Blind Guardian – The God Machine

Après un Beyond the Red Mirror (2015) et surtout The Legacy of the Dark Lands (2019) qui exploraient la dimension symphonique de Blind Guardian, les Bardes allemands ont choisi de retourner à leurs racines plus directes à travers un nouvel opus qui tient toutes ses promesses. Digne héritier de Somewhere Far Beyond, qui souffle d’ailleurs ses 30 bougies et que le combo a choisi de célébrer récemment sur scène, The God Machine allie les mélodies accrocheuses aux hymnes épiques et puissants dans ce qui restera probablement comme le meilleur album de Blind Guardian depuis fort longtemps.

« Deliver Us From Evil » est d’ailleurs un excellent moyen d’ouvrir l’album car il concentre tous les éléments sus-mentionnés et qui font la force de ce douzième opus studio (en incluant le projet symphonique Legacy of the Dark Lands dans la riche discographie des Allemands). Le refrain épique est porté par un Hansi Küsrch impérial (il l'est d'ailleurs sur l'ensemble de l'album) et dont la voix ne fait décidément pas ses 56 ans. Capable de garder puissance et agressivité, tout en se faisant parfois subtil (comme sur la ballade « Let it Be No More »), il est l'homme fort de l'album.

Dans ce nouvel opus du quatuor, il est difficile également de ne pas mentionner Frederik Ehmke, dernier arrivé (il y a 17 ans déjà !) qui propose des parties de batterie directement inspirées des débuts tonitruants de Blind Guardian, quand le groupe officiait dans un speed metal teinté de thrash (« Blood of the Elves »). On retrouve d'ailleurs cette patte caractéristique des débuts du groupe sur « Violent Shadows », « Architect of Doom » ou encore « Damnation ». Pourtant, l'aspect symphonique présent depuis toujours chez Blind Guardian et qui a connu son apogée avec Legacy of the Dark Lands, est toujours présent en toile de fond. Prenons pour preuve les chœurs épiques sur « Life Beyond the Spheres »

Outre ses hymnes épiques et ses cavalcades en Terre du Milieu, Blind Guardian est également connu pour la qualité de ses ballades. Et à ce titre, « Let It Be No More » est encore une fois une réussite. Andre Olbrich y délivre un magnifique solo, rappelant quel mélodiste il peut être. En clair, les Allemands parviennent toujours à trouver l'équilibre entre agressivité, puissance et émotion, à travers neuf titres qui rivalisent avec les temps forts de leur carrière. Si l'on voulait chipoter, nous pourrions toujours arguer que « Destiny » est peut être en dessous du reste de l'album avec des mélodies moins immédiates mais nombreux sont les artistes qui pourraient souhaiter atteindre un tel niveau de qualité.

Avec un retour à une musique plus directe et moins progressive que sur Beyond the Red Mirror, Blind Guardian a pris un risque, sans toutefois renier ses velléités symphoniques qui font son identité. The God Machine est une nouvelle réussite au compteur des Bardes de Krefeld, qui prouvent qu'après presque 40 ans de carrière, il est toujours possible d'avoir la niaque et l'envie comme au premier jour !

Tracklist :

Deliver Us From Evil
Damnation
Secrets of the American Gods
Violent Shadows
Life Beyond the Spheres
Architects of Doom
Let it Be No MoreBlood of the Elves
Destiny

 

 

 

Déjà disponible chez Nuclear Blast Records
Photographie live : © Child In Time 2022

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements