Steve Vai au Hellfest 2022 : For the Love of Guitar

Weekend 2 – Jeudi 23 Juin – Mainstage 2 – 19h20

Après Joe Satriani en 2016, c'est à un autre guitar hero de fouler les planches des Main Stages de Clisson pour un set de guitare 100% instrumental. La foule est d'ailleurs relativement dense au moment où le guitariste américain entre en scène, malgré les quelques gouttes de pluie qui tombent sur le site du Val de Moine (les premières d'un long weekend humide).

Vai semble réellement heureux d'être présent au Hellfest et de se produire sur cette scène. Entre deux morceaux, il confie au public que sa femme lui aurait dit peu de temps avant le festival « Ok, you can go to Hell...Fest ! », ce qui l'amuse beaucoup.

Musicalement, l'œuvre du guitariste américain est particulièrement clivante et, il faut le reconnaître, assez hermétique pour ceux qui ne sont pas musiciens, malgré un style inimitable. On notera d'ailleurs que certains spectateurs s'éclipsent, ne parvenant probablement pas à rentrer dans la musique de Steve Vai. Malgré tout, le groove de la basse de Philip Bynoe et de la batterie de Jeremy Colson servent de beau terrain de jeu pour que Vai s'exprime, à grand coup de gammes lydiennes et de plans en legato. On apprécie également le tapping à deux mains de l'introduction de « Building the Church ».

 

L'écran géant permet d'ailleurs aux musiciens dans le public de ne pas perdre une miette de la masterclass qui leur est proposée. Mais sur l'écran de fond de la Mainstage 2, ce sont des images totalement psychédéliques, d'anciens clips du guitar hero, ou des images de cerveaux qui défilent, signe que Vai est conscient de l'aspect cérébral de son art, mais préfère s'en amuser. On peut d'ailleurs admirer l'humour et l'auto-dérision du groupe, lorsqu'après avoir diffusé des images de la croissance d'un embryon en accéléré, l’accouchement dévoile... la tête d'un Vai juvénile !

Et à propos de Vai juvénile, on peut constater que son fils, Fire Vai (qui lui ressemble particulièrement) l'accompagne au sitar sur « For the Love of God ». Ce dernier titre, l'un des plus emblématiques du musicien américain, semble particulièrement apprécié des spectateurs, bien que dans le cadre du Hellfest, cette balade détonne.

Pour sa première venue à Clisson, Steve Vai aura proposé un set audacieux et décalé, quoi qu'un peu court, et sans certains classiques (tels que « The Audience is Listening » qui aurait peut être plus fédéré le public). On aurait également apprécié que Vai emmène avec lui sa dernière acquisition, la guitare Hydra, spécialement conçue pour le dernier opus du musicien, lui qui aura changé de six-cordes à chaque titre.

Malgré un set court, Steve Vai semble avoir apprécié l'expérience, puisqu'il en profitera un peu plus tard pour monter sur scène en compagnie de son ancien comparse David Coverdale, sur la fin du set de Whitesnake, pour un « Still of the Night » d'anthologie. De quoi montrer que son talent et sa bonne humeur sont toujours intacts presque 40 ans après ses débuts.

Setlist Steve Vai :

Intro
Avalancha
Tender Surrender
Bad Horsie
Building the Church
For the Love of God

 

Photographies : © Romain Ballez - Liability Webzine
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements