Meshuggah (+ Decapitated) au Bataclan (02.12.2012)

C’est d’un pas affirmé que nous nous rendons au Bataclan ce soir pour un concert qui s’annonce être d’anthologie puisque cette belle affiche regroupe deux groupes que nous vous conseillons grandement de suivre, à savoir les Polonais de Decapitated (death metal technique) ainsi que les Suédois de Meshuggah (qu’il est bien difficile de classifier dans un genre particulier !).

C’est donc dans une salle bien remplie que Decapitated investit la scène pour nous délivrer un set d’une puissance affirmée.

Il n’est pas chose aisée d’ouvrir pour un groupe tel que Meshuggah et il faut l’avouer, les Polonais vont nous asséner la première mandale de cette soirée (et il y en aura plusieurs ce soir) ! Le public ne s’est pas déplacé pour rien ; les morceaux s’enchaînent sur un rythme qui ne laisse pas de répit, et les morceaux font bien honneur à cette affiche ; riffs bien tranchants, compos assez complexes et une énergie certaine sur scène qui se transmet d’une bien belle manière à la fosse.

Rafal Piotrowski joue avec efficacité son rôle de frontman et il est difficile de rester insensible à la fougue de cette formation qui a connu bien des coups durs de par le passé (décès du batteur en 2007, changements de line-up notamment à la basse et au chant..).

La setlist est quand à elle plutôt variée ; nous retrouvons d’anciens morceaux entre lesquels sont venus se greffer plusieurs nouveautés issues du dernier album pour totaliser un peu plus de quarante minutes de jeu durant lesquelles aucun temps mort ne se sera fait ressentir.

MESHUGGAH

Après un changement de plateau d’une vingtaine de minutes c’est aux grandes vedettes de la soirée de faire leur apparition sur une scène épurée et, comme d’accoutumée, dans la pénombre la plus complète. Dans une ambiance survoltée et un Bataclan complètement acquis à leur cause, les Suédois explosent littéralement nos oreilles et nos yeux en nous balançant sans aucun ménagement un «Demiurge» retentissant ! L’occasion pour nous de constater que le lightshow et le son sont complètement démentiels dès les premières notes de ce concert (lightshow exceptionnel pour le public, mais ô combien perplexe pour les photographes !).

Les morceaux s’enchaînent sur un rythme plus qu’effréné, les nuques continuent de se briser et les jambes de certains finissent par passer au dessus des têtes médusées des autres ; en un mot c’est le bordel le plus complet alors que le groupe enchaîne avec «Pravus» et «Combustion»  (tous deux issus d’obZen) ce qui n’arrangera rien quand à la démence qui envahit maintenant les spectateurs.

«Glints Collide» puis «Lethargica» viennent renforcer cette idée avant de revenir sur Koloss, leur dernier album, avec «Do Not Look Down» ainsi que «The Hurts That Finds You First». Pour ceux qui les ont ratés aux Metallurgicales, l’occasion de se rattraper (et de quelle manière !!) et de voir que Koloss passe tout aussi bien en live que les albums précédents ; rien dans ce set n’est à jeter !

Retour quelques années en arrière avec la suite logique «In Death – Is Life» puis «In Death – Is Death», avant d’arriver au temps fort (et tant attendu !) du concert que Jens Kidman va sublimer en l’annonçant de façon très classieuse par un «ready ?» instantanément suivi par une avalanche de notes d’une puissance inouïe !

Une énième claque dans nos gueules, c’est vraiment la fête à la mandale ce soir ; Meshuggah ne nous ménage décidément pas ! Toute cette masse humaine semble complètement transportée, on est à la limite de l’hypnose ; que ce soit la fosse ou le balcon, tout le monde est ici en transe et les nuques continuent de se briser sur cette rythmique d’une rigueur vraiment déconcertante ! Le lightshow est à la hauteur du set ; complètement fou et – il est bon de le préciser – ce travail titanesque est complètement manuel (aucune programmation !).

Les troupes comptent les morts ; «Bleed» a fait des dégâts ce soir et ça ne va pas se calmer de suite puisque «New Millenium Cyanide Christ» puis «Rational Gaze» en remettent une couche avant les inratables «Future Breed Machine» et «Dancers To a Discordant System» qui finiront par achever les plus résistants.

Le groupe finira par quitter la scène sous les acclamations d’une salle à la fois exténuée mais également médusée ; les oreilles en feu, les sens en ébullition.

Setlist :

(Obsidian)
Demiurge
Pravus
Combustion
Glints Collide
Lethargica
Do Not Look Down
The Hurt That Finds You First
(Mind’s Mirrors)
In Death – Is Life
In Death – Is Death
Bleed
New Millennium Cyanide Christ
I Am Colossus
Rational Gaze
Future Breed Machine
Dancers to a Discordant System

Le Bataclan était, le Bataclan n’est plus.

Pour visiter le site de notre photographe, un seul lien :
http://www.yog-photography.com

Photos : © 2012 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements