prévision de son prochain album, Paranormal, qui sortira le 28 juillet prochain chez earMUSIC, Alice Cooper vient de dévoiler un extrait, "Paranoiac Personality". Le chanteur sera toujours présent en France dès novembre pour trois dates ...
Lire l'article
Artistes mentionnés :
 webzine metal Alice Cooper
Alice Cooper c'est d'abors un chiffre: 26 albums sortis entre 1969 & 2005 C'est Franck Zappa qui va donner un coup de pouce au groupe mené par Vincent Furnier (Alice Cooper ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Alice Cooper
Vos commentaires
 webradio metal
NOS CHRONIQUES METAL
 écouter radio métal
NOS INTERVIEWS METAL
 vidéo métal
NOS LIVE REPORTS METAL
radio metal
NOS ACTUS METAL
 webzine metal
NOS VIDEOS METAL
 forum metal
NOS FLASHBACKS METAL
 musique métal
NOS HUMEURS METAL
 musique métal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 forum metal Tout le webzine de la grosse radio
 écouter radio métal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2021