Europe (+ Stone Rider) au Bataclan (13.11.2012)

Europe et le public somnolent

 

Venus pour présenter leur dernier album, Bag Of Bones, les musiciens suédois ont effectué une tournée française qui comprenait un Bataclan plein à craquer. Malheureusement pour eux, l’ambiance dans la fosse n’était pas au rendez-vous et le lien avec le public quasi-absent, et ce malgré la qualité de la musique jouée. Le groupe de rock stoner Stone Rider est venu assurer une première partie de qualité qui a bénéficié d’un accueil poli.
 

Stone Rider


La soirée commence avec un groupe de stoner rock, genre dont les membres d’Europe sont friands en ce moment. Il s’agit de Stone Rider, jeune groupe américain qui a sorti son second album cette année. La musique du groupe est typiquement stoner, avec les guitares graisseuses et la voix nasillarde typiquement américaine.

Forts d’un certain talent, les musiciens arrivent à apporter un certain groove à leurs compositions lancinantes parsemées de mélodies intéressantes et de refrains accrocheurs. Si Stone Rider semble prometteur sur le plan musical, les membres se montrent assez statiques sur scène et n’interagissent pas assez avec la foule, déjà assez calme au départ. Cela donnera un concert avec un public silencieux à l’extrême, qi applaudit tout de même poliment entre les chansons.

Stone Rider

Stone Rider a l’avantage de se situer dans la direction artistique d’Europe en 2012. Un groupe talentueux qui est donc en accord avec la tête d’affiche tant attendue qui a su servir pendant une demi-heure une musique de qualité.

EUROPE

Il est maintenant temps pour le célèbre groupe suédois d’entrer en scène. Reformé depuis bientôt dix ans, Europe a bien changé depuis la période The Final Countdown fournie en paillettes et en permanentes. Après avoir fourni un heavy metal de qualité, les suédois fricotent maintenant avec le stoner rock sur leur dernier album en date, Bag Of Bones, qui occupe une grande partie de la setlist.

Joey Tempest John Norum Europe

Cependant, si Europe a évolué, le public présent semble avoir manqué quelques épisodes. Il se montre complètement amorphe sur l’ensemble du set et ne se réveille qu’avec « Carrie », « Rock The Night » et « The Final Countdown », trois titres issus justement de l’album The Final Countdown. Le reste du set sera donc pauvre en ambiance, les spectateurs ne semblant pas accrocher au récentes productions du groupe, qu’elles soient heavy metal avec Last Look At Eden ou stoner avec le petit dernier. Même les vieux tubes ne sont pas si bien reçus que ça, comme « Scream Of Anger », qui se perd dans le silence. Quelques réactions se font némanmoins sentir sur le succès « Superstitious ».

Le public n’est donc pas dedans et on remarque que le groupe ne fait pas de son mieux pour le réveiller. Si Joey Tempest parle et blague entre les titres, relatant des histoires personnelles, comme la naissance de son fils avant « New Love In Town » et montre qu’il s’éclate sur scène, titillant le public avec un petit « Allumer le feu » pendant le break de « Rock The Night », il est bien le seul à interagir. Les autres musiciens sont concentrés sur leur instrument et regardent à peine les fans devant eux. Un manque de communication qui contribue au manque d’ambiance déjà présent.

Joey Tempest Europe

Heureusement, ils sont tous appliqués. Tous les titres sont bien joués, les nouveaux passent bien l’épreuve du live et certains anciens tubes sont réadaptés, comme « Superstitious », qui prend une appréciable couleur blues. Le groupe s’est également amusé à y ajouter un extrait du tube « No Woman No Cry » de Bob Marley. Amateurs de challenges intéressants, les musiciens se fendent d’un court set acoustique en milieu de concert, au court duquel le guitariste John Norum dévoilera une voix blues crédible en reprenant « The World Keep on Turning » de Fleetwood Mac. En fin de concert, Europe s’amuse aussi à faire un petit medley d' »Another One Bites The Dust » (Queen) et « Superstition » (Stevie Wonder) pendant le break de « Rock The Night »

Au cours de ce concert, Europe a montré qu’il assumait pleinement son évolution vers le stoner et est fier de son dernier album, que Joey Tempest décrivait comme « un nouveau départ ». Si l’ambiance n’était pas au rendez-vous, la qualité musicale et sonore était bien présente, ce qui montre le talent indéniable du groupe suédois, qui ne semble pas prêt à raccrocher les gants.

John Levén Europe

Setlist : 

Riches to Rags
Not Supposed to Sing the Blues
Firebox
Superstitious 
Scream of Anger
No Stone Unturned
New Love in Town
Demon Head

Set acoustique :

The World Keep on Turning (reprise de Fleetwood Mac)
Drink and a Smile
Open Your Heart

Bag of Bones
Girl From Lebanon
Carrie
The Beast
Doghouse
Rock the Night 

Rappel:

Prelude (sur bande)
Last Look at Eden
The Final Countdown

 Merci à Olivier Gestin / Into the Pit pour les photos

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements