Esa Holopainen, guitariste d’Amorphis (2007)

Les finlandais d’Amorphis ont depuis 2 ans une actualité débordante : nouveau chanteur, nouvelle maison de disques (Nuclear Blast), et un nouvel album, Silent Waters, qui sort le 31 août. Il s’agit du second album enregistré avec Tomi Joutsen, leur nouveau chanteur, et c’est un vrai bain de jouvence que le groupe de death mélodique s’est offert après plus de dix ans de carrière. Les musiciens sont parvenus à synthétiser leur expérience et tous les éléments qui ont fait leur succès (mélange de métal lourd, de belles mélodies et de nappes atmosphériques, influences folk), avec une énergie retrouvée, comme nous l’explique Esa, le guitariste du combo.

Alors pour commencer, quelles ont été les réactions vis à vis d’Eclipse (2005), par la presse et pendant la tournée ?

Elles ont été bonnes, vraiment bonnes… Beaucoup de choses ont changé, Tomi (chant) nous a apporté pas mal d’énergie, par exemple nous avons à nouveau pas mal de chant death (growling), et cela se ressent dans nos shows. Ce qu’il faut dire, ce qui a vraiment changé, ç’a été l’arrivée de Tomi, qui nous a donné un nouveau souffle, je pense que tout le monde a ressenti ça, notamment les fans pendant les concerts. Il y avait vraiment un max de bon feeling, au sein du groupe, c’était vraiment génial quand on a commencé à écrire ensemble, et cette fois-ci, Tomi était là depuis le début de la phase de composition, ce qui bien sûr est toujours préférable. Donc beaucoup de changements, dans notre musique et parmi les gens avec qui nous travaillons.
 

Tomi a-t il été bien accepté par le public ? Pas de problèmes particuliers pendant la tournée avec d’éventuels irréductibles de Pasi (l’ancien chanteur) ?

Non, pas vraiment, je pense que tout le monde a été assez impressionné, il est très différent de Pasi, donc on aurait pu craindre que certains le rejettent, lui n’y faisait pas attention de toutes façons. Je pense qu’il a prouvé à tout le monde qu’il était la bonne personne. On a fait notre première tournée aux Etats-Unis peu avant qu’Eclipse ne sorte, ce qui a fait office de test grandeur nature. Il n’avait jamais effectué de « vraie » tournée avant, tout était nouveau pour lui. On partait en tournée ensemble, sans avoir d’album, et tout s’est très bien passé, avec le recul je pense qu’il a beaucoup appris de cette expérience, et par la même occasion, nous avons tous appris à mieux nous connaître.
 

C’était pourtant un choix risqué, car comme tu dis, il est très différent de Pasi. Amorphis avait pris un virage plus mélodique avec Tuonela (1999), et vous revenez à quelque chose de bien plus énergique, une sorte de « Back to the roots » pour le groupe. Peut-on parler d’un nouveau départ ?

Eh bien… je pense qu’il y a eu pas mal de changements, y compris dans notre évolution musicale, et c’est vrai que dans un sens, on se rapproche plus de ce qu’on faisait avant. Ce n’était pas prémédité, on ne s’est pas dit qu’on voulait faire quelque chose de risqué, on en a parlé avec Tomi, qui préférait notre ancien matériel, le chant death, il accroche moins à notre période d’après Tuonela, il préfère nos morceaux plus épiques, c’est quelque chose qu’il voulait qu’on fasse à nouveau, Je pense que c’était un bon choix, car le rendu est bien plus énergique et notre musique s’en est trouvée rafraîchie.
 

Qu’est-ce que le groupe avait en tête quand vous avez commencé à composer, vous aviez un but particulier en tête ?

Pas vraiment, mais… En fait, je crois que c’est le premier album que l’on enregistre dans le même studio que le précédent. On a eu une idée car on avait la possibilité de faire une tournée –qui ne s’est malheureusement pas concrétisée-, et on s’est mis à écrire quelques chansons. On s’est donc retrouvés avec plusieurs chansons achevées et plein d’idées en tête, on a réservé le studio, et on a senti à partir de ce qu’on avait que ç’allait être un album très varié, avec des influences venant de chacun d’entre nous, beaucoup de couleurs différentes, beaucoup d’émotions… Et on s’est dit qu’avec tous les changements qu’il y avait autour de nous, il fallait vraiment qu’on finisse cet album avant de passer à autre chose, d’autant qu’avec ces quelques titres et nos idées, on commençait à voir ce que le résultat final allait donner. On était dans le même studio que pour Eclipse, avec le même producteur et la même équipe, pour être sûr qu’on aurait la même dynamique. Je pense qu’au final, Silent Waters s’inscrit dans la continuité de ce que nous avons fait avec Eclipse.
 

C’est vrai que Silent waters a la même énergie qu’Eclipse, ils ont la même couleur, c’est d’ailleurs pourquoi je parlais de nouveau départ. Je vois ça comme une nouvelle carrière, ou plutôt une seconde carrière qui s’offrirait au groupe.

Oui, c’est vrai, d’ailleurs j’aime bien appeler Silent Waters notre deuxième album, je pense aussi qu’on peut parler d’une nouvelle carrière. Cela étant, tout au long de notre histoire, il y a eu des périodes différentes. Nos trois premiers albums se suivaient assez bien, il y avait une solide continuité entre eux, puis avec Tuonela, nous avons ouvert une autre période, plus expérimentale. Aujourd’hui, nous revenons à quelque chose de plus agressif, mais en conservant notre expérience, donc oui, je pense qu’on peut parler d’un nouveau chapitre dans l’histoire du groupe avec Eclipse et aujourd’hui Silent waters.
 

Le groupe semble en effet suivre une direction musicale plus marquée. Avec vos précédents albums, on ne savait jamais à quoi s’attendre. Désormais, Amorphis sonne comme un nouveau groupe, comme un jeune groupe enthousiaste avec l’envie d’en découdre. Tomi est-il l’origine de cette nouvelle énergie ?

Oui, définitivement, c’est lui qui a amené ce regain de fraîcheur et d’énergie. C’est assez incroyable de voir à quel point une personne peut faire changer la façon dont un groupe fonctionne. Je pense que l’énergie qu’il a apportée a rejailli sur chacun des autres membres, nous étions tous très excités à l’idée de nous remettre à composer, et maintenant que l’album est fini, nous attendons qu’il sorte, et nous sommes très enthousiastes devant les réactions que nous récoltons, c’est étrange… Mais c’est super de voir que les réactions sont très enthousiastes, de sentir que nous avons réussi à préserver l’essence du groupe tout en renouvelant notre musique, et comme tu disais, l’impression générale est que l’album sonne comme celui d’un tout jeune groupe, malgré que nous ayons plus de dix ans de carrière discographique.
 

Oui, les gens avec qui j’en ai parlé m’ont dit la même chose ! Cette fois-ci, tomi était impliqué dès le début du processus de composition, donc il a sans doute pu apporter plus d’idées que pour Eclipse ?

Oui, bien sûr, et de plus, de notre côté, nous savons mieux quelles sont ses possibilités, ce que son chant peut amener, et nous connaissons aussi mieux ses goûts et préférences…
 

Il semble avoir une nette préférence pour les vocaux death…

Oui, et du coup cette fois, nous avons pu prévoir et composer en fonction, et nous adapter à son style. C’est pourquoi je pense qu’il y a plus d’espace, plus d’émotions, et au final Silent Waters contient plus de passages atmosphériques, des passages en chant clair qui se marient mieux avec le reste. Nous avons trouvé une nouvelle unité.
 

J’avais lu une interview de toi à l’époque de la sortie d’Eclipse, où tu disais que tu n’avais pas d’attentes particulières avec cet album, que tu espérais juste continuer à faire de la bonne musique avec Amorphis, mais du fait de cette nouvelle énergie dont on parlait, et de la nouvelle unité qui règne au sein du groupe, espères-tu autre chose cette fois ?

(Amusé) Eh bien, je pense que c’est la même idée qu’avec nos précédents albums, on espère toujours continuer à faire de la bonne musique le plus longtemps possible, mais après avoir vu la réaction des gens à Eclipse et à l’arrivée de Tomi, pour être honnête, j’ai vraiment de plus grandes ambitions avec Silent waters, il est dans la continuité d’Eclipse tout en étant assez différent, ce sera intéressant de voir s’il arrive à toucher un plus large public.
 

Je ne vous ai pas encore vu en live avec Tomi, mais avec Pasi, j’avais l’impression que ce dernier était en quelque sorte à part du reste du groupe. D’après ce que j’en ai entendu, Tomi semble être plus à l’aise avec ce rôle de Frontman, il est probable qu’avec un gars comme lui, le groupe ait plus d’impact en live…

Oui, je pense aussi, Pasi avait son propre style, mais il était plus renfermé, Tomi est plus énergique et extraverti, il partage davantage ses sentiments et communique plus avec le public. Il faut préciser que les deux personnages n’ont rien à voir, ils sont très différents l’un de l’autre, ce sont des personnes très différentes. Pasi jouait son rôle naturellement, il n’était pas vraiment différent sur scène ou à la ville, Tomi prend son rôle de frontman plus à cœur, il n’hésite pas à se donner à fond sur scène, en quelque sorte, on peut dire qu’il prend soin du public.


 

Et qu’en est-il de la tournée qui s’annonce ?

Eh bien après quelques festivals cet été, et une fois que l’album sera sorti, nous allons faire une tournée en Finlande, puis nous reviendrons en Europe avec un groupe suédois, Swallow The Sun, en septembre, pour une tournée qui durera jusqu’en décembre, puis nous reviendrons pour une seconde tournée.
 

On vous verra en France ?

Oui, assurément, par contre je ne sais pas si ce sera durant la première partie de la tournée ou la seconde, mais quoi qu’il en soit nous viendrons en France, pour une date à Paris et si possible quelques dates en Province.
 

Je me pose une question, je ne sais pas si tu pourras y répondre, mais est-il plus difficile, pour un groupe de métal comme le vôtre, d’organiser des concerts et de tourner en France que dans le reste de l’Europe ?
 

(rires) Je ne sais pas si c’est plus dur, cela dépend de la popularité du groupe, des ventes, des groupes avec qui on tourne. On aimerait faire plus de shows en France, mais cela dépend des promoteurs, nous allons toujours partout là où on nous booke des dates, alors… Il faut toujours relancer les gens, « on pourrait aller là, ou là… », mais ça ne dépend pas que de nous, il faut que des promoteurs se montrent intéressés, de notre côté, on tente vraiment de faire autant de dates que possible.
 

Un dernier mot ?

Oui, j’espère vraiment qu’on pourra revenir rapidement vous voir en France, pour présenter ce nouvel album auquel nous croyons beaucoup. Donnez-lui sa chance, si vous avez aimé Eclipse, vous aimerez probablement le nouveau. Et merci pour le support !
 

Eh bien merci beaucoup et encore bravo pour cet album, que je trouve vraiment très bon ! je vous souhaite le meilleur pour la suite et à bientôt en live !

Merci, bye !

 

http://www.myspace.com/amorphismusic

http://www.kingfooentertainment.fi/subsites/amorphis/main.php



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements