écouter radio rock
La Grosse Radio ROCK sur  webradio rock La Grosse Radio sur Twitter  vidéo rock  webradio rock
  • Pas de vacances
  • Dowload Festival 2018
  • Une chanson, l'addition
La Grosse Radio / Rock / Webzine rock / Live report / Guitare en Scène, jour 1 : Joe Satriani, The Dead Daisies, Rosedale, Miss America (19/07/18)
Guitare en Scène, jour 1 : Joe Satriani, The Dead Daisies, Rosedale, Miss America (19/07/18)


On l'avait dit l'année dernière lors de notre découverte bien trop tardive de Guitare en Scène : on reviendra. Et en 2018, l'affiche, composée de grosses têtes, de belles découvertes et de paris qu'on ne tenterait pas en général, aura raison de nous. Alors la caravane La Grosse Radio s'installe en force à Saint Julien en Genevois, prête pour quatre jours intenses en musicalité mais détendus niveau ambiance.




En effet, la jauge toujours inchangée (5000 personnes) garde un côté convivial et intimiste malgré la renommée des têtes d'affiche, et les quatre à cinq concerts par jour font qu'au final, on n'est jamais acculé ou fatigué. Avant de se prendre la grosse machine américaine The Dead Daisies et les tartinages de Doug Aldrich (qui font du bien par où ils passent, que l'on se rassure), place à Rosedale et leur blues énervé.
 

 

Rosedale
 

Blues sera d'ailleurs un terme assez réducteur pour qualifier la recette de Rosedale. Même si la bande s'inspire de références clairement identifiables dans leur jeu - Beth Hart, qui sera d'ailleurs citée, et Joe Bonamassa en tête - leurs aléas modernes, évolutifs et inspirés les envolent vers d'autres sphères, ainsi que leurs mélanges avec d'autres styles. En effet, la voix d'Amandyn Roses se verra également teintée de soul, et nombre de lignes de basse de Phil Sissler auront quelques aspects funky. Une combinaison détonante sur scène, d'autant que l'ambiance se veut crescendo, pour finir en apothéose de décibels.


Charlie, Blues, Rosedale, Yann Landry


D'abord en petit comité, bien que loin d'être timide, le public s'accumule, pénètre dans la spirale et réagit aux émotions provoquées par Rosedale. Tenues de main de maître par les solos de Charlie Fabert, ces dernières jouent sur la sensibilité, et la voix nuancée d'Amandyn finira de convaincre. On a immédiatement envie de se jeter sur leur premier album, Long way to go, et de le conseiller à tous les amateurs du genre, dans une altération qui peut en sus toucher de nouvelles générations et faire continuer de vivre un genre déjà bien âgé.


Amandyn, Rosedale, Yann Landry, Blues, Soul


Les soeurs Wachowski l'auront démontré, la fameuse robe rouge n'attire pas que les regards mais aussi les ouïes envoûtées par le lyrisme de Rosedale. Un blues à la fois doux dans son approche subtile mais aussi survolté dans son exécution, on entame la journée en ouvrant grand les papilles. Et il va y avoir besoin d'énergie pour accueillir le rouleau compresseur des Dead Daisies.
 

The Dead Daisies



Le super groupe fait son entrée sur une bande son de guitares orageuses, et devant un parterre de cornes levées. Mais nous ne sommes pas là pour écouter un enregistrement n'est-ce pas ? Alors en un riff Hard Rock pur jus, Doug Aldrich lance le set. Cheveux longs, gilets en cuir, pantalons moulants, la panoplie est là. Ajoutez à cela que les membres du groupes ne sont rien moins que David Lowy à la guitare rythmique, Marco Mendoza à la basse, John Corabi au chant, Doug Aldrich à la guitare solo et Deen Castronovo à la batterie, on pourrait se demander comment ce jus de personnalités va-t-il bien pouvoir prendre?


John Corabi, Dead Daisies, Steven Tyler, Chapiteau, Pirates des Caraïbes


Disons le tout de suite : carrément bien ! Si le spectacle est bien carré, il n'en est pas moins amusant à voir, tant ces gars font le show. Poseurs certes, mais généreux. John Corabi harangue le public, l'invite à s'amuser avec eux, Marco Mendoza et Doug Aldrich cherchent le contact avec leurs spectateurs, les interpellent, prennent visiblement plaisir à poser  pour les photographes, pros comme amateurs. On ne comptera pas le nombre incroyable de médiators usés qui s'envolent de scène d'une pichenette, offerts au public ravi. S'il faut reprocher une chose, c'est le son, vraiment, vraiment très fort : Vos chers chroniqueurs, même équipés de bouchons d'oreille, ont souffert des esgourdes. l'un d'entre eux, particulièrement téméraire, s'est reculé au fond du chapiteau, et a retiré ses protections… ouille!


Dead Daisies, John Corabi, Deen Castronovo, Hard Rock, Chapiteau


S'amuser c'est le mot maître de ce concert: pas de prise de tête d'égo, de la virtuosité, l'envie de jouer des chansons qui leur plaisent.  Outre des titres de leur répertoire, ils nous joueront aussi "Fortunate Son" du Creedence Clearwater Revival, et clôtureront leur concert par un hommage aux maîtres : "Highway Star" des Deep Purple, et son solo de guitare jouissif. Nous n'avons pas pu résister à nous livrer à un solo de air guitare en groupe. Pardon.


Doug Aldrich, The Dead Daisies, Chapiteau, Hard Rock, Héhé j'ai tombé

 

Joe Satriani
 


Peu après 22h, l'alien que tout le monde attend ce soir investit la tente, avec la promesse d'un concert plein de beau jeu, de solos enlevés et de descentes de manche, plus un Jam pour la dernière demi-heure du concert, annoncé juste avant son arrivée. Joe Satriani est ravi d'être là dans ce festival qu'il connaît bien (c'est le parrain de cette édition) et il est vraiment là pour se faire plaisir, accompagné de ses fidèles acolytes (déjà présents lors de la date bordelaise) : Bryan Beller et son balancé langoureux mettant en valeur sa copieuse garniture capillaire, Joe Travers (efficace derrière ses fûts bien que probablement trop discret) et Mike Keneally, grand musicien autant irréprochable aux claviers qu'à la guitare lorsqu'il faut donner la réponse à notre chauve préféré.


Joe Satriani, GES, Chapiteau, Miam miam les mouches, Yann Landry


Avec une telle équipe à ses côtés, les membres livrent une interprétation irréprochable et proposent une longue setlist copieuse (trop copieuse ?) mettant bien en valeur les classiques ("Satch Boogie", "Flying In A Blue Dream", "Always With Me, Always With You" ou encore "Surfing With The Alien" en cloture du rappel) sans oublier de défendre le dernier album en date, What Happens Next, représenté notamment par "Cherry Blossoms" et ses lignes de claviers épiques.

Niveau jeu de scène, Satriani est loin d'accaparer tous les regards (on remercie une tenue moins flashy que celles qu'il a pu porter par le passé), tant Bryan et Mike (lorsque ce dernier n'est pas immobilisé derrière ses claviers) font preuve d'une grosse envie d'occuper la scène et de faire le show : difficile de s'ennuyer. Pourtant, le set principal s'éternisant pendant presque deux heures finit par générer de la lassitude, surtout en sachant que des invités sont censés arriver pour faire un jam avec Satch, façon G3. Peu importe la qualité du jeu de Joe, il y a beaucoup de redondance.


Joe Satriani, GES, Chapiteau, cunni à six cordes, Mike Keneally


Lorsque Joe revient pour annoncer les invités de la Jam, il est déjà presque minuit. La tente reste encore bien remplie et réserve un deuxième accueil chaleureux à Doug Aldrich, présenté par Joe comme un des meilleurs guitaristes capables de faire un solo couché par terre. Le deuxième invité n'est autre que le Hendrix allemand, le célèbre Uli Jon Roth. Mais des problèmes d'amplis se font rapidement sentir sur le matériel de Doug : Uli et Joe jamment à deux le temps que le problème technique soit réglé (écourtant probablement au passage la setlist prévue pour le Jam).


Uli Jon Roth, G3, Werter's Original, Papy, Brillantine, Boutons, Joe Satriani


Lorsque le souci est enfin réglé et que Doug peut à nouveau se faire entendre, les titres prévus peuvent commencer. Au menu, une version longue de "All Along The Watchtower" chantée par Uli, puis un classique parmi les classiques : "Smoke On The Water", assuré au chant par Doug. On peut reprocher des chants pas souvent justes (mais bon, ce sont des guitaristes avant tout) mais malheureusement aussi un peu trop souvent des sorties brouillonnes pendant les solos (autant pour Uli que Doug). Vu l'heure avancée, on est au final assez content que le Jam s'arrête à deux titres.


Joe Satriani, Doug Aldrich, Uli Jon Roth, G3, Grenouille, Pépé vicieux, Manowar, Motul
 

Miss America



On pourrait penser qu'après la première grosse tête d'affiche du festival, les hostilités de la journée sont terminées. C'est sans compter sur la scène Plug and play qui avec Miss America propose le dernier concert de ce jeudi. Énergique à souhait, le quatuor va épuiser les derniers résistants, bien moins nombreux que sur la scène Chapiteau mais malgré tout présents pour accueillir la jeune formation.


Tommy, la pose, America Fuck Yeah, Miss America, Southern Rock


Et il est vrai que la fatigue se voit sur les visages, probablement due au show longuet de Satriani, et de la jam qui aura en plus empiété sur le set des jeunots, mais aussi à l'heure tardive, qui n'épargne personne. Si les réactions sont là entre les morceaux et lors des sollicitations, les agités, qui auront repris du poil de la bête en fin de set, sont bien sages le temps de se mettre dans le bain. Les quatre larrons, qui sortent à peine de leur second EP, ont clairement écumé les scènes, et ont rodé une prestation calibrée pour le live.


Bass, Miss America, Southern Rock


On leur remarquera surtout une certaine assurance, pari difficile pour un groupe aussi jeune, et un poil d'arrogance - notamment dans les poses répétées de Tommy Roves - ce qui correspond à la mentalité du style représenté. Miss America fait sans aucun doute honneur à son nom : la formation évolue dans un Rock sudiste excessivement américanisé (jusqu'à la présence d'un drapeau enroulé sur le pied de micro principal qui attisera quelques réactions négatives au sein de l'audience). L'attitude des musiciens - qui auraient largement préféré naître dans les contrées de Lynyrd Skynyrd et Molly Hatchet plutôt que chez Polnareff et Sardou -, clairement exagérée d'une façon loin d'être naturelle contrastera avec la musique efficace. Une addiction en demi-teinte donc, on reste convaincu par le potentiel musical de Miss America, mais moins par leur caractère poseur et surfait. À voir comment ça évolue et, après les deux EP, en attendant l'album qui, on l'espère, nous mettra tous d'accord. 


GES, Miss America, ça a l'air plus touffu niveau public


Toutes nos photos du jour 1 sont dans notre gros album ici

Texte : Laetitia Maciel, Félix Darricau et Thierry de Pinsun
Photos : Yann Landry

 webradio rock
 webzine rock
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Blues, Rock, Reggae, Ragga, Dancehall, Shaggy, Ambiance de l'amour Guitare en Scène, jour 4 : Sting & Shaggy, Scott Sharrard, The Two, Alex Francis, 58 ...
26/07/2018 - Bordel que ça passe vite. Des festivals de quatre jours comme Guitare en Scène, t'aimerais en avoir toutes les deux semaines. Des festivaliers accueillis comme des rois par une équipe aux petits soins, qui ne laisse jamais éclater par la fatigue, et qui ...
Lire l'article
Société Générale, Vieux Rital, Western Spaghetti, Pavarotti, froid polaire Guitare en Scène jour 3 : Zucchero, Thorbjørn Risager & The Black Tornado, ...
23/07/2018 - On serait tenté de vous parler de météo, du fait qu'on aura eu beau soleil et farniente au lieu de la pluie de la veille, mais jusqu'à preuve du contraire, on n'est pas deux mémés sur un banc qui n'ont rien à vous dire. Au ...
Lire l'article
festival, chapiteau, village, de dos, Garage, Shoegaze, Nullos, Blues Guitare en Scène, jour 2 : Black Rebel Motorcycle Club, The Limiñanas, Danielle ...
21/07/2018 - L'année dernière, une tempête orageuse survenue en plein milieu de la dernière journée avait fortement fait remanier l'organisation du festival. Le set d'Extreme avait alors été allongé d'une bonne demi-heure, pour notre ...
Lire l'article
g3, john petrucci, joe satriani, uli jon roth, dream theater, guitar, guitar hero, [PHOTOS] G3 à la Seine Musicale - 16/04/18
22/05/2018 - Le 16 avril dernier, juste avant la date bordelaise dont nous vous avons proposé le report complet, le G3 posait déjà ses valises à la Seine Musicale boulonnaise pour sa première date française pour 2018. Un événement que nous vous ...
Lire l'article
The Dead Daisies, Burn It Down, album, 2018 The Dead Daisies - Burn It Down
04/05/2018 - Le concept de supergroupe a de quoi laisser dubitatif, étant le plus souvent et malheureusement une réunion forcée de grands noms par un label soucieux de tirer un maximum de bénéfices. Mais certains semblent échapper à cette logique. The Dead ...
Lire l'article
2018, concert, the dead daisies, burn it down, heavy metal, hard rock, trabendo The Dead Daisies​ en concert au Trabendo​ à Paris le 6 mai
10/04/2018 - Après la sortie toute récente de leur 4ème album, le groupe de hard rock/ heavy metal The Dead Daisies annonce un concert unique en France. Pour présenter Burn it Down, sorti ce 6 avril, The Dead Daisies se produira sur la scène du Trabendo tout pile ...
Lire l'article
Guitare en Scène, juillet, festival, rock, Guitare en Scène : l'affiche complète : Sting, Zucchero, Joe Satriani... ...
05/04/2018 - Cette année, l'édition de Guitare en Scène reste un de nos moments préférés. Un festival intimiste et grandiose, qui allie sa mini-jauge à des affiches qui n'ont rien à envier aux grosses machines. On attendait l'annonce de la ...
Lire l'article
the dead daisies, guns'n roses, thin lizzy, corabi, the new roses, 2018 The Dead Daisies : nouvel album et tournée européenne pour 2018
20/12/2017 - Avis aux amateurs du rock des années 70-80, le groupe The Dead Daisies a prévu un grand retour  avec un nouvel album et tournée pour 2018. Les membres commentent : "Nous sommes très heureux d'annoncer la première partie de notre World Tour pour ...
Lire l'article
Hellfest, The Dead Daisies, Show 2017, Live Report The Dead Daisies au Hellfest 2017
06/07/2017 - Samedi - 12h15 - Main Stage 1   Les bâtards du rock n' roll. Au sein de formations pourtant emblématiques baignent ces musiciens qui n'auront pas joui d'une reconnaissance pourtant méritée. La solution pour enfin exister sur le devant de la ...
Lire l'article
Artistes mentionnés :
 forum rock MISS AMERICA
Pas d’anciens « camarades de classe » parmi les MISS AMERICA, ni d’amis de longue date. Plutôt l’histoire d’un groupe en fin de parcours, qui tente une ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de MISS AMERICA
Vos commentaires
 forum rock
NOS CHRONIQUES ROCK
 webradio rock
NOS INTERVIEWS ROCK
 webradio rock
NOS LIVE REPORTS ROCK
 webzine rock
NOS ACTUS ROCK
 webzine rock
NOS VIDEOS ROCK
 webradio rock
NOS FLASHBACKS ROCK
 vidéo rock
NOS DEPECHES ROCK
 webzine rock
NOS GROSSES SELECTIONSS ROCK
Les Newsletters
Les flux RSS
 forum rock Tout le webzine de la grosse radio
 webzine rock Le webzine ROCK
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2018