webzine rock
La Grosse Radio ROCK sur  webzine rock La Grosse Radio sur Twitter  webradio rock radio rock
La Grosse Radio / Rock / Webzine rock / Chronique / Les Tambours du Bronx - Fukushima, mon amour
Les Tambours du Bronx - Fukushima, mon amour
Vendredi 7 Octobre 2011 à 17h00, by Pierre Garcin

On ne présente plus Les Tambours du Bronx, qui depuis leur création en 1987, ont vu passer dans leurs rangs plus d’une centaine de musiciens différents, écumé les salles du monde entier, multiplié les collaborations en tous genres (orchestre philarmonique, lauréats du conservatoire national supérieur de musique, musiciens traditionnels bretons, Jaz Coleman de Killing Joke ou plus récemment Sepultura) pour s’imposer comme un acteur majeur de la scène hexagonale. Les voilà qui nous reviennent avec un nouvel album live intitulé Fukushima : mon amour, qui sortira le 10 octobre chez At(home). La réputation du collectif sur scène n’est plus à faire, les Tambours proposent un show à la scénographie soignée, réhaussé depuis le milieu des années 90 de samples électroniques. Toutefois, qui dit show dit image. Que peut donc donner l’écoute de la prestation d’un collectif essentiellement orienté vers la scène ?

Ca commence plutôt pas mal, l’enchaînement « contraste-Cargo-A l’ombre » étant plutôt efficace, même si on regrette un peu que les bidons soient relégués assez loins dans le mix, au profit des samples. Pas que ceux-ci soient désagréables, mais ils n’ont rien d’exceptionnel non plus, surtout quand on a l’habitude d’écouter de bonnes grosses bombes d’indus des familles. « Crash Rythm Thrash » relance la machine, avec une ambiance glauque à souhait, des percussions plus variées (même s’il ne s’agit que de percus samplées) et une montée en puissance qui fait son petit effet. Cela étant, et bien que la prestation n’ait rien de mauvais, on finit fatalement par décrocher de cette étrange mélopée qu’on ne peut ressentir aussi intensément sans voir les corps en mouvement. Tout le principe d’un collectif comme Les Tambours du Bronx est d’entraîner son public dans une transe collective, ce qui en fait une machine en live, peut-être encore plus efficace dans le contexte d’un festival (c'était d’ailleurs son but premier). Difficile de rentrer pleinement dans l’ambiance depuis le confort de son chez-soi.

Les morceaux acoustiques apportent un bol d’air bienvenu, mais le soufflé retombe aussi vite qu’il est monté. Il faut dire que des morceaux aussi plats et anodins que « Head on a plate » ou des samples aussi envahissants que sur "Noki" n’incitent pas à l’adhésion. Mais le problème est plus profond. Taillé pour la confrontation directe avec son public, le projet perd une grande partie de sa force sur disque. Si l’on observe les grandes polyphonies rythmiques jouées par les peuples dits « primitifs » du continent africain, leur but était de permettre à la communauté d’éprouver son unité, de faire corps en vibrant littéralement à l’unisson. Si leur enregistrement présente un intérêt anthropologique certain, le mélomane préfèrera passer son chemin. C’est à peu de choses près la même sensation de manque que l’on éprouve ici. Si certains passages accrochent l’oreille, les samples déployés ne sont pas suffisamment intéressants pour retenir notre attention bien longtemps. On comprend que le groupe ne souhaite pas les développer outre mesure afin qu’ils restent un support à leur fracassage de bidons, mais il est ici bien difficile de ne pas se concentrer sur eux du fait de leur position dominante dans le mix.
 


Malgré un finish  énergique, c'est bien l'ennui qui prédomine, surtout que pour un enchaînement qui nous réveille ("Fever"-"Experience"-"No control") on enchaîne avec des bidouillages électroniques insipides ("Aktivtonkor" est sûrement efficace en live, mais quelle torture chez soi). Une production un peu plus crade aurait-elle sauvé l’ensemble ? Possible, pour autant rien n’est moins sûr, tant le problème paraît insoluble. Un set entièrement acoustique se serait probablement révélé tout aussi lassant. A moins d’une prestation réalisée dans le cadre d’une collaboration, Les Tambours du Bronx n’ont pas réellement leur place sur disque, un environnement sur lequel ils paraissent hors-sujet. A noter toutefois que ce live est fourni dans un joli package CD/DVD, l’occasion de se faire plaisir en regardant la vidéo et de bénéficier de la version CD pour les acharnés. Pour les autres, on leur conseillera de passer leur chemin, tant l’écoute de ce genre de galette risquerait de leur faire passer l’envie d’aller voir Les Tambours en live ; ce serait là une grave erreur, tant la scène est bien leur milieu naturel. A réserver aux fans absolus.

PS : précisons que cette chronique ne traite que du CD, la version promo ne contenant pas le DVD, qui pourrait au final s'avérer etre le principal intérêt du package. Avis sur le DVd bienvenus !

Note de la rédaction :
 webzine rock
5 / 10
 webzine rock
 musique rock
COMMENTER CET ARTICLE
Artistes mentionnés :
 webzine rock Killing Joke
Formé en 1979, Killing Joke est un groupe britannique de rock metal indus. Il fait partie des références assumées de beaucoup de groupes de la période ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Killing Joke
 webradio rock Sepultura
groupe pionners du thrash metal brésilien, formé en 1984 par les frères Cavalera (Max et Igor).
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Sepultura
Mallis - le Dimanche 9 Octobre 2011, à 12h32
Absolument, d'ailleurs ce sont les cons qu'il appelle comme ça, donc merci pour cette gentilesse. J'espère que ton papier sur Bedos était dithyrambique...

Mais, aurions-nous à faire à un specimen de journaliste qui n'a pas vu le net arriver et qui méprise l'idée que des "geeks" puissent eux aussi s'exprimer publiquement ?

En tous cas, sache que la carte de presse ne nous émeut pas le moins du monde ici, bien au contraire.

Le vrai plaisir de la dispute, c'est la réconciliation
GB
 webzine rock
Cyrod - le Dimanche 9 Octobre 2011, à 13h56
électronlibre, t'es indigeste à lire. Je retourne à mon Garnier, tiens. Gonzo rules.
 vidéo rock
electronlibre - le Lundi 10 Octobre 2011, à 07h37
Geeks... enfin un mot fort à propos et dans toute son acception.
 en "tout cas"..., je maintiens plus que jamais à vous lire encore (et pis je vais arrêter quand même !) le terme de non-comprenant, sectaire, borné... et cela n'a aucun lien avec l'affaire tdb mais plutôt avec la manière de s'exprimer !

Bon je retourne à la charrue que vont conduire mes deux ânes. Ben oui, je dois aller livrer à la rédac un papier que j'ai gravé hier sur un bloc de pierre avec mon petit burin. J'avais bien demandé à la rédac de  fournir enfin du papyrus, mais non, refusé ! sourire... mais alors big smile !

répondre par ailleurs à des poncifs si prévisibles et si... tiens finalement je vais passer mon chemin et aller bosser avec ma carte tel un couteau entre les dents. re big smile ! 

Bonne route dans vos certitudes.... au péril de risquer malgré vous des tonneaux
 vidéo rock
Mallis - le Lundi 10 Octobre 2011, à 09h00
C'est ça va donc faire ta livraison en charrue.
Pas du aller beaucoup en terres agricoles toi lol.

 vidéo rock
Surlefront - le Lundi 10 Octobre 2011, à 11h46
C'est marrant. Moi j'avais compris que Fukushima mon Amour est un DVD.
Mais il est vrai qu'à la Radio, quoique "Grosse", les images ne passent pas...
Edge ? ne vous êtes vous pas trompé de médium, de support ? du coup, d'écoute ?
 écouter radio rock
poz - le Lundi 10 Octobre 2011, à 13h00
FUKUSHIMA MON AMOUR est effectivement avant tout un DVD !!
le CD n'est qu'un bonus ...

En voici la bande annonce:
http://www.youtube.com/watch?v=9MC6Or3nZgk

et le clip !
http://www.youtube.com/watch?v=N2LINU3bt20
Vos commentaires
 webradio rock
NOS CHRONIQUES ROCK
 écouter radio rock
NOS INTERVIEWS ROCK
 webzine rock
NOS LIVE REPORTS ROCK
 webzine rock
NOS ACTUS ROCK
 webzine rock
NOS VIDEOS ROCK
radio rock
NOS FLASHBACKS ROCK
 écouter radio rock
NOS DEPECHES ROCK
 vidéo rock
NOS GROSSES SELECTIONSS ROCK
Les Newsletters
Les flux RSS
 webradio rock Tout le webzine de la grosse radio
 musique rock Le webzine ROCK
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2019