webzine metal
La Grosse Radio METAL sur  webzine metal La Grosse Radio sur Twitter  webzine metal  forum metal
La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Live report / Motocultor 2013 : jour 2 (17.08.2013)
Motocultor 2013 : jour 2 (17.08.2013)

Motocultor Festival Open Air : samedi 17 août
 

Deuxième journée de l'édition 2013 du Motocultor, avec une programmation variée, allant du punk au grind le plus sale, en passant par le thrash mélodique et le metal oriental. Si le soleil matinal a laissé place à une petite pluie en début de soirée, les ardeurs des metalleux, plus nombreux qu'au jour précédent, n'ont pas été refreinées.



Collaps Machines – Supositor Stage – 13h
 

La deuxième journée du Motocultor est ouverte par Collaps Machines, groupe de la région, bien décidé à faire bouger les festivaliers avec son hardcore principalement influencé par les grands de New York et des groupes de hardcore moderne. Si le frontman Bën est bien motivé et se donne à fond, on remarquera néanmoins que les autres musiciens se montrent moins mobiles.

Collaps Machines


Le groupe doit en plus faire face au problème de ceux qui jouent en premier : le public n’est pas des plus fourni. Probablement en train de récupérer d’une éventuelle gueule de bois, les festivaliers ne se pressent pas pour voir le groupe de hardcore rennais et il reste beaucoup de place devant la Supositor Stage. Heureusement, le groupe peut compter sur les fans de hardcore pour former un pit assez sympathique.

Avec une musique relativement moderne, Collaps Machines est arrivé à tirer son épingle du jeu en convaincant les quelques festivaliers venus assister au spectacle, qui n’ont pas manqué de les applaudir.

Collaps Machines


Vyuuse


Jungle Rot – Dave Mustage - 13h45
 

J'aime sentir l'odeur du napalm au petit matin.

Bon, d'accord, il est tout de même déjà presque 14h, mais en temps de festival, c'est encore le matin pour beaucoup de monde. D'ailleurs, le public n'a pas encore vraiment fini d'arriver.

Pourtant, c'est le moment de se dégourdir les jambes avec un bon vieux groupe de death old school comme Jungle Rot.

Jungle Rot


Certes, le nom du groupe n'est pas très vendeur, puisqu'il fait référence à une maladie des pieds attrapée par les soldats US au Viet-Nâm, dans leurs bottes perpétuellement humides.

En tout cas, leur musique elle, est très loin de sentir des pieds. Au contraire, elle aurait plutôt tendance à balancer joyeusement une grosse bourrasque sur la scène du Motocultor.

A l'écoute, on remarque assez rapidement que Jungle Rot nous  propose un bon vieux death metal qui n'aurait pas fait honte à des Benediction, des Bolt Thrower ou des Obituary de la glorieuse époque des années 90.

Jungle Rot


Dave Matrise, seul rescapé de la formation d'origine datant de 1994 semble en tout cas bien en forme et son chant puissant colle bien sur les riffs rageurs.

Le public apprécie, même s'il reste encore peu nombreux pour ce second concert de la journée.
Soulignons encore une fois que l'organisation du festival sait bien dénicher les groupes efficaces,  pas forcément très connus , tout en alternant tous les styles du metal.

Thomas Orlanth

Excrementory Grindfuckers - Supositor Stage - 14h35
 

Sous un soleil radieux et devant un public assez fourni, les Allemands foldingues d'Excrementory Grindfuckers (amis de la poésie...) viennent donner leur toute première date en France. Le chanteur Mao se présente à la foule dans une veste dorée, à la manière d'un Elton John sur fond de nappes de synthétiseur assez calmes, en clamant "nous faisons du grindcore atmosphérique".

Excrementory Grindfuckers


Le public l'a bien compris, Excrementory Grindfuckers fait dans la pure déconne, et le fait bien ! Des blagues entre chaque chanson, plus ou moins en dessous de la ceinture, avec un Mao qui vante les vertus du schnaps (en levant une bouteille de whisky) ou qui se plaindra de ne pas pouvoir déféquer quand il n'est pas chez lui.

Devant une telle ambiance de déconne, le public du Motocultor s'en donne à coeur joie, en balançant des rouleaux de papier toilette,  faisant des giges et des chenilles et des danses improbables. L'ambiance est au beau fixe, avec un public qui s'amuse plus que jamais devant cette orgie de blagues et de chansons improbables.

Excrementory Grindfuckers


Musicalement, Excrementory Grindfuckers mélange tout et n'importe quoi. Si la base est grindcore, on retrouve des rythmiques rock n'roll, des mélodies bien trouvées et des refrains accrocheurs, comme "Ist Aber Nicht". Le groupe gratifiera même les festivaliers du tube "The Final Countdown" d'Europe en fin de set, rebaptisée "The Final Grindown" pour l'occasion.

Les organisateurs avait décrit Excrementory Grindfuckers comme un "groupe décalé [qu'ils] essaient de faire jouer au Motocultor." La description leur sied parfaitement et le public a apprécié l'initiative, comme le groupe, qui a su continuer la fête pendant le reste du festival.

Excrementory Grindfuckers


Setlist :

Humor
Schnaps
Excrementory
Nein, kein Grindcore
Looking for Grindcore
Schämt Euch
Heimscheißer
Is aber nicht
Grindcore Blitz
Veganerweibchen
Ich Mach Dich Ein
Halb & Halb
Vater Morgana
Final Grindown

Rappel :

Picknick

Vyuuse

Gorod – Dave Mustage - 16h50
 

Le death technique de Gorod vient donner des coups de masse au public.
Vous voyez la chute d'un réservoir de plomb en fusion dans une usine sidérurgique ?
Vous imaginez le son que cela donne, en comptant évidemment les victimes qui ont eu le malheur d'être desssous ?

Gorod


Et bien voilà, vous avez la musique de Gorod : les mots metal et death se combinent à merveille.
A titre tout ce qu'il y a de plus personnel, je n'ai jamais vraiment accroché à leur musique. C'est technique, c'est beau, c'est rapide, c'est puissant, c'est lourd, mais... Il manque un petit quelque chose, une résonnance avec mon âme, un peu de chaleur humaine.

Ceci dit, je suis certain que le groupe a beaucoup de vrais fans qui me brûleraient allégrement pour ce que je viens de dire, pour me faire sentir cette chaleur humaine à leur manière, mais qu'ils sachent que les goûts et les couleurs sont très personnels.

Gorod


Quoiqu'on pense de leur musique, on ne peut qu'approuver leur prestation scénique. Le groupe sait bouger et aime faire des contorsions tout en assénant leur musique.

Pour ne citer que lui, Barby, le bassiste de Gorod, m'a toujours impressionné tant il semble prendre son pied sur scène tout en roulant des yeux avec un grand sourire aux lèvres.
Bref, un très bon concert qui prouve que la scène death française se porte très bien !

Gorod


Thomas Orlanth
 

Nick Oliveri & The Mondo Generator – Dave Mustage – 18h25


Après avoir pris la température des différents alcools locaux, la bande à Nick monte sur scène bien décidé à en découdre et heureux de renouer avec les festivals en France.

Nick Oliveri


Le combo n’y va pas par 4 chemins et donne une couleur Punk "In Your Face" au show. Les musiciens jouent à fond la carte de l’instinctif, du brute et du rapide. Nick, torse nu, caché derrière sa basse (avec un autocollant Eyehategod dessus) qu’il porte au niveau du genou grimace en gueulant dans le micro. On sent que les musiciens s’entendent bien et qu’ils sont là pour s’amuser. Nous on est plutôt là pour voir l’ancienne légende de Kyuss et de Queen of the Stone Age dont le titre "You Think I Ain't Worth a Dollar, But I Feel Like a Millionaire" sera joué ce soir donnant un petit coup de fouet au public qui en a bien besoin.

Lionel / Born 666


The Exploited – Dave Mustage – 20h15


Des crêtes, il y en a parmi le public, des rouges, des vertes, des biens droites, des flasques, des longues et des petites. "Punk’s not dead quoi!!!"

Même sous la pluie une crête se doit de rester bien droite, car le temps n’est plus avec nous mais cela n’empêche pas le public de s’amasser devant la scène.

The Exploited


"Fuck the USA" lance les hostilités sous une pluie fine mais intense avec ce riff punk caractéristique…simpliste mais trop puissant! Les doigts se tendent dans le ciel gris de Saint Nolff ! Suivi par un "Holiday in the Sun" ravageur. Le public bouge, réagit, pogote comme dans une vieille salle enfumée d’un Londres passé comme sur "Dogs of War" et son rythme à contretemps qu’un The Clash n’aurait pas renié.

The Exploited


Tous se délectent de la prestation de la bande à Wattie Buchan qui n’arrête pas de déambuler sur les planches. La pluie s’intensifie et c’est à ce moment que je me décide d’aller chercher des vêtements plus adéquats pour affronter le crachin breton. Lorsque je reviens vers la scène je croise les musiciens d’Endstille, visiblement "très en forme" sortant du bar des musiciens qui m’embarquent pour me retrouver dans les premiers rangs scandant les refrains des britanniques d’une façon rageuse le majeur bien tendu. Mythique !

The Exploited


Lionel / Born 666


Orphaned Land – Supositor Stage – 21h10
 

C’est sous une pluie légère mais présente qu’Orphaned Land entre en scène. L’humidité du climat n’empêche cependant pas au groupe d’emmener le public du Motocultor dans ses terres ensoleillées, en ouvrant le show avec le riff typiquement oriental de "Barakah", titre rentre-dedans idéal pour commencer un festival de metal.

Kobi Farhi Orphaned Land


A partir de ce premier titre, on a également la preuve que la pluie bretonne ne refreine pas non plus les ardeurs du public, très participatif, qui saute sous  les ordres du frontman Kobi Farhi, headbangue à tout va, chante les mélodies (notamment celle de "The Kiss Of Babylon (The Sins)") et offre au groupe une véritable orgie de slammeurs qui ne faot qu’augmenter à mesure que le show avance.

Devant une telle ferveur, le groupe affiche sa joie, multiplie les sourires, avec un Yossi Sassi qui se montre très proche de son public et en même temps complice avec son frontman, KobiUri Zelha, toujours égal à lui-même, reste présent avec ses headbangs sans fin. Seul Chen Balbus, le petit nouveau à la guitare rythmique, se montre plus discret et réservé, même s’il montre bien qu’il est content d’être présent.

Yossi Sassi Orphaned Land


Côté setlist, le groupe s’axe clairement sur les albums récent, en ne jouant rien d’avant Mabool, hormis l’outro instrumentale d’"Ornaments Of Gold". Le choix est plutôt équilibré pour les trois derniers disques, avec les tubes de The Neverending Way of ORwarrior ("Sapari", "Barakah"), les pièces épiques de Mabool ("Birth of the Three (The Unification)", "Ocean Land (The Revelation)") et des perles du petit dernier ("All Is One", "Our Own Messiah") qui passent l’épreuve de la scène à merveille. Evidemment le classique "Norra El Norra" n’est pas oublié en fin de concert, avec le fameux solo acoustique de Yossi, qui utilise son bouzoukitara de la plus belle manière.

Un concert qui montre qu’Orphaned Land n’a plus à prouver sa force sur scène et qu’il est capable, avec son metal hybride, de convaincre le public extrême du Motocultor, en mettant l’accent sur le côté direct et festif pour faire  danser les amoureux de voyages musicaux.

Orphaned Land Uri


Setlist :

Barakah
The Kiss of Babylon (The Sins)
Birth of the Three (The Unification)
Olat Ha'tamid
All Is One
The Simple Man
Ocean Land (The Revelation)
Sapari
Our Own Messiah
Norra el Norra (Entering the Ark) / Ornaments of Gold

Vyuuse


Impaled Nazarene – Dave Mustage – 22h05


Juste avant Jesus sur scène avec Orphaned Land, le Nazaréen Empalé déboule sur scène tels des skins dans un magasin de "bombers". Oy Oy Oy ! Tel est la magie de la programmation. L’attitude est punk, "Roots" dans les rangers.

Imapled Nazarene


Le public est curieux et accroche rapidement, malgré un son plus que brouillon aux riffs acérés des islandais mais avec des titres exécutés à vive allure.

Mais pourquoi Slutti666 se cantonne-t-il juste sur le rebord de la scène devant les retours bien à l’ombre des projecteurs ? Prise de poids ou attitude qu’il lui sied bien ? Les treillis sont de mise et Slutti666 n’hésite pas à parler avec le public.

Impaled Nazarene


De toute façon Impaled Nazarene est heureux et fier de jouer si tard dans la journée, piochant dans toute leur discographie afin de faire plaisir aux fans les plus extrêmes venus en nombre ce soir.

Lionel / Born 666


Banane Metalik – Supositor Stage – 23h05


C’est sur une scène décorée à la manière d’un film d’horreur que les français de Banane Metalik entrent pour effectuer leur concert au Motocultor, dans le cadre de leur tournée qui fête leur retour après deux ans d’absence. Flanqués de déguisements de zombies décharnés, les punks sont prêts à offrir une heure de ce qu’ils appellent le "gore n’roll".

Banane Metalik


Bien mobiles, les membres se démènent tout le long du set, en parcourant la scène de long en large et en dansant autour de leur contrebassiste Éric. Le plus mobile de tous reste le chanteur Ced 666, qui usera d’artifices pour interpréter ses chansons, comme une batte pour se donner un petit côté Orange Mécanique. Si Banane Metalik aime la thématique des films d’horreur, le chanteur prend aussi à parti la foule pour parler de sa liberté artistique et aussi parler un peu politique. Le chanteur demandera aussi à la sécurité de prendre soin des slammeurs.

Mais le propos est avant tout festif, preuve en est avec la musique présentée par les français. Les chansons punk sont simples et accrocheuses, et surtout entrainantes. Bien sensible à cela, les festivaliers en profitent pour bouger dans tous les sens, surtout aux premiers rangs. Voyant cela, le chanteur ira jusqu’à monter sur la rembarde de sécurité pour faire chanter les volontaires du public.

Banane Metalik


Groupe un peu punk et décalé, Banane Metalik a su offrir une alternative au pendant extrème du Motocultor en mettant l’accent sur le côté festif, avec un soupçon de revendication.

Vyuuse


Annihilator – Dave Mustage – 00h00
 

Il est maintenant temps pour les festivaliers d’assister à l’un des clous de l’affiche de l’édition 2013 du Motocultor : la venue d’Annihilator, qui n’avait pas donné de concert en France depuis 2010. Si les canadiens avaient été accueillis avec les honneurs au Hellfest et au Divan du Monde (Paris) cette année-là, il en est de même pour le festival breton, avec des  fans qui trépignent d’impatience avant l’arrivée des musiciens.

Jeff Waters Annihilator


Si le début du concert est quelque peu hasardeux, avec un son très moyen sur "Smear Campaign", le groupe redresse vite le tir avec un "King Of The Kill" qui mettra tout le monde d’accord. Côté setlist, le groupe pioche un peu dans toutes ses époques. Après deux titres de Feast bien interprétés en début de show, on retrouve des classiques comme "Ultra-Motion", "Set The  World On Fire" ou "W.T.Y.D.", ainsi que des titres plus rarement joués comme "Fiasco" ou "No Zone". Les classiques imparables old-school comme "The Fun Palace" ou "Alison Hell" sont évidemment de la partie.

Faisant peu cas de l’époque à laquelle sont sortis les titres, le public est heureux d’être là et le montre bien en chantant à tue-tête, moshant et surtout en slammant. En effet, le concert d’Annihilator est probablement celui où le plus de personnes se sont amusés à se faire porter par la foule, offrant quelques instants de stress à une équipe de sécurité constamment sur le qui-vive.

Annihilator Dave Padden


Devant une telle ferveur, Jeff Waters et sa bande restent égaux à eux-mêmes. Le leader, souriant et heureux d’être sur scène, court de part et d’autre de celle-ci, vient haranguer la foule et prend le micro assez souvent pour alterner avec le chanteur principal Dave Padden, bien en voix ce soir mais moins expressif qu’à l’accoutumée. Musicalement, le groupe est bien en forme et Jeff Waters peut démontrer une fois de plus la maîtrise totale de sa guitare avec des solos bien thrash comme sur "Alison Hell" ou des arpèges bien sentis sur "Fiasco".

En tête d’affiche du Motocultor pour sa première venue à ce festival, Annihilator a su servir un thrash fin et mélodique à son public, sans oublier de les exciter avec des riffs destructeurs. Une réussite totale en terre bretonne, qui donne envie de les revoir cet automne pour un set plus ample, à la hauteur du talent des musiciens.

Annihilator Mike Harsh


Setlist :

Smear Campaign
King of the Kill
No Way Out
Clown Parade
Ultra-Motion
Set the World on Fire
W.T.Y.D.
No Zone
Fiasco
The Fun Palace
I Am in Command
Alison Hell


Vyuuse


Rotten Sound – Supositor Stage – 01h05
 

La journée avait commencé avec du hardcore et se finit avec le grindcore implacable de Rotten Sound, qui fête cette année ses 20 ans d’existence. Après la sortie de l’EP Species At War, les Finlandais opèrent une tournée intense qui fait profiter les festivaliers amateurs de sensations fortes.

Et on peut dire qu’elles sont au rendez-vous. Après la finesse instrumentale d’Annihilator, place à la porcherie jouissive de Rotten Sound, qui enchaîne ses titres bourrins à souhait, avec des musiciens qui montrent bien qu’ils s’éclatent sur scène. La voix porcine de Keijo Niinimaa résonne dans les tympans et les cages thoraciques des metalleux couche-tard et les motive bien.

Rotten Sound


En effet, grindcore oblige, les mosheurs ont l’occasion de s’en donner à cœur joie malgré le fait qu’ils ont une journée de metal dans les pattes. Pas de quartier donc, les mosheurs se dévissent la nuque et sont prêts à participer au champ de bataille apocalyptique, terme bien trouvé que le groupe utilise  pour décrire sa musique dévastatrice.

Côté musical, les riffs de Mika Aalto sont servis à travers un son moyen (mais pas pourri) qui rend l’ensemble imprécis mais permet tout de même aux metalleux d’apprécier la brutalité musicale des finlandais, qui enchaînent les titres sans sourciller. Ils s’amuseront même à feinter leur public en faisant un rappel qui vaudra un joli mouvement de foule à ceux qui croyaient le concert fini.

Rotten Sound

Un final des plus bourrins pour une journée assez variée, avec de l’extrême, du punk et des groupes à la musique plus mélodique. La seconde journée du Motocultor plus fournie que la première en termes de public, aura eu le mérite de satisfaire de nombreux festivaliers avec une large palette de genres de metal.

Vyuuse
 

Photos : © 2013 Nidhal Marzouk  / Yog Photography 

 forum metal
 webzine metal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Slutti666, Impaled Nazarene, Motocultor 2013 Slutti666, chanteur et fondateur d’Impaled Nazarene, au Motocultor 2013
26/08/2013 - C’est un Slutti666, jovial et visiblement emballé à l’idée de jouer ce soir au Motocultor d’autant plus qu’Impaled Nazarene est placé très haut dans le running order du samedi. Et attention, car une interview d'un tel ...
Lire l'article
Excrementory Grindfuckers, humour, grind, Allemagne, Motocultor 2013 Entretien avec Excrementory Grindfuckers au Motocultor 2013
25/08/2013 - En ce deuxième jour de festival, les allemands d'Excrementory Grindfuckers, après avoir livré un splendide show deux heures auparavant, nous accordent une interview où il sera question d'alcool et de linguistique (entre autre). Avec : Rob ...
Lire l'article
Annihilator, Jeff Waters, Feast, Dave Padden, Alice In Hell, Metal, Thrash Annihilator - Feast
14/08/2013 - Raise your Feast !   Trois ans après l’album Annihilator, les canadiens reviennent avec un 14e disque sous le bras et un nouveau batteur. En neuf titres et moins de 50 minutes, Jeff Waters montre qu’il n’a rien perdu de son sens du riff et de son goût pour ...
Lire l'article
Annihilator, Jeff Waters, Feast, Dave Padden, Alice In Hell, Metal, Thrash Jeff Waters, leader du groupe Annihilator
14/08/2013 - Feast contient pas mal de chansons de type "fuck you" De passage à Paris pour promouvoir le prochain album d'Annihilator, Jeff Waters, tête pensante et artiste multi-casquette du groupe, a disséqué le disque lors d'une interview accordée ...
Lire l'article
Brutal Assault, Jaromer, République Tchèque, Orphaned Land, festival métal, Brutal Assault 2013 : la République Tchèque te secoue les miches !
18/07/2013 - Mise à jour (18/07/2013) de la news initiale du 19/03/2013 : ajout de Philm (feat. Dave Lombardo), Vomitory et Balance Interruption à l'affiche, annulation de Killing Joke et D.R.I Beuuuuuh, c'est où la République Tchèque ?? Ils ont ...
Lire l'article
Annihilator, Hellfest, Jeff Waters, Feast, Dave Padden, Alice In Hell, Metal, Thrash Annihilator sera au Hellfest 2014 !
26/06/2013 - Au cours d'une interview accordée à la rédaction, Jeff Waters, guitariste et leader d'Annihilator, a déclaré que le groupe serait au Hellfest 2014 : "Nous jouerons cet été au Motocultor, [...] puis nous ferons deux concerts en France ...
Lire l'article
Orphaned Land, Kobi Fahri, All Is One, Metal, Israël, Norra El Norra, Yossi Sassi, Mabool Orphaned Land - All Is One
19/06/2013 - All Is One : entre simplicité et recherche   Orphaned Land opère son retour avec son cinquième album studio : All Is One. Avec un titre cette fois plus explicite sur sa volonté de faire un pont entre les peuples et les cultures, le groupe israélien est ...
Lire l'article
Orphaned Land, Kobi Fahri, All Is One, Metal, Israël, Norra El Norra, Yossi Sassi, Motocultor, Kobi Farhi, chanteur d'Orphaned Land
19/06/2013 - "Nous n'arrivons pas à voir que tout fait un" A l'occasion de la sortie d'All Is One, cinquième album d'Orphaned Land, le 24 juin, Kobi Farhi, chanteur et membre fondateur, a accordé une interview à La Grosse Radio pour évoquer ...
Lire l'article
Gorod, interview, podcast, 2013, Mathieu Pascal, Nicolas Alberny, Entretien avec Mathieu et Nicolas de Gorod
13/05/2013 - Alors que Gorod est en ce moment en train de disloquer les USA avec une tournée de 25 dates en tête d'affiche, la Grosse Radio s'est entretenue avec les deux guitaristes du groupe pour revenir sur le parcours de cette formation hors-norme. Voici le sommaire ...
Lire l'article
Supuration,Gorod, live report, Paris, 2013, Divan du Monde, Supuration + Gorod au Divan du Monde (05.04.2013)
11/04/2013 - Gorgasme sur un divan Il est de notoriété publique que les Français sont considérés comme hautains et blasés par le reste du monde. Toute légende urbaine a sa part de vérité, et concernant la scène musicale ...
Lire l'article
Yossi, Melting, Clocks, Orphaned Land, guitare, metal, oriental, Israël Yossi Sassi - Melting Clocks
04/04/2012 - Yossi Sassi se livre avec Melting Clocks   Après avoir tourné sans relâche pour défendre son groupe Orphaned Land, le guitariste israélien Yossi Sassi profite de la pause de son groupe pour exprimer son talent musical d’une toute autre ...
Lire l'article
Yossi, Orphaned Land, guitare, metal, oriental, Israël Yossi Sassi, guitariste d'Orphaned Land
07/12/2011 - Après un concert mémorable au Forum de Vauréal, Yossi Sassi, guitariste lead et compositeur principal d'Orphaned Land a accepté de répondre aux questions de La Grosse Radio. Il en a profité pour parler de son prochain album solo, Melting Clocks, qui ...
Lire l'article
Artistes mentionnés :
 écouter radio métal Annihilator
Annihilator est un groupe de heavy metal/thrash metal canadien formé en 1984 par son leader et seul membre permanent Jeff Waters
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Annihilator
 vidéo métal Banane Metalik
Le maxi Ep 6 titres de Banane Metalik, The Gorefather, sort en Septembre 2015 chez At(h)ome / Wagram. Ils en profiteront pour entamer une grande tournée européenne "Sangre ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Banane Metalik
 écouter radio métal Orphaned Land
Groupe israélien de death metal oriental créé en 1991. Originaire de Bat-Yam près de Petah-Tikva en Israël. Dès 1994 ils mélangèrent (pour la ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Orphaned Land
Vos commentaires
 vidéo métal
NOS CHRONIQUES METAL
radio metal
NOS INTERVIEWS METAL
 forum metal
NOS LIVE REPORTS METAL
 webzine metal
NOS ACTUS METAL
 webzine metal
NOS VIDEOS METAL
 écouter radio métal
NOS FLASHBACKS METAL
 webzine metal
NOS HUMEURS METAL
 webzine metal
NOS GROSSES SELECTIONSS METAL
Les Newsletters
Les flux RSS
 webzine metal Tout le webzine de la grosse radio
radio metal Le webzine METAL
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2018