Dätcha Mandala au Hellfest 2022 : Janis au Hellfest ?

Dätcha Mandala - Week-end 2 - Valley - Samedi 25 juin - 11h40

Après une journée dans la thématique indus ponctuée par le set dément de Nine Inch Nails, celle du samedi 25 juin s'annonce nettement plus rock'n'roll ! Les blazes des guitar heroes parsemant la prog de la MS 1 comme de la Valley en attestent, de même que ceux des groupes qui ne manquent pas de riffs qui font taper du pied. Si Untitled With Drums et Dirty Honey étaient des ouvertures de journées déjà intéressantes, on tient avec Dätcha Mandala le premier vrai représentant de la journée. Le trio bordelais vient ici pour la toute première fois jouer au festival. Les fans du combo et les curieux sont venus nombreux pour fêter ça.

C'est une Valley très nettement plus remplie que pour Untitled With Drums qui accueille le groupe. Sans être pleine pour autant, on est loin du cas Point Mort une semaine plus tôt. Dätcha Mandala est un groupe de rock'n'roll qui aime se donner sur scène et se lancer dans des solos, alors avec un temps de jeu réduit de seulement trente minutes, pas de temps à perdre : on attaque tout de suite sur "Stick It Out", le single principal de Hara.

C'est rock'n'roll, la musique invite à danser et taper du pied, pour le public comme pour les musiciens. Entre Jérémy à la guitare et Nicolas à la basse et au chant, véritable pile électrique qui se déplace comme à son habitude pieds nus sur la scène, le spectacle est assuré. Si Jean-Baptiste, de par sa position derrière les fûts, se fait naturellement plus discret, il semble également bien prendre du plaisir. Ce premier titre, aux lignes de basse appuyées, possède les atouts pour parler au public du Hellfest. C'est un bon choix d'intro en tournée, et encore plus en ce matin. Un diffuseur d'encens est apporté et posé avec un châle sur l'ampli, rappelant l'ambiance mystique des compositions.

Le groupe venant de sortir l'EP The Last Drop, on s'attendait à trouver intégré au set son single incontournable, "Janis". Il n'en sera rien, de ce dernier essai, seul l'énergique "Hit & Roll" vient garnir la fin du set. Le titre fait d'ailleurs l'objet d'une captation live ce jour-là ! Avant le vrai final sur le non moins énervé "Pavot", et ses passages destroy à la fin entre les reprises des solos, où le trio rappelle les Who. Une franche réussite, le genre de passage qui donne envie de se donner à fond et qui est particulièrement approprié dans un festival comme le Hellfest.

Avant ce final plein d'énergie, on a cependant droit à deux titres plus softs, "Eht Bup" et "Have You Seen The Light". Le premier est bien sûr énergique, mais pas aussi lourd ou brut que les titres précédemment mentionnés, plus porté mélodies. Le second, classique du premier album Rokh, est dirigé par une basse au groove imparable, et également bien mélodique. Ses évolutions sont variées du haut des plus de 6 minutes du titre, tout en conservant une dynamique remarquable.

Ce sont bien sûr de très bons titres, mais leur sélection pour ce set au Hellfest n'était peut-être pas si judicieuse. En ce samedi matin, nombre de festivaliers préfèrent peut-être les morceaux qui bougent vraiment, là où ces deux-ci plaisent surtout aux amateurs du groupe et aux curieux, déjà clients de ce style rock'n'roll psyché 70's.

Après les derniers enchaînement de solos sur le final de "Pavot", dont un de batterie (c'est pas parce qu'on ne joue qu'une demi-heure qu'on n'a pas le droit de se faire plaisir), il est temps pour Dätcha Mandala de remercier le public et se retirer des planches de la Valley. Mission accomplie, on se souviendra un moment de cette date dans le festival de l'enfer. On parie que le groupe également.

Setlist

Stick It Out
Eth Bup
Have You Seen The Light
Hit & Roll
Pavot

Photos : Thomas Orlanth. Reproduction interdite sans l'autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements