Dimicandum – The Legacy of Gaia

Deux ans après une démo fort prometteuse ( Sumerian's Warning, pour ne pas la citer), la jeune formation ukrainienne Dimicandum dévoile son premier album, The Legacy of Gaia, en début Décembre 2012. En plus d'offrir en téléchargement légal et gratuit l'album aux internautes (technique déjà utilisée par les slovènes de Neurotech, qui eux aussi offraient aux auditeurs le fruit de leurs labeurs), l'album bénéficia d'une sortie physique, via le label Metal Scrap Records. Alors pour ceux qui n'auraient pas encore eu l'occasion de poser une oreille (ou les deux, tant qu'à faire ...) sur la musique de ces jeunes ukrainiens, que faut il en attendre ?

Et bien, si je ne savais pas à l'avance que ce The Legacy of Gaia est l'oeuvre d'un combo ukrainien, j'aurais parié qu'un nouveau groupe finlandais pointait le bout de son nez ... Car oui, bien des éléments composant ce brulôt semblent tout droit sortis de l'école finlandaise. De part le style joué tout d'abord, à savoir un Metal gothique, assez moderne, mélangeant des influences telles que le Melodeath, une légère pointe de Doom, et un zeste de Heavy ...  Plutôt atypique, mais après tout, pourquoi pas, tant que c'est bien fait.

Et force est d'avouer que le tout se tient plûtot bien. Roman Semenchuk (chant - guitare) s'en sort assez bien malgré sa voix atypique, que l'on pourrait situer entre un James Hetfield (est il réellement nécessaire de préciser à quelle formation appartient cet énergumène ?), Dominik Eckert des talentueux Crises, ou encore Tuomas Tuominen (ex- Fall Of The Leafe, The Man-Eating Tree), mélangeant vocaux claires hypnotisants, et growls abyssaux.

       

Cependant, les autres musiciens ne sont pas en reste. Anastasia Loginova pose de belles ambiances de claviers sur les riffs tranchants de Oleg Aditon, le tout enrobé par les rythmiques efficaces et carrées de Tim Voyko (basse) et des martellements de fûts assenés par Anton Skrynnik.

Pour ce qui est de la musique, du coup, on se retrouve face à un melting pot de Before The Dawn (en plus mélodique par rapport aux vocaux), un Sentenced plus puissant, un Silentrain plus gothique, ou encore d'un Amorphis ... Il n'y a qu'à poser une oreille sur le titre opener et qui donne son nom à l'album, "Legacy Of Gaia" pour s'en convaincre.

Et les 8 titres qui composent cette offrande sont du même accabits. Que ce soit le très direct "Bring Me Down To My Atlantis", l'accrocheur "When The Sun Burns Out" ou le plus ambient et torturé "Sumerian's Warning", chaque titre a un potentiel énorme, qui compensera la faible durée de l'album, qui, ne dépasse pas les 38 minutes ...

Doté d'une production honorable, claire et puissante, Dimicandum se révèle être une belle surprise, qui séduira à coup sûr les amateurs des groupes cités ci-dessus, ou encore n'importe quel amateur de Metal mélodique puissant.

P.S:  Voici le lien pour télécharger l'album en question. Enjoy !

                                                                                                                                                                        Axel

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements