webradio rock
La Grosse Radio ROCK sur  webzine rock La Grosse Radio sur Twitter  vidéo rock  écouter radio rock
La Grosse Radio / Rock / Webzine rock / Flashback / Paramore - All We Know Is Falling
Paramore - All We Know Is Falling

Apprendre que le premier album de Paramore, All We Know Is Falling, fête son dixième anniversaire me donne un coup de vieux énorme alors que je ne suis pas bien âgé pourtant. Cela fait donc 10 ans que le combo de Franklin, Tennessee a pris d’assaut la scène. Des premiers concerts sur les plus petites scènes du Warped Tour jusqu’à une tournée triomphale pour leur 5ème album avec des Arenas et le co-headliner du Reading & Leeds Festival. Quel chemin parcouru par Hayley Williams et sa bande. Vous êtes prêts à redécouvrir (et même découvrir pour certains) cet album avec moi ? Allez, c’est parti.


Revenons tout d’abord en arrière et au commencement de Paramore. En 2003, Hayley Williams est signée par Atlantic Records avec un contrat en tant qu’artiste solo. Sauf que cela n’est pas du tout ce que veut la jeune demoiselle de 15 ans à l’époque. Ce qu’elle rêve, c’est de monter un groupe avec ses potes à l’image de ceux qu’elle admire, Jimmy Eat World ou Underoath. Et c’est ce qui se passera quand elle rencontrera en 2004 les frères Josh (guitare) et Zac (batterie) Farro lors d’un programme d’été pour les écoliers par correspondance, Jeremy Davis (basse) alors qu’elle fait un essai pour un groupe de funk et enfin son voisin Jason Bynum (guitare). Et c’est ainsi que l’histoire de Paramore est lancé.

 



Atlantic Records ne voulant pas coller au groupe une image trop accrochée à un gros label, il est décidé que Paramore allait sortir sa musique via un label subsidiaire, Fueled By Ramen (créé par Vinnie Fiorello du groupe Less Than Jake). Et c’est donc en 2005 que le groupe s’envole vers Orlando pour enregistrer son premier album. Malheureusement, au cours de l’enregistrement, Jeremy Davis décide de quitter le groupe parce qu’il a trouvé un job de livreur de pizza. Heureusement, celui-ci reviendra quelques mois plus tard dans le groupe pour ne plus le quitter.

All We Know Is Falling (ou plus communément AWKIF) s’ouvre sur le morceau quasi éponyme "All We Know", un titre dont les paroles sont dirigées directement à Jeremy Davis après son départ « We've tried so hard to understand, but we can't. We held the world out in our hands and you ran away » mais aussi les prémices de ce que sera le son de Paramore. Une énergie folle et en même temps qui sait se retenir, mais surtout une voix, celle d’Hayley Williams qui du haut de ses 16 ans maîtrise déjà son chant d’une main de maître. Toutes les émotions y passent et on comprend aisément pourquoi Atlantic Records a été séduit et a voulu faire de la rouquine une chanteuse pop. Heureusement pour nous qu’elle a tenu bon pour réaliser son rêve.

 



Les deux morceaux ayant popularisé l’album, et ayant servi de singles sont les prochains morceaux à venir. Tout d’abord "Pressure", célèbre pour le back-flip sur scène de Jeremy Davis au-dessus de Josh Farro, puis "Emergency". 10 ans plus tard, "Pressure" est encore un quasi incontournable des setlists du combo. "Emergency" permet de mettre en lumière les qualités à la batterie de Zac Farro, âgé seulement de 14 ans lors de l’enregistrement de l’album. Tout au long d’All We Know Is Falling, ce sont chacun des musiciens qui sont mis en avant à un moment ou à un autre. Josh Farro nous décoche des mélodies fantastiques de guitare pour un compositeur aussi jeune. Jason Bynum se fait souvent oublier pour nous revenir encore plus exaltant avec ses parties rythmiques qui contribuent à l’ambiance de cet album.

"Brighter" et sa guitare au relent californien sur l’intro, "Here We Go Again" et sa rythmique saccadée, chaque morceau propose une identité forte pour un groupe dont aucun des membres n’a encore dépassé les 17 ans. Il en va de même sur le plan des paroles, Hayley Williams nous propose des thèmes assez récurrents comme les ruptures amicales, la peur de grandir, la peur de la différence ou encore l’abandon d’êtres chers mais sans que cela ne soit totalement niais. Bien sûr, l’écriture a évolué depuis mais il est assez simple de se rendre compte que les talents d’écriture de la frontwoman viennent de racines profondes et ont toujours fait parti intégrante de son personnage. Notamment sur "Franklin", chanson qui porte le nom de leur ville d’origine mais dont le thème est celui de l’appartenance, ce qu’elle ne ressent pas dans cette ville « And when we get home, I know we won't be home at all. This place we live, it is not where we belong ». Notons que cette chanson a été co-écrite avec Taylor York, amis des frangins Farro et qui rejoindra le groupe de manière définitive à partir de 2007 pour former le trio Hayley WilliamsJeremy DavisTaylor York que nous connaissons aujourd’hui.

 



Trente minutes sont maintenant passées et l’heure de la clôture de l’album approche, ce rôle est réservé ici à "My Heart". Peut-être le morceau avec les paroles les moins intéressantes mais celui qui surprendra le plus l’auditeur puisque celui-ci contient … du growl ! Et oui, Josh Farro s’essaye à cette technique de chant sur ce morceau dans ce qu’on peut appeler un duel entre les deux protagonistes.

All We Know Is Falling aura un succès relatif lors de sa sortie, les ventes se seront amplifiées avec l’immense succès de l’album suivant, Riot!, pour atteindre les 500 000 ventes aux Etats-Unis. C’est un album aimé par les fans, même les plus récents, mais qui reste relativement confidentiel mais c’est celui qui a démarré une histoire. L’histoire d’un groupe qui est devenu un des plus grands du Rock en terme de notoriété, de ventes mais aussi de reconnaissance par la presse, le public et les professionnels. L’influence de Paramore est telle qu’aujourd’hui il est impossible pour un groupe évoluant dans la sphère Pop/Punk-Rock avec une chanteuse d’échapper à l’inévitable comparaison avec les Américains. Un peu comme si tous les groupes de Rock anglais était comparé avec les Beatles.

 



Bien sûr, All We Know Is Falling n’est pas parfait mais il a posé les bases d’un son qui se reconnaît entre tous dès les premiers instants. N’est-ce pas ça qui forge la réputation d’un groupe reconnu, et qui fait la différence par rapport à de nombreux bons groupes ? Joyeux anniversaire AWKIF !

 

Note de la rédaction :
 écouter radio rock
9 / 10
 vidéo rock
 webzine rock
COMMENTER CET ARTICLE
Vos commentaires
 webzine rock
NOS CHRONIQUES ROCK
 forum rock
NOS INTERVIEWS ROCK
 vidéo rock
NOS LIVE REPORTS ROCK
radio rock
NOS ACTUS ROCK
 écouter radio rock
NOS VIDEOS ROCK
 vidéo rock
NOS FLASHBACKS ROCK
 webzine rock
NOS DEPECHES ROCK
Les Newsletters
Les flux RSS
 webradio rock Tout le webzine de la grosse radio
 webradio rock Le webzine ROCK
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2017