Scox – Psychedelic Philosophy

Difficile de s'imaginer, au pays de Mahmoud qu'une telle formation puisse exister. Et pourtant, la scène Metal est extrêmement vivace dans ce fameux pays qu'est l'Iran. 

Avec notre fierté et notre prétention d'occidentaux, nous pourrions facilement nous imaginer que les rares groupes de metal qui font vivre la scène dans ce type de pays qui n'est pas forcément armé pour devenir une terre de musique extrême ne seraient que des sous-copie de groupes occidentaux. C'est souvent vrai, mais pas plus que dans nos terres, il faut avouer. 

Un groupe comme Scox n'a pas à rougir face aux référant européens et américains. Non, Scox est une vrai formation originale purement iranienne et d'une efficacité à couper le souffle.

Influencé par des formations cultes tel que Carcass, Cannibal Corpse ou Monstrosity, le groupe dévoile à travers leur première sortie un Brutal Death Metal d'une grande énergie, parsemé de trouvailles. Parfois primaire (peut-être un peu trop), parfois ultra-technique (peut-être un peu trop également), les membres du groupes font un étalage assez impudique de leur qualité de musiciens. 

Bien sûr, il est extrêmement difficile de se montrer original dans ce genre balisé (et banalisé) à l'extrême qu'est le Brutal Death Metal. Ce que l'on cherche ici, c'est avant tout l'efficacité à l'état pur, couplé à des ambiances sordides et dérangeantes à l'extrême.

ici, leur étalage technique sert parfaitement la musique grâce à des plans travaillés et brutaux qui favorisent des ambiances schizophréniques et oppressantes. 

En parlant d'ambiances, le groupe se permet même de nous jouer un morceau d'une grande subtilité au milieu de leur galette. "The Passion of Mankind", titre au combien ironique parsemé de guitare clean chaude et ampli de tristesses. 

Le groupe n'échappe pas à des plans utilisé très régulièrement dans le Death Metal. On aura bien évidement droit à notre dose quotidienne de Mid-Tempo ravageurs à s'en faire dévisser la nuque, ainsi qu'à des soli d'une efficacité telle qu'on serait droit de se demander si le guitariste qui les a commit ne devrait pas aller faire un tour en clinique psychiatrique. La batterie se démarque aussi bien par ses jeu intelligent, qui manque peut-être un peu de sobriété, mais qui à le mérite d'apporter un plus d’intelligence et d'efficacité aux structures ingénieuses des différentes pistes qui parsèment l'album.

Intelligent, ravageur et doté d'un bagage technique assez intéressant, ce premier essai du groupe iranien est pourvoyeur d'une immense satisfaction à tous fans de Death Metal qui se respectent. 
Reste un groupe qui, sans révolutionner le genre, offre une belle fenêtre d'exposition à la musique extrême qui se développe dans la belle république islamique d'Iran.

 
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements