webradio rock
La Grosse Radio ROCK sur  écouter radio rock La Grosse Radio sur Twitter  écouter radio rock  forum rock
La Grosse Radio / Rock / Webzine rock / Chronique / Freak Guitar - The Smorgasbord
Freak Guitar - The Smorgasbord

On ne présente plus Mattias « IA » Eklundh, guitariste aussi barré que virtuose qui a été révélé chez nous grâce à son groupe Freak Kitchen, coupable d’avoir sorti d’excellents albums parmi lesquels le dernier en date, Land of the Freaks, en 2009. Le groupe devrait d’ailleurs faire son retour plus tard dans l’année. D’ici là, Mattias a pris le temps de sortir un nouvel album de son projet perso. Il faut dire que là, pour le coup, ça commençait à faire vraiment très longtemps que le monsieur n’avait pas fait le tri dans ses délires pour nous proposer une nouvelle collection d’instrumentaux dont il a le secret, en 2004 pour être précis, qui avait vu la sortie de l’excellent The Road less traveled.

Les albums solos du suédois, rassemblés sous le patronyme Freak Guitar depuis l’album du même nom, sont à des kilomètres des albums chiants de guitare instrumentale. Le gros problème avec ce genre, c’est bien sûr d’assister trop régulièrement à de simples démonstrations de virtuosité technique, ou à des trucs qui sont peut-être très intéressants d’un strict point de vue guitaristique, mais peu attrayants pour le commun des mortels.

 

freak guitar, mattias eklundh, IA, smorgasbord, freak kitchen


Rien de tout cela avec Mattias, qui s’éclate à utiliser tout ce qui passe dans sa grande caboche pour en faire des tubes : bruits de photocopieur, samples de trois pauvres phrases, passant de l’acoustique gentillet à des plans d’une dextérité hallucinante, difficile de s’ennuyer à l’écoute des albums pré-cités. C’est encore une fois le cas ici, le guitariste n’ayant rien perdu de ce son si particulier, ni de ses qualités techniques. Que ce soit sur des titres calmes ou plus énergiques, il a cette capacité à ne jamais se départir d’une virtuosité de tous les instants, sans pour autant que les cascades de notes ultra-rapides qu’il enchaîne les doigts dans le nez ne viennent bouffer le reste de la compo.

Seul maître à bord de son projet, le bonhomme peut en effet composer des passages instrumentaux très simples mais aussi terriblement variés. On a donc pêle-mêle des titres purement mélodiques typiques de son univers si particulier, des acoustiques, des ambiances de fête foraine, voire même du métal extrême comme sur cet ironique « Musth », à mourir de rire tant ces rythmiques plombées tombent à plat. Le guitariste étant copain avec une bonne partie de la scène de son pays, il y a peu de chances qu’il ait voulu froisser qui que ce soit, mais au contraire leur faire un gros clin d'oeil.





Amusant, oui, agréable à écouter, ça reste à voir. Certes, le break au milieu est du pur IA, mais cet album, s’il est le plus riche de sa discographie solo, est également le plus bordélique. Il faut dire que suivre Mattias dans ses délires sur un double album rempli jusqu’à la gueule, ça peut aussi s’avérer un peu longuet. Bien sûr, le propos de ce projet n’a jamais été de chercher à sortir des compositions abouties, et les mélodies imparables comme l’humour omniprésent emportent le plus souvent la mise (« Mattias – the beautiful guy », non mais franchement, faut y penser à des conneries pareilles !). Difficile de ne pas ressentir un côté pas vraiment fini tout en ayant aussi par moments l’impression d’être plus proche que jamais de l’artiste.

Reste que s’enfourner ces presque deux heures de musique d’affilée tient presque de l’exploit. Pour autant, on n’est pas obligés, il est aussi possible de s’en payer une tranche de temps en temps. Si de par sa longueur et quelques délires moins accrocheurs, l’album s’avère sans doute moins immédiatement marquant que ses deux prédécesseurs, il n’en reste pas moins un indispensable pour les amateurs du guitariste, pour les amoureux de guitare qui commencent à se lasser de Satriani et consorts, ou pour les amateurs de musique barrée qui partent dans tous les sens dans une démarche à la Franck Zappa. Parce que plus que du rock, de la guitare instrumentale ou quoi que ce soit d’autre, c’est vraiment à du Freak Guitar qu’on a affaire ici. Comment voulez-vous appeler ça autrement ?

 

Note de la rédaction :
 vidéo rock
7 / 10
 écouter radio rock
 écouter radio rock
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
hard rock, heavy metal, groovy, crazy Mattias IA Eklundh (Freak Kitchen) au Hellfest 2010
27/06/2010 - Quelques heures après sa prestation de haute volée sur la Mainstage 1, Mattias "IA" Eklundh - chanteur/guitariste et leader charismatique du groupe suédois Freak Kitchen - vient nous accorder une entrevue haute en couleur. Ju de Melon : Bienvenue en France ...
Lire l'article
Freak Kitchen au Hellfest 2010
24/06/2010 - "Vin blanc, vin rouge, Evian, Badoit, je suis une petite fille" ... Aucun doute là-dessus, Mattias "IA" Eklundh sait parfaitement parler français. Ou presque ! En tout cas, voici un monsieur qui assure le show, à la fois musical et comique, d'un groupe ...
Lire l'article
Vos commentaires
radio rock
NOS CHRONIQUES ROCK
 forum rock
NOS INTERVIEWS ROCK
 écouter radio rock
NOS LIVE REPORTS ROCK
 musique rock
NOS ACTUS ROCK
 vidéo rock
NOS VIDEOS ROCK
 écouter radio rock
NOS FLASHBACKS ROCK
 webradio rock
NOS DEPECHES ROCK
 webzine rock
NOS GROSSES SELECTIONSS ROCK
Les Newsletters
Les flux RSS
 webzine rock Tout le webzine de la grosse radio
 forum rock Le webzine ROCK
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2018