Resolve – Between Me and the Machine

Quatre ans après leur premier EP et après une petite flopée de singles, il était plus que temps pour Resolve de nous offrir son premier véritable album et c’est chose faite aujourd’hui avec la sortie de Between Me and the Machine. 2021 est une grosse année pour le metal moderne français et ce n’est pas avec les Lyonnais que cela va s’arrêter !

Resolve avait habitué son public à des sorties nombreuses et rapprochées depuis sa création en 2017 jusqu’à la sortie de « Pendulum » en mars 2019. Deux ans sans nouvelle musique pour un groupe qui a décidé de se faire un peu oublier avec la pandémie mais surtout pour se concentrer sur l’écriture de son premier album. Deux ans plus tard, sortait en mai dernier un nouveau morceau, « Seasick Sailor », ainsi que l’annonce de la signature du combo chez Arising Empire. Resolve devient ainsi le quatrième groupe français du roster avec Kadinja, Novelists FR et Landmvrks.

Après « Seasick Sailor » et « Beautiful Hell » c’est à la sortie du troisième single, « Emerald Skies », que Between Me and the Machine se dévoile complètement avec une date de sortie, une pochette et une tracklist. Depuis le groupe a eu le temps de sortir deux nouveaux morceaux, « Surrender » et « D.G.G.R.S. », ce qui fait que l’on connait presque la moitié de l’album. Technique classique pour un label afin de promouvoir le premier album d’une nouvelle signature, mais c’est toujours dommage d’en connaître autant avant la sortie officielle.

Avant de se plonger dans l’analyse de cet album, il est important de comprendre le microcosme Resolve. Le trio est presque complètement DYI dans son approche puisqu’ils enregistrent, produisent et mixent eux-mêmes chaque morceau via Robin Mariat (basse) et les clips sont réalisés par Aurélien Mariat (ex-guitare). Au final, il n’y a que le mastering que le groupe délègue et c’est Acle Kahney de TesseracT qui s’est collé à la tâche.

Between Me and the Machine s’ouvre sur « Beautiful Hell » pour nous plonger directement et sans fioriture dans le metalcore, au sens large, de Resolve. Le morceau est dans la veine d’un titre comme « Of Silk and Straw » avec un rythme effréné à la batterie et la présence d’éléments électroniques pour donner plus de consistance à l’ensemble. On retrouvera d’ailleurs ces éléments électroniques distillés sur presque l’ensemble des titres de cet opus sans pour autant prendre le pas sur les trois instruments de base.

Au rang des influences du groupe on retrouve les classiques du genre actuellement entre des petites touches qui font penser à Bring Me the Horizon sur les orchestrations, à Architects pour le riffage ou à The Plot In You pour la manière dont Anthony Diliberto (chant/guitare) pose sa voix par moments, c’est toujours fait avec intelligence et avec le soin d’apporter une couche personnelle en sus.

Le metal moderne actuel souffre toujours du même maux : la répétitivité. Resolve prend le contre-pied total avec Between Me and the Machine en proposant onze titres qui ne se ressemblent pas, aidés par une tracklist bien ordonnée, allant des plus violents (« Beautiful Hell », « Emerald Skies » ou « D.G.G.R.S. ») aux plus mélodiques (« Surrender » ou « With Love ») en passant la pièce centrale et grandiloquente qu’est « Between Me and the Machine ».

Compositeur principal de Between Me and the Machine, Anthony Diliberto vient donc y poser ses riffs de guitare, sa voix et des arrangements sur l’ensemble des titres. Resolve est un trio en studio mais un quatuor en live qui lui permet de se concentrer (presque) uniquement sur le chant. Et justement sa performance vocale sur cet album est remarquable que ce soit sur l’utilisation du chant clair (« Fifteen Roses » ou le refrain de « Surrender ») ou le chant crié (« Emerald Skies »), sa polyvalence se met au service de la musique pour amener une cohérence assez phénoménale à l’ensemble.

Une cohérence qui s’affirme par la présence d’éléments relativement nouveaux dans les compositions de Resolve. On notera par exemple l’utilisation du piano sur le pont de « Forever Yours » qui donne un côté mélancolique à souhait au morceau ou la présence d’un solo de guitare totalement inédit pour eux sur « Between Me and the Machine ». Tous ses ajouts montrent un groupe qui continue de grandir dans son écriture pour ne pas s’enfermer dans un seul style musical.

Between Me and the Machine est un quasi sans faute de la part de Resolve et pour un premier album, c’est inespéré. Le trio arrive à digérer ses influences pour n’en retirer que l’essence et le mettre au service de ses compositions originales. Après Landmvrks en début d’année, c’est Resolve qui prend le flambeau afin de mettre le metal moderne français sur la plus haute marche du podium !

Tracklist :

  1. Beautiful Hell
  2. Seasick Sailor
  3. Sing Me To Sleep
  4. D.G.G.R.S
  5. Fifteen Roses
  6. Emerald Skies
  7. With Love
  8. Cycles
  9. Surrender
  10. Between Me and the Machine
  11. Forever Yours

Sortie le 26 novembre chez Arising Empire.

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements