James LaBrie – Beautiful Shade of Grey

Après quelques albums solo pas forcément inspirés, on avait quelques craintes d’une certaine redondance lorsque James LaBrie, chanteur de Dream Theater, a annoncé la sortie d’un nouvel opus. Et pourtant, il a réussi à susciter notre intérêt en précisant que Beautiful Shade of Grey serait différent et plus acoustique. En attendant sa sortie le 20 mai sur le label Inside Out Music, nous vous proposons un voyage vers une facette inexplorée du chanteur.

La discographie solo de James est intéressante et pleine de rebondissements. De son projet Mullmuzzler très prog aux évolutions plus metal avec l’intervention hasardeuse de growls dans les derniers albums, on peut dire que le Canadien ne se repose pas sur ses lauriers. Et quel volte face à l’écoute de ce nouvel album ! Au revoir les grosses guitares heavy qui étaient soutenues par des claviers un peu kitchs. La tendance est à la simplicité, grand bien lui fasse. On reconnaît quand même la patte de composition de James LaBrie notamment sur « Devil in Drag » avec son côté prog et qui, en version « électrique » de fin d’album pourrait facilement s’intégrer dans une setlist plus heavy. Mais à part cette incursion plus dure, l’album tourne autour de deux instruments principaux : la guitare et la voix.

James LaBrie, Dream Theater, Beautiful Shade of Grey

On sent clairement la cohésion et la complicité entre Paul Logue, le guitariste, et James LaBrie. Tous les deux compositeurs et producteurs, il y a eu un vrai travail d’allers retours entre les deux compères. Comme le dit James dans notre interview, cet album est un hommage au rock des années 60 et 70 qui lorgne même vers la pop plus moderne comme sur « Supernova Girl ». En résultent des morceaux assez courts comparés aux morceaux de Dream Theater mais efficaces et surtout très catchy. « Hit Me Like a Brick » est un parfait exemple de refrain facile à retenir avec de belles harmonies avant le refrain. « Wildflower » rend plutôt hommage à Simon and Garfunkel avec son côté joyeux et entêtant. On est bien loin de l’image plus que virile que James s’est construite au fil du temps.

L’album lorgne plus vers la pop acoustique au fur et à mesure qu’il avance. On se surprend à entendre des références à LeAnn Rimes sur « What I Missed » et « Am I Right » aurait même pu être composée pour Taylor Swift. Forcément les fans de metal seront déçus mais Beautiful Shade of Grey est bien plus intéressant dans la carrière du chanteur que ces derniers opus Static Impulse et Impermanent Resonance

Les compositions permettent à James de varier sa palette sonore notamment sur « Sunset Rain », ballade douce en hommage à son frère disparu récemment. On retrouve un style de chant basé sur le souffle qui peut déplaire à certains mais c’est un style que le chanteur a développé depuis ses débuts et qui a influencé bon nombre d’artistes. Il se fait même plaisir en se dédoublant le temps d’une courte chanson a cappella intitulée « Conscience Calling » dont les harmonies feront évidemment penser à « Bohemian Rhapsody ».

Les fans de Dream Theater ne seront pas vraiment perdus car quelques morceaux font penser à des titres plus connus. « Give and Take » emprunte quelques accords à « These Walls » paru sur l’album Octavarium et « Sunset Rain » possède un côté « Far From Heaven » et « Beneath the Surface » qui figuraient sur l’album A Dramatic Turn of Events.

Les guitaristes seront également rassasiés grâce à l’intervention de Marco Sfogli qui était déjà présent sur les autres albums du chanteur. Loin de l’image du shreddeur, il montre son talent avec des soli inspirés de Mark Knopfler sur « Hit Me Like a Brick », une composition plus jazzy lors de la partie instrumentale de « Supernova Girl » ou tout simplement à la guitare classique à la fin de « Devil in Drag ».

Enfin un peu de sang neuf dans une discographie qui n’était plus franchement excitante. La collaboration avec Paul Logue est une franche réussite et il faut espérer que les deux compères continuent sur leur lancée. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour que James vienne nous voir après sa tournée avec Dream Theater dans une atmosphère plus intimiste.

Sortie le 20 mai 2022 sur le label Inside Out Music

Tracklist

1. Devil in Drag
2. SuperNova Girl
3. Give and Take
4. Sunset Ruin
5. Hit Me like a Brick
6. Wildflower
7. Conscience Calling
8. What I Missed
9. Am I Right
10. Ramble On
11. Devil in Drag (Electric Version)

James LaBrie, Dream Theater, Beautiful Shade of Grey

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements