SeeYouSpaceCowboy – The Romance of Affliction

Deux ans après la sortie de The Correlation Between Entrance and Exit Wounds, SeeYouSpaceCowboy est de retour avec son deuxième album intitulé The Romance of Affliction. Cet album sort alors qu’on vient d’apprendre que Connie Sgarbossa, frontwoman du groupe, a tenté de mettre fin à ses jours quelques jours après la fin de l’enregistrement. Préparez-vous à un voyage violent, mélodique, déchirant et cathartique en même temps.

On dit toujours que le deuxième album est toujours le plus compliqué à écrire et composer par un groupe car on a bénéficié d’une vie pour écrire le premier. Concernant SeeYouSpaceCowboy ce deuxième album s’accompagne aussi de nombreux changements dans le line-up puisque The Romance of Affliction voit le retour de Taylor Allen passé entre 2016 et 2017 dans le groupe, ainsi que de Timmy Moreno qui lui était là entre 2016 et 2018. Point étonnant, ils échangent tous les deux leurs instruments passant pour le premier de la guitare à la basse et pour le second de la basse à la guitare ! Malgré ces changements dans le groupe il ne faut cependant pas oublier que les deux cerveaux derrière SeeYouSpaceCowboy sont bien Connie Sgarbossa (chant) et son frère Ethan Sgarbossa (guitare/chant).

The Romance of Affliction a été produit par Isaac Hale, plus connu pour être le guitariste de Knocked Loose, et on ressent fortement la présence du musicien dans les compositions de ce nouvel opus du groupe. SeeYouSpaceCowboy a toujours navigué entre différentes eaux qui vont du metalcore au punk en passant parfois par le mathcore, avec ce nouvel opus on voit apparaître quelques ambiances rappelant le combo du producteur mais aussi des nouveautés parfois proches du pop-punk.

Une chose qui ne change pas sur cet opus par rapport à son prédécesseur c’est qu’il est parfois difficile à écouter tant on rentre dans la tête de Connie Sgarbossa à travers les textes et ses hurlements déchirants. Rares sont les groupes ayant cette capacité à faire ressentir autant le mal-être, le désespoir et la haine, c’est saisissant et malaisant en même temps.

« Minsinterpreting Constellations » puis « The End to a Brief Moment of Lasting Intimacy », c’est avec ces deux titres que SeeYouSpaceCowboy a décidé d’ouvrir l’opus. Deux morceaux qui résument assez bien l’ambiance générale de l’album, entre des parties plus mélodiques que sur The Correlation Between Entrance and Exit Wounds grâce au chant clair de Taylor Allen, et une variété bien plus évidente dans les ambiances. On navigue entre le metalcore du début du siècle, la scène screamo de 2006-2007, les débuts de The Dillinger Escape Plan et une petite touche Paramore de l’époque Riot! sur la seconde chanson. Un melting-pot encore plus en exergue que sur le précédent opus du combo et qui démontre une véritable maturité dans l’écriture, pas question de copier une formule établie, il faut aller encore plus loin dans la folie musicale.

Néanmoins rassurez-vous si les breakdowns de SeeYouSpaceCowboy vous font secouer la nuque, le combo n’a clairement pas lésiné sur cet attribut du style dans cet album.  De celui de « With Arms That Bind and Lips That Lock » en passant par celui de « Anything to Take Me Anywhere but Here » ou encore « Melodrama Between Two Entirely Bored Individuals », vous aurez de quoi vous rassasier. C’est d’ailleurs sur ce point que la participation à l’écriture d’Isaac Hale est la plus forte, la baisse de tempo pendant les breakdowns étant une signature de Knocked Loose.

Si le chant clair de Taylor Allen et le scream guttural d’Ethan Sgarbossa sont des éléments importants de l’empreinte vocale de SeeYouSpaceCowboy, rien n’arrive à la cheville de la prestation de Connie Sgarbossa sur cet album. Cette dernière est de plus en plus possédée au fur et à mesure que l’album avance d’autant plus qu’elle nous offre un registre complet et varié entre growl, scream très criard et spoken word. Mention spéciale à sa prestation globale sur le titre « Ouroboros as an Overused Metaphor », un moment fort de 2021 dans le monde du metalcore.

Les textes de SeeYouSpaceCowboy sont souvent articulés autour de deux thématiques : le mal-être de Connie Sgarbossa et une critique acerbe de la vie sociale et politique. Il n’est donc pas rare de voir se succéder des morceaux relatant les addictions de la frontwoman ou la dysphorie de genre aux convictions profondément communistes et anticapitalistes des membres du groupe.

Contrairement à son prédécesseur, SeeYouSpaceCowboy a décidé de faire venir quelques invités sur The Romance of Affliction avec notamment les deux mastodontes que sont Keith Buckley (chant, Everytime I Die) et Aaron Gillespie (batterie/chant, Underoath). Aucun des deux ne sort de sa zone de confort mais leurs styles se prêtent très bien au titre en question surtout pour Aaron Gillespie. Son chant clair se mêle parfaitement à celui de Taylor Allen pour faire de « Intersecting Storylines to the Same Tragedy » un sequel à Define The Great Line, l’album mythique de 2006 d’Underoath.

SeeYouSpaceCowboy sort avec The Romance of Affliction un opus qui va les amener à un statut plus important dans la scène metalcore, grâce à une identité affirmée mais surtout un peu plus accessible. Les éléments habituels du combo sont présents mais accompagnés de nouvelles touches qui vont lui permettre de passer un cap commercialement parlant ! Dans tous les cas, si vous étiez sur MySpace en 2007, vous aimerez vous plonger dans cette merveille.

Tracklist

  1. Life As A Soap Opera Plot, 26 Years Running (ft. Keith Buckley)
  2. Minsinterpreting Constellations
  3. The End to a Brief Moment of Lasting Intimacy
  4. Sharpen What You Can (ft. SHAOLIN G)
  5. With Arms That Bind and Lips That Lock
  6. Losing Sight Of The Exit…
  7. …and My Faded Reflection in Your Eyes
  8. Intersecting Storylines To The Same Tragedy (ft. Aaron Gillespie)
  9. Ouroboros as an Overused Metaphor
  10. Anything to Take Me Anywhere but Here
  11. The Peace in Disillusion
  12. Melodrama Between Two Entirely Bored Individuals
  13. The Romance Of Affliction (ft. If I Die First)

Sortie le 29 octobre 2021 chez Pure Noise Records.

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements