radio rock
La Grosse Radio ROCK sur  webzine rock La Grosse Radio sur Twitter  forum rock  forum rock
  • ETE
La Grosse Radio / Rock / Webzine rock / Live report / Nuits de l’Alligator #1 - La Maroquinerie - 3/02
Nuits de l’Alligator #1 - La Maroquinerie - 3/02

Première nuit parisienne et quatorzième édition pour LE festival de blues iconoclaste, éclectique et électrique ! Comme chaque année, la “basic music” américaine y côtoie les mélodies soeurs, les rythmes frères. Ces nuits placées sous le signe du gator, prouvent que le blues, creuset de tant de styles, est bel et bien contemporain, que l’âme de la musique noire relie bluesmen et soulwomen “all over the world”… De l’Auvergne en mode jumelage avec le Mississipi - Muddy Gurdy -, en passant par la Réunion et son maloya créole - Anna d’Orao - pour finir en Espagne avec JP. Bimeni & The Black Belts. L’ Alliga’ tour reprendra dans l’hexagone dès le 18 février, offrez-vous une nuit d’ivresse bluesy et charnelle !



De la vielle à roue auvergnate pour interpréter le blues du grand boueux (le Mississipi est affublé du surnom peu flatteur de “big muddy”)… Un pari réussi et assumé à 200% par Muddy Gurdy, puisque c’est Gilles Chabenat, qui assure l’intro du set. Incroyable, on jurerait entendre les plaintes d’un harmonica ! Il est vite rejoint par Tia Gouttebel au chant et à la guitare et par Marc Glomeau aux percus. Son nickel, osmose parfaite, le trio emporte l’adhésion d’entrée. Du public de la Maroq, autant que celle de la bande de blues addicts qui truste le premier rang. La vielle se mue en guitare ryhtmique, en total accord avec les soli slidés de Tia et sa voix envoutante. “Going down south”, “Skinny woman”, “See my jumper on the line”. Les Muddy Gurdy reprennent avec maestria des titres de R.L burnside, en leur insufflant en prime une couleur insolite grâce à la vielle. Comme le rappelle Marc Glomeau, tandis que Muddy Gurdy fait le pont avec le blues américain, Trump veut lui faire son mur… Fort heureusement, les musiciens oeuvrent pour réparer les “bullshit” des fous-qui-nous-gouvernent !





Les percus de Bino Waro, fils de Danyel Waro chantre du maloya, installent le climat tendu autant qu’envoutant qui dominera tout au long du set d’Ann O'aro. La jeune chanteuse réunionnaise entre sur scène en chantant. Le micro derrière lequel elle vient se camper donne de l’ampleur à sa voix, mais il n’est pas nécessaire pour juger de son intensité. Une entrée sobre et spectaculaire tout à la fois. A son image. Chevelure noir corbeau, regard habité, ses mains dessinent des mouvements qui accompagnent son chant tantôt fiévreux, tantôt scandé. Le trombone de Teddy Doris le soutient, le précède, fusionne parfois avec les mélopées douces-amères d’Ann. Ce dernier est également très efficace aux choeurs lorsqu’elle entame avec une aisance déconcertante un a cappella qui colle le frisson. Le public réagit à l’unisson ; les applaudissements entre chaque morceau peuvent paraître un poil hésitants, ils sont plutôt la preuve qu’elle le subjugue. Sans vraiment comprendre la signification de ses paroles (on saisit néanmoins au détour d’une chanson une sombre référence à l’inceste…). La belle créole s’en amuse et incite avec drôlerie à se procurer son album au “rayon des produits dérivés” pour lire ses textes. Elle terminera son set à nouveau sans l’aide de ses deux complices. Tout en conviction et en tranquille assurance, miss Ann O'aro
    




Changement de plateau, changement d’ambiance. Pas moins de six musicos occupent en arc de cercle la scène. Tous tirés à quatre épingles les Black Belts, c’est l’usage chez les backing band soul… De gauche à droite, un clavier tout en élégance, une paire de gaziers bien cuivrés, un batteur assermenté au centre et les cordes électriques pour boucler la boucle. Passé l’intro instru de rigueur, c’est le guitariste et porte-parole Fernando “Dos Pistolas” Vasco qui introduit JP Bimeni. Démarrage classique donc. Et prestance classieuse assurée, avec une décontraction et un manque d’affectation toute africaine. JP Bimeni ne se départira jamais de son sourire lumineux, qu’il doive monter à son entrée sur scène le pied de micro ou meubler plus tard lorsque le batteur doit prendre le temps de changer sa caisse claire. JP a la classe donc, du charisme à revendre par paquet de douze. Il est tout à son aise dans la soul pur jus que dans le boogaloo à la sauce funky. Dans des créations signées Marc Ibarz que dans des reprises. Sa cover de “keep on running” - standard créé par le jamaïcain Jackie Edwards, popularisé par The Spencer Davis Groupe - vaut le détour. Il mouille la chemise JP ! La sueur a beau goutté de sa barbiche, rien ne l’arrête tant il semble heureux de jouer pour la première fois à Paris. A le voir fraterniser sans chichis après le show avec des spectateurs conquis, nul doute qu’il a fait preuve du même enthousiaste pour les autres dates des Nuits de l’Alligator. JP Bimeni & The Black Belts, de dignes héritiers de James Brown et de Otis Reding. Retenez leur nom, si les programmateurs des “gros” festivals daignent s’écarter un peu de leurs sentiers obligés autant que balisés, vous allez les retrouver à l’affiche très bientôt.  





Plus d'infos sur les Nuits de l'Alligator 2019.

Un grand merci à Isabelle Béranger des Nuits et à Franck Rapido pour la couverture vidéo !
 

 forum rock
radio rock
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Les Nuits de l'Alligator 2019, La Maroquinerie, blues, rock Nuits de l’Alligator 2019 - 31/01 au 23/02
21/01/2019 - Fait souvent frisquet en Février… Pas de panique ! Le festival de blues à la dent dure va nous réchauffer l’hexagone. Pas d’être un papy bluesy pour apprécier leur prog qui flirte à chaque fois avec tous les genres musicaux ...
Lire l'article
Les nuits de l'alligator, La maroquinerie, Képa, Altin Gün, Les filles de Illighadad Festival Nuits de l'Alligator 2018 - 11/02
17/02/2018 - Les Nuits de l'Alligator se suivent - à quelques jours près - et ne se ressemblent pas ! C'est tout l'intérêt de ce festival placé sous le sceau du blues, un genre dont il repousse chaque année les limites. Voire les ...
Lire l'article
Festival les Nuits de l'Alligator, Jen Cloher, Parlor snakes, M. Airplane Man Festival les Nuits de l'Alligator 2018 - 5/02
11/02/2018 - Lundi dernier, Deva Mahal était la seule femme de la première Nuit de l'Alligator. On inverse la tendance ce soir à la Maroquinerie. Trois groupes emmenés par de very strong frontwomen ! La parisienne Eugénie Alquezar, patronne de Hot Pants Touring & ...
Lire l'article
Festival les Nuits de l'Alligator, la maroquinerie, Deva Mahal, Atomic City, The Goon Mat & Lord Benardo Festival les Nuits de l'Alligator 2018 - 30/01
05/02/2018 - La Grosse Radio se perd à nouveau dans ces Nuits brumeuses de l'Alligator. 13ème édition pour ce festival itinérant et comme les années précédentes une programmation à toute épreuve. Destinée à celles et ceux qui ...
Lire l'article
Festival les Nuits de l'Alligator, la maroquinerie 13ème édition des Nuits de l'Alligator - 30/01 au 17/02/2017
08/01/2018 - L'an passé, nous vous avions fait vivre la douzième édition parisienne, qui se passait déjà à la Maroquinerie. À la Grosse, on est pô des blueseux supersistious, lesquels comme nous le savons tous, croient avoir rendez-vous avec le ...
Lire l'article
Les nuits de l'alligator, La maroquinerie, Fantastic Negrito, Seratones Les Nuits de l'Alligator - La Maroquinerie - 14/02/17
24/02/2017 - Pour cette dernière nuit placée sous le signe du gator, de blues coupé d'une bonne dose de rock et fleurant bon le gombo, ce sont deux groupes et non trois comme lors des précédentes soirées, qui se sont succédés sur la scène ...
Lire l'article
Les nuits de l'alligator, La maroquinerie, Bror Gunnar Jansson, William Z Villain, Karl Blau Les Nuits de l'Alligator - La Maroquinerie 12/02/17
23/02/2017 - Encore très électrique et éclectique cette troisième Nuit de l’Alligator à la Maroq, avec un point commun néanmoins ; 2 one-man-band pour le prix d’un ! Et tous deux signés par le label Normandeep Blues Records. William Z ...
Lire l'article
Les nuits de l'alligator, Luke Winslow-King, Theo Lawrence and the Hearts, King Biscuit, La Maroquinerie Les Nuits de l'Alligator - La Maroquinerie 10/02/17
16/02/2017 - Gator's Nights in Paris, second round ! La veille, le gros reporter Jerôme était d'astreinte lors de cette première soirée parisienne. Le 10 février - toujours à la Maroq - c'était au tour du gros Mad de s'y coller… Soyons ...
Lire l'article
Festival les Nuits de l'Alligator, the Sore Losers, Boss Hog, Guadalupe Plata, La Maroquinerie Les Nuits de l'Alligator - The Sore Losers - Guadalupe Plata - Boss Hog 09/02/17
16/02/2017 - Le merveilleux festival itinérant Les Nuits de l’Alligator est revenu en très grande forme en ce mois de février pour sa 12ème édition. Les festivités ont débuté le 7 et se termineront le 18 février prochain. ...
Lire l'article
Les nuits de l'alligator, La Maroquinerie, concert Nathaniel Rateliff & The Nights Sweats - La Maroquinerie - 18/02/2016
23/02/2016 - Pour leur onzième édition, Les Nuits de l'Alligator ont eu le nez creux de se payer comme tête d'affiche Nathaniel Rateliff et son gang The Night Sweats. La Maroquinerie affichait complet ce soir et fait rare, pour la première partie Reverend Deadeye, tout ...
Lire l'article
Jim Jones and The Righteous Mind, Les nuits de l'alligator, Jim Jones and The Righteous Mind - La Maroquinerie - 26/02/16
02/02/2016 - En 2009, les Nuits de l’Alligator accueillaient Jim Jones avec sa revue. Logique qu’ils le reçoivent cette année, son nouveau combo The Righteous Mind. Ils seront précédés des Daddy Long Legs, trois gandins de Brooklyn Daddy Long Legs, ...
Lire l'article
Vos commentaires
 musique rock
NOS CHRONIQUES ROCK
 écouter radio rock
NOS INTERVIEWS ROCK
 webzine rock
NOS LIVE REPORTS ROCK
 webradio rock
NOS ACTUS ROCK
radio rock
NOS VIDEOS ROCK
radio rock
NOS FLASHBACKS ROCK
 webzine rock
NOS DEPECHES ROCK
 forum rock
NOS GROSSES SELECTIONSS ROCK
Les Newsletters
Les flux RSS
radio rock Tout le webzine de la grosse radio
 vidéo rock Le webzine ROCK
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2019