Centurian – Contra Rationem

Centurian

Contra Rationem

 

Sorti chez Listenable Records le 28 janvier 2013

Ancienne formation respectée dans le milieu Death Metal, Centurian revient sur le devant de la scène après presque 12 ans d’absence avec un troisième album, Contra Rationem. Le combo Hollandais a subi quelques modifications de line up avec l’arrivée de Niels Adams de Prostitute Disfigurement au chant, qui change quelque peu la donne. Sa voix caverneuse donne à ce nouveau Centurian une autre coloration, plus profonde, et fait d’autant plus ressortir la violence et la rapidité des riffs en arrière plan. Aux fûts, on retrouve toujours un Seth Van De Loo qui semble avoir définitivement rejoint les rangs de Severe Torture en parallèle.

Old-school tout d’abord est cette pochette de Contra Rationem dont les démons longilignes rappellent les aliens inquiétants sur De Profundis de Vader. Une référence.

Dans tous les cas, ce que l’on peut dire de l’évolution du groupe à travers cet album fraîchement débarqué chez Listenable Records, c’est qu’il n’a rien perdu de sa veine old-school, tant au niveau du son que de son essence même, puisque Contra Rationem délivre neuf titres d’une violence assez extraordinaire.

Si la voix de Niels Adams est plus caverneuse que celle de son prédécesseur, et peut rappeler celle d’un Steve Tucker, elle n’en est pas moins nuisible et redonne un net avantage à l’album : celui d’un équilibre entre la puissance des blasts, la violence dégagée des cordes de guitares et le « velours » vocal, qui peut même déranger certains par son effet « lissé » à la Behemoth, sur certains passages.

 

 

En effet, par delà la voix, ce sont les guitares et la batterie qui sont à l’honneur, pour notre plus grand bonheur. Le groupe réussit le pari de proposer un album d’une violence effrénée, d’entrée de jeu avec un « Thou Shallt Bleed for the Lord Thy God » écourté à 2 minutes 11, ne vous attendez  donc pas à autre chose donc qu’un album haletant, une succession de morceaux brefs, exécutés sans pitié et avec toujours de belles surprises pour l’auditeur averti. Quelques très belles entrées en la matière, comme sur ce « The Will of the Torch » impitoyable, le combo arrive encore à surprendre  sans renouveler le genre.

Contra Rationem est un album brut, aux sonorités drues, dont l’exécution ravira les fans de Death Old School et qui offre à l’auditeur de nombreuses occasions de s’y intéresser, mais qui ne réinvente pas le genre. Le petit ne dépassera jamais son maître, Altars of Madness de Morbid Angel, mais les nostalgiques pourront se réconforter d’une oreille attentive avec ce nouvel opus malfaisant.


Katarz


 

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements