La perfusion qui requinque des Sweet Needles

Sweet Needles, c'est cinq Parisiens qui redonnent un coup de fouet au heavy en se produisant sur de nombreuses scènes depuis 2012. Après un premier EP glam en 2014, puis un second plus heavy en 2016, ils sortent leur premier album long le 26 novembre 2021. Tormenta, c'est onze titres surprenants entre metal et hard rock, pour 42 minutes d'écoute toujours sur le fil du rasoir, à piquer là où on ne les attend pas.

Pleins d'énergie, les musiciens attaquent sans anesthésie préalable avec l'intro sur les chapeaux de roue du premier titre « Tormenta », une cohue metal d'à peine une minute et demie avec batterie surexcitée. Mais tout de suite ils enchaînent par un morceau plus long doté d'une intro narrative (« Not the Only One »), qui envoie les guitares déchaînées au premier plan d'un fond de percussions épaisses, sur lequel déboule tout à coup un riff de guitare, puis s'insèrent des chœurs.

On est dans un bon hard rock des années 70… ah non, là c'est carrément plus ancien. Une voix de crooner annonce « Shake It Groove It », et l'on s'attend presque à swinguer. Mais via une distorsion pour faire diversion on replonge dans un heavy qui déclencherait irrépressiblement un pogo en concert. Et toujours pour désorienter le malheureux auditeur (qui ne fait qu'en redemander, le fou !), une fin brusque, hop là c'est fini, pas le temps de faire des fioritures conclusives.

Groupe Sweet Needles

À l'inverse, on verra une intro interminable de guitare sur « Black Haze », faisant place à un chant susurré avec effet lointain et des effets de guitare. S'en suit une voix rauque scandant son message, pour finir sur des arpèges de guitare. Le calme après toute cette débauche de sons.

Un mélange des genres curatif à administrer d'urgence dans toutes les oreilles.

Insaisissables, les cinq artistes ne s'enferment pas dans une case, et donnent autant dans la coldwave à voix électronisante que dans le metal à growl. Et souvent dans le même morceau, on pense au sensationnel « Egotrip ». Ils brouillent toujours plus les pistes avec des saccades vocales empruntées au hip-hop et des ralentissements à la réverbération psyché (« Headache »), pour carrément donner dans du jazz metal (« Be Bop ») qui donne envie d'aller vivre ça sur scène. C'est évident, les Sweet Needles ne sont pas taillés pour rester à l'abri, faut qu'ils sortent, faut les voir en vrai.

En conclusion, Tormenta, c'est une véritable tempête délicieusement troublante. Croit-on entrer dans une ballade qu'on ressort en headbang, cherche-t-on à guincher sur un rockabilly qu'on finit en club électro…

Les Sweet Needles maîtrisent leurs classiques, mais surtout ont leur propre signature. Des riffs entraînants, des ralentissements de tempo qui laissent en haleine, et toujours la petite touche d'inattendu, de contrepied, la mesure qui saute, la guitare qu'on n'attendait pas ici, le changement de ton imprévu qui fait qu'on en redemande. Ils ont trouvé la substance musicale qui rend accro. Vite, un nouveau shoot !

SweetNeedles-tormenta

Album Tormenta, sortie le 26 novembre 2021.

  • Tormenta
  • Not The Only One
  • Shake It! Groove It!
  • Egotrip
  • Be Bop
  • Headache
  • XVIII
  • Better Late Than Never
  • Black Haze
  • From Hisingen to Paris
  • Another Land
close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements