Etrange – Enigme

Trois ans jour pour jour après la sortie de son premier opus éponyme, le duo Etrange revient avec un second album, Enigme. Poursuivant le concept développé sur Etrange, Enigme propose une fois encore un metal progressif instrumental à l’ambiance SF. Encore plus riche et diversifié que son prédécesseur, Enigme ravira sans nul doute les amateurs du projet tout en faisant très certainement de nouveaux adeptes.

A la fin de la précédente livraison du duo, la sonde "Etrange" sortait du système solaire et captait un mystérieux signal avant de se poser sur une exoplanète. Enigme révèle la suite de cette odyssée spatiale, puisqu’elle relate la rencontre entre "Etrange" et "Enigme", une seconde sonde qui pourrait bien être une autre version d’ "Etrange", issue d’une dimension parallèle.

Trois ans auparavant, « Exile » débutait le premier album avec un titre dense et complexe. « Entity » démarre de la même façon et reprend les choses là où le duo les avait laissées, avec un metal prog puissant qui synthétise les diverses influences musicales de Deadale (guitare, basse) et Velhon (claviers, programmation). Si l’on retrouve bien entendu le style du premier album avec des sonorités qui rappelleront par exemple Symphony X ("Nexus"), la personnalité du duo semble encore plus affirmée. Les sonorités de clavier de Velhon collent parfaitement à l’ambiance spatiale développée dans le concept et drapent les riffs de Deadale d’une couleur tantôt néo-classique, tantôt ancrée dans les années 80 (« Eclipse », « Möbius »). Mais là où le claviériste fait immédiatement mouche, c’est sur la sublime introduction de « Möbius » où le piano enveloppe l’auditeur d’une douce mélancolie, avant de proposer un pont presque synthwave.

Encore plus varié que son prédécesseur, Enigme est particulièrement bien construit. On retrouve notamment plusieurs thèmes marquants (« Irradiance » à 1 :52), dont l’un récurrent, travaillé et transformé à l’envie (le thème d’ « Entity » à 6:20 que l’on retrouve modifié sur « Gemini » à 8:40, sur « Möbius » à 5:50 ou sur « Eclipse » à 4:56). Ces thèmes servent de repère dans une musique qui peut paraître dense au premier abord et facilitent l’assimilation des titres. En outre, le duo offre de belles pauses dans l’album, comme ce « Irradiance » très orchestral (à travers l’introduction ou le thème de violon à 5 :12), qui lorgne régulièrement vers un prog rock très bien construit, où la basse groove particulièrement.

C’est d’ailleurs la force principale d’Enigme : arriver à concilier technique instrumentale et musicalité, dans un écrin qui fait oublier l’absence de paroles. Pour poursuivre le voyage, les sonorités orientales qui étaient présentes sur le premier opus ne sont pas oubliées (« Gemini » et son superbe pont orchestral à 4:50 dans une ambiance à la Stargate) et malgré la longueur de certains titres, les transitions entre les différentes parties sont toujours fluides et bien amenées.

De plus, on sent que le duo cherche à se faire plaisir et explorer de nouvelles terres, comme lorsqu’il incorpore des sonorités typées hard Fm et musiques de jeux vidéos (on songe à la fois à F-Zero X et à Van Halen ou Satriani sur « Eclipse » à 0:53). Si cela parait déstabilisant au premier abord, les thèmes rentrent finalement assez vite en tête et s’intègrent parfaitement à l’ensemble. La diversité des compositions fait finalement passer l’auditeur par tous les styles (orchestral, metal prog, metal extrême, prog rock, classique, hard fm) dans un ensemble qui reste toujours cohérent et lié au concept.

Au final, Enigme est dans la continuité de son prédécesseur, mais la somme de travail réalisé par le duo semble avoir été décuplée. Le sens du détail est toujours aussi poussé à l'image de la tracklist, débutant à la piste 8 et dont les premières lettres forment le mot ENIGME, ou encore le très bel artwork proposé par Deadale (reprenant la construction des visuels du premier album) qui plonge immédiatement l’auditeur dans le concept. De même, la production et le mixage, déjà excellents sur Etrange pour une autoproduction, n’ont pas à rougir face à des artistes reconnus dans le milieu.

Enigme concrétise donc les espoirs que nous avions pu placer en Etrange et pourrait même surpasser son prédécesseur. Un bon prétendant au titre d’album prog de l’année.

Tracklist Enigme :

8. Entity
9. Nexus
10. Irradiance
11. Gemini
12. Möbius
13. Eclipse

 

 

Photographies promotionnelles : DR Etrange

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements