Altesia – Embryo

Sorti en 2019, le premier opus d'Altesia, Paragon Circus, a été une vraie révélation au sein de la scène metal prog. En effet, les Bordelais nous faisaient alors découvrir une musique puissante, inspirée et d'une fraicheur rare chez un combo de l'Hexagone. Fortement influencé par Haken, Opeth ou Dream Theater, le quintette n'oubliait toutefois pas d'exprimer sa personnalité à travers six titres sublimes et à l'ambiance rarement égalée. L'annonce de la sortie d'Embryo, à peine deux ans plus tard ne pouvait que nous réjouir. Alors avec ce second album, Altesia parvient-il à renouveler l'exploit ?

Si Paragon Circus était relativement sombre, Embryo cherche à exprimer une musique plus apaisée et lumineuse, aux dires du combo bordelais lui-même. "Micromegas", très belle introduction mélodique où se mêlent guitare acoustique, violons et la voix enchanteresse de Clément Darrieu, est là pour en témoigner. En quatre minutes, les Bordelais exposent leur talent de composition insolent dans un titre qui constitue le frère jumeau de "Pandora" sur l'album précédent. Mais dès le début de "Mouth of the Sky", Altesia rappelle ses influences metal, à travers des parties de batterie blastées de Yann Ménage. Déstabilisant, surtout après une introduction si calme et paisible, le second titre fait mal d'entrée de jeu. Techniques en sachant se faire subtils, les riffs saccadés de Clément Darrieu et Alexis Casanova (guitares) évitent de lorgner vers le djent, évoquant d'avantage les ambiances d'Opeth (écoutez la fin du titre à 5:16) mêlée au modernisme d'Haken ("The Remedial Sentence").

Cette influence du groupe britannique, déjà présente sur Paragon Circus, revient toujours en tête en raison des lignes de chant inspirées des refrains (celui de "Mouth of the Sky" ou de "The Remedial Sentence") et de la voix de Clément qui ressemble parfois à s'y méprendre avec celle de Ross Jennings. En effet, la grande force d'Altesia, déjà mise en évidence sur Paragon Circus, c'est sa capacité à proposer des mélodies immédiates (le refrain d' "A Liar's Oath" ou le thème d' "Exit Inertia") sans être simplistes. Pour autant, la formation fait preuve de personnalité en affichant des influences parfois jazz ("The Remedial Sentence" à 1:33, "Exit Inertia" et son solo de saxo à 7:44 ou son shuffle à 11:03), post-rock/ambiant ("Autumn Colossus", dont le calme fait un bien fou après deux titres assez directs), voire même bal musette (!) comme sur le duo basse / accordéon à 2:44 sur "Sleep Paralysis". Varié, sans être bordélique et gardant toute sa cohérence, ce titre est une sacrée surprise, clairement déstabilisante, où l'on peut seulement reprocher un chant parfois trop théâtral et moins bien maîtrisé en voix de tête.

Les Bordelais avaient déjà tenté avec succès l'exercice du titre à tiroir de 18 minutes sur leur premier opus. Ils réitèrent et transforment l'essai avec "Exit Inertia", dernier pavé de plus de 21 minutes, qui fait une belle synthèse de ce dont est capable la formation. L'occasion d'apprécier le duo basse / batterie et le groove d'Hugo Bernart (basse) ou encore le travail subtil des claviers d'Henri Bordillon jamais démonstratif et aux sonorités actuelles.

Si l'on résume, cet album est donc une nouvelle réussite. Objectivement, il y a peu de choses à reprocher à Altesia, à part peut être un début d'album ("Mouth of the Sky" / "The Remedial Sentence") dense et difficile à digérer en raison de la puissance dégagée par le quintette. De même, le chant de Clément Darrieu apparaît dans l'ensemble un peu moins bien maîtrisé que sur l'opus précédent (notons toutefois qu'il est l'un des rares vocalistes français à ne pas trop trahir ses origines par son accent). Difficile également de réitérer l'effet de surprise de Paragon Circus, opus franchement marquant au moment de sa sortie, mais Altesia montre une nouvelle fois qu'il survole la scène metal prog francophone avec un talent insolent. Nul doute que le groupe ira loin, on ne peut que leur souhaiter en tout cas !

Note : 8,5/10

Tracklist :

Micromegas
Mouth of the Sky
The Remedial Sentence
Autumn Colossus
Sleep Paralysis
A Liar's Oath
Exit Inertia

 

Déjà disponible
Crédit photographiques : ©Thierry Bouriat

Altesia Embryo album

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements