forum rock
La Grosse Radio ROCK sur radio rock La Grosse Radio sur Twitter  webzine rock  musique rock
  • ETE
La Grosse Radio / Rock / Webzine rock / Live report / TINALS - Jour 2 - DTSQ, Courtney Barnett, Mick Strauss...
TINALS - Jour 2 - DTSQ, Courtney Barnett, Mick Strauss...

Deuxième jour au This Is Not A Love Song de Nîmes. Le soleil tape sur les mines avinées des festivaliers restés s’évanouir pour la nuit sur le parking jouxtant l’aérodrome. Privés d’eau et dos brisés, nous résistons à l’appel de l’arbre ombragé d'à côté du site pour porter haut la bannière de la presse bénévole, et nous en aller à la rencontre de la programmation locale post-méridionale.




Poutre


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Poutre est un groupe venu d’Arles l’antique évoluant dans un genre tout à fait bourrin, annihilant toute perspective de sieste tranquillisante ou de tai-chi en famille. Le soleil tape fort sur le sol sec, le public du groupe, qui a clairement fait le déplacement, fait voler la poussière autour de lui. Une ouverture de journée aussi brutale nous fait trouver le réveil un peu trop rude ; ça n’enlève rien des qualités d’un groupe qui frappe direct au foie, la basse gavée de fuzz roulant impitoyablement sur nos intestins. Un connaisseur nous dit au passage que le batteur est boulanger : « Bio et tout, il ramène toujours plein de fougasses. Les mecs ils font du noise et des chouquettes ». Cool.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Off The Wagon


Dans le patio, un autre échantillon de la scène locale a également son comité : les Nîmois scandent le prénom de Richard, seul membre du groupe Off The Wagon. En one-man band, il développe des boucles corrosives, sans se passer de l’efficacité du format chanson. La batterie (enfin le tom basse-caisse claire) est au centre de la composition, résolvant les tensions en dynamitant les structures. Si la voix mériterait d’être un peu plus cadrée, l’expérience est agréable, Off The Wagon faisant preuve de créativité pour s’adapter aux contraintes auto-imposées du seul en scène.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


DTSQ


DTSQ fait partie de ce vivier d’artistes asiatiques mis à l’honneur dans la programmation du TINALS - une tendance à regarder à l'Est qu'on relevait déjà lors des éditions précédentes, mais qui s'est affirmée cette année. Les Coréens envoient un garage énergique, propulsé par un batteur à la frappe de sourd, laissant toutefois suffisamment de place pour développer quelques mélodies vocales au fond plutôt pop, et des textures de guitare gavée de flanger appelant à la rêverie-debout.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Le registre est moins bourrin, plus délicat que ce à quoi l’on pouvait s’attendre ; le quatuor fait preuve d’une maîtrise des contrastes d’ambiance efficace et originale, joue de feintes de crescendos et de climax à retardement. Pour ne rien gâcher, les types sont particulièrement sympathiques sur scène, contemplent avec des yeux de nouveau-nés le public de la Grande Salle se rallier unanimement à leur cause, s’en amusent, visiblement surpris. DTSQ est l’une des plus belles surprises du jour.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


OPTM


À regrets, on quitte la Grande Salle un peu en avance pour aller capter quelques minutes d’un autre groupe à sigle, et constater au passage que dans les duos, il y en a toujours un qui porte une casquette (si quelqu’un a une explication, merci d'écrire à la rédaction).


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Bon, les remords sont de courte durée, OPTM dégage une très grosse énergie. Le tandem veut clairement démontrer qu’il n’est pas là qu’à titre de groupe local et veut faire honneur à sa programmation dans un festival de qualité, ce qu’il fait avec force explosivité. Les mises en place sont créatives, les sons de guitare sont parfaitement travaillés, le batteur tabasse et le show visuel est tellement convaincant que les compères se retrouveront dans tous les after-movie du festival parce que, vé, les petits jeuneu là, y z'envoient, con.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Courtney Barnett


Nouveaux regrets, on zappe la fin d’OPTM pour aller voir Courtney Barnett, sympathique australienne dont la discographie compte un premier album très frais, une collection de berceuses enregistrées à la va-vite avec Kurt Vile, et un deuxième album, sorti l’an dernier, plus ou moins fade. Malheureusement, le concert s’inscrit dans la lignée de cette insipidité douce, alternant entre moments groove assez épars, et longues plages ennuyeuses.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Courtney Barnett, à la faveur de l’absence totale de charisme de son groupe, est au centre de l’attention, mais son chant est redondant, les fins de phrases parlées-chantées sont devenus des automatismes maniérés et paresseux, et ses solos de guitare sont longs et chiants. Pour le coup on n’aurait pas du quitter le patio.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Boy Pablo


Sur la scène Mosquito, le « type des algorithmes Youtube » pour reprendre le commentaire laissé par un connaisseur lors de l’annonce de la programmation du garçonnet, prend le relais. Suave virginal, tropical contrefait, Boy Pablo est le rosé pamplemousse de la soirée : trop sucré et faussement exotique, personne ne sait qui a amené ça mais on est sûrs en revanche de retrouver ses adeptes à quatre pattes dans les chiottes aux alentours de 23h45, recrachant du Boy Pablo semi-digéré entre deux gémissements pathétiques. Nous fuyons en agitant les bras en l’air, hagards, « Jeanne, au secours ! » supplions-nous en regagnant le patio que nous n’aurions jamais dû quitter.


Mick Strauss


En sécurité dans la saine atmosphère de la courette d’été de Paloma, nous respirons. Le personnage-mystère du festival est monté sur la petite scène : Mick Strauss, programmé tous les jours au même endroit pour « jouer le même set et raconter les mêmes blagues », cultive l’ambiguïté, a réussi à se faire programmer sans proposer le moindre contenu sur internet, ni musique, ni visuel, ni compte sur les réseaux sociaux, parle anglais tout du long à l’exception d’une phrase prononcée dans un français impeccable et sans accent (on a le fin mot là-dessus mais le mystère est plus excitant).


tinals, 2019, paloma, nimes, love song
(attention on vous arnaque, ce sont les photos du set de la veille)


On se rend donc à son concert complètement au pif, et il faut avouer que c’est foutrement agréable. La musique proposée a un petit côté parenthèse enchantée, dans sa douceur et dans son humilité, la pureté de son interprétation simple, naturelle en même temps qu’incarnée repose nos cerveaux et nos foies pour nous laisser partir en road-trip imaginaire dans la Camargue alentour.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Les codes folk, country, sont présents mais pas envahissants, le rendu est foutraque par moments, tout en signes entre musiciens qui n'ont pas beaucoup répété « attention, la fin du morceau c’est maintenant » (on dit « spontané » quand on aime), et l’âme dégagée par le quatuor est incroyablement touchante. Les programmateurs ont un nez à truffes.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


DTSQ (encore)



tinals, 2019, paloma, nimes, love song


On est bien dans notre patio, et sans surprise, on n’est pas les seuls : avec la très belle prestation offerte dans la Grande Salle, nombreux sont les festivaliers à souhaiter revoir DTSQ. Comme lors des années précédentes, cet espace est formidablement séduisant, l’expérience du concert se révélant très différente malgré un set quasiment identique ; le son plus brut, la proximité avec le public vont très bien à ce groupe qui réalise une nouvelle fois une performance enthousiasmante, tout en continuant de jouer avec Google traduction pour communiquer avec la foule. L’amour suinte par tous les pores, DTSQ s’est fait plein de nouveaux amis et s’étonne toujours aussi joyeusement de ce succès indiscutable.


tinals, 2019, paloma, nimes, love song


Pendant ce temps, dans le club, It It Anita livre une prestation qu’on a dit elle aussi particulièrement rutilante. Mais la file d’attente qui mène à cette salle ultra-select est trop longue, et plutôt que de tenter d’user de notre badge presse pour passer devant, nous nous en retournons dormir parmi les clodos du parking, nous préparer une belle gueule de bois pour le dernier jour.


Crédits photos : Thomas Sanna
 webradio rock
 webradio rock
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
tinals, nimes, 2019, fat white family, ron gallo, black midi TINALS - Jour 1 - Fat White Family, Ron Gallo, Black Midi...
14/06/2019 - Nouvelle édition du This Is Not A Love Song de Nîmes, La Grosse Radio débarque en gang à Paloma, quatre de front pour le premier jour, la poussière vole autour de nous et les mamans serrent leurs gosses contre elles sur notre passage. Gros programme pour ce ...
Lire l'article
philosophie, art, questionnement, TINALS : Black Bones, Fabulous Sheep, The Spitters, Cathedrale
17/07/2018 - Quatre jeunes groupes présents au This Is Not A Love Song Festival le samedi 2 et le dimanche 3 juin nous répondent à des questions sur l'art : Fabulous Sheep, Black Bones, The Spitters et Cathedrale. Les groupes n'ont pas que des chansons à faire ...
Lire l'article
tinals, 2018, nimes, idles, fabulous sheep, lullies, mike patton TINALS - Jour 3 - Idles, The Breeders, Les Lullies, Fabulous Sheep...
18/06/2018 - 03/06/18 - Dernier des trois jours du This Is Not A Love Song à Nîmes. Des festivaliers hagards arpentent le site en essayant d'oublier leur gueule de bois dominicale. Comme le duo Loheem, programmé cet après-midi a écrit une chanson avec une école ...
Lire l'article
tinals, 2018, nimes, ty segall, viagra boys, spitters, cathedrale TINALS - Jour 2 - Ty Segall, Viagra Boys, Chocolat, The Buttertones...
15/06/2018 - 02/06/18 - Retour sur Paloma pour ce deuxième jour au This Is Not A Love Song, à Nîmes. On a gardé, cette année encore, le format gratuit des après-midis du samedi et du dimanche, permettant à une population plus vaste d'accéder au ...
Lire l'article
tinals, this is not a love song, 2018, nimes, paloma, moaning, jesus and mary chain, peter perret, warmduscher TINALS - Jour 1 - Moaning, Warmduscher, Jesus and Mary Chain...
13/06/2018 - 01/06/18 - Le This Is Not A Love Song Festival reprend, cette année encore, ses quartiers dans l’enceinte de Paloma, complexe nîmois calé entre un aérodrome et un Mc Donald’s. Trois scènes extérieures, une grande intérieure, un patio, ...
Lire l'article
Artistes mentionnés :
 webzine rock Courtney Barnett
Courtney Barnett est une auteur-compositeur-interprète et guitariste australienne originaire de Melbourne. Connue pour son jeu de guitare atypique en picking et sa pop garage ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Courtney Barnett
radio rock Off The Wagon
Biographie officelle : Off The Wagon est le projet solo de Richard. Projet né en 2017 du côté de Montpellier. Un véritable groupe mais seul en scène avec ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Off The Wagon
Vos commentaires
 webzine rock
NOS CHRONIQUES ROCK
 vidéo rock
NOS INTERVIEWS ROCK
radio rock
NOS LIVE REPORTS ROCK
 webzine rock
NOS ACTUS ROCK
 vidéo rock
NOS VIDEOS ROCK
 vidéo rock
NOS FLASHBACKS ROCK
radio rock
NOS DEPECHES ROCK
 webzine rock
NOS GROSSES SELECTIONSS ROCK
Les Newsletters
Les flux RSS
 musique rock Tout le webzine de la grosse radio
 musique rock Le webzine ROCK
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2019