Adler – Back From the Dead

2012 est l’année des Zombies, c’est une invasion. Ils sont partout, dans les films, dans les séries. Et l’apocalypse serait censée se produire à la fin du mois de décembre ce qui transformerait les survivants en monstres cannibales assoiffés de viande. Il faut croire qu’il est loin le temps de Romero. Il est loin aussi le temps des Guns N’ Roses (mince, je ne voulais pas mentionner le nom de ce groupe mais là, pour le coup, je n’ai pas le choix) car un véritable zombie ressort d’entre les morts : Steven ADLER, premier batteur des Guns N’ Roses période Appetite For Destruction, Lies et la chanson « Civil War » sur le disque Use Your Illusion bleu.

Sa réputation dans les années 80’s, début 90’s le précédait pour sa forte addiction à la boisson et aux drogues. Le batteur avoue lui-même avoir fait, par le passé, une tournée avec Metallica ou encore Rob Zombie et ne pas s’en rappeler. Depuis l’introduction des Guns N’ Roses au Rock N’ Roll Hall of Fame en avril dernier - cérémonie à laquelle il avait participé en compagnie de Slash, Duff MAckagan, Matt Sorum et Gilby Clarke - Il a décidé que cette époque était bien révolue, et d’avancer en réalisant son rêve : être une rock-star !

Un rêve à portée de main car il sort son premier album Back From The Dead – quand je vous disais qu’il est ressuscité - en compagnie du chanteur Jacob Bunton (Lynam, Mars Electric), le guitariste Paul Lonny (Adler's Appetite) et le bassiste Johnny Martin (Chelsea Smiles). Il a été enregistré à Los Angeles par le producteur Jeff Pilson (Foreigner, Dokken) et mixé par Jay Ruston (Anthrax, Stone Sour).

Revenons brièvement en arrière, car il n’y a pas que les Guns N’ Roses qui résume l’histoire de se batteur à la touffe toujours aussi blonde. Steven ADLER était membre d’un autre groupe, Adler's Appetite (anciennement Suki Jones), qui a connu énormément de changements de line-up. À part quelques titres très bons et très heavy, ces musiciens n’interprétaient que des chansons des Guns période Adler. Hormis donc les GN’R qui, depuis leur intronisation, est une page définitivement tournée pour Steven Adler, le batteur n’a pas connu de groupe en tant que véritable entité. ADLER (oui, Steven ne s’emmerde pas pour trouver des noms de groupe et prouve qu’on a un petit ego quand on a été un gunner) est donc une véritable surprise en cette année 2012 et si certains pensent à la fin du monde, nous on serait plutôt tenter de parler de renouveau artistique.

 

Centrons-nous à présent sur l'essentiel : la musique. Que nous réserve ce Back From The Dead ?

L'album se compose de 11 titres virevoltant entre :
• Des hits calibré à l’adrénaline : « Back From The Dead », « Own Worst Enemy », « Another Version of the Truth ». Ces trois chansons ne sont pas choisies au hasard car il s’agit des trois premières du CD et rappellent étrangement un Appetite For Destruction  au niveau de la rythmique avec un son plus moderne et moins punk. Ces trois titres m’ont déjà conquis par leur aspect contemporain, rock’n’roll, en enlevant la sauce glam malgré des refrains très entraînants. À l’inverse du dernier album de l’ancien Gunner, le guitar-hero  commercial à perruque et chapeau.
• Des hymnes bien heavy par l’utilisation de riffs assez lourd mais recherchés : « Good To Be Bad », « Blown Away »
• Les ballades éternelles de ces musiciens qui n’ont plus vingt ans mais font partie de ces groupes qui savent faire parler une six cordes : « Waterfall » et « Just Don't Ask ».

John 5 (Rob Zombie, ex-guitariste de Marilyn Manson) fait une apparition sur la chanson « Good to Be Bad » et donne un côté plus indus à cette mélodie.

« Gunner un jour, Gunner toujours »… Son ami et ancien collègue Slash performe sur « Just Don't Ask », la ballade la plus sirupeuse de ce disque. Belle mélodie mais sans plus. Rien à faire mais dès que le « vendu au haut de forme » est présent, je n’aime pas. C’est la seule chanson que je n’écoute jamais.

Steven ADLER, connu pour être batteur, est aussi guitariste et a composé une très grande partie cet opus. Il a accompli un très long chemin et prouve qu’il est capable de composer des mélodies rock, heavy et très convaincantes qui nous font headbanguer, danser et tourner cet album en boucle.
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements