Darkthrone – The Underground Resistance

Depuis 2010 et la sortie de Circle the Wagons on n’avait plus entendu parler de Darkthrone… bien sûr on avait entendu Nocturno Culto sur le dernier Sarke sorti en 2011 : Oldarhian, groupe formé avec Thomas Berglie musicien que l’on retrouve également dans des groupes comme Khold, Tulus, Sensa Anima et Old Man’s Child. Mais Fenriz, à part son blog dont il s’occupe activement et son rôle de consultant pour le festival anglais Live Evil Festival il préfèrait rester cacher dans sa forêt norvégienne, loin de tous…de plus il déteste voyager au grand regret de certains qui rêveraient de voir un jour Darkthrone sur scène…

D’emblée on ressent divers influences à l’écoute de ce dernier LP à paraître demain chez Peaceville et partant vers les contrées des années 80’s avec des groupes comme Agent Steel, Mercyful Fate ou Satan aux sommets enneigés à la Bathory… donc 6 morceaux… 3 titres chacun…

Toujours à la recherche d’une musique qui ne fait pas dans la sur-production, Darkthrone nous envoie sa musique sans fioriture, brute, pure. Ici, c’est du « fait maison » et ça sort du NecroHell 2, bien sûr ensuite pour la modique somme de 666 € l’album a été masterisé au Texas par Jack Control aux studios Enormous Door. C’est un peu ça qu’on retrouve dans le titre de l’album « Resistance ». C’est ce que font les norvégiens en refusant le système et pour que l’esprit, le vrai, celui du Metal des origines, reste à jamais la marque de fabrique du groupe.

 

Darkthrone

Au-delà des clivages, Darkthrone milite pour une certaine éthique du Metal, pas de Pro-Tool ou de John Mutt Lange. Non, seulement deux gars dans un garage qui trouvent des riffs et font chauffer les Marshall… c’est un combat contre certains producteurs qui enrobent la musique de certains groupes à leur sauce en enlevant le cachet que les musiciens avaient développé pour « essayer » de vendre leur âme à certaines multinationales qui eux « savent ce qui marche » !

Le côté brutal et enivrant avec une veine Punk se retrouve d’emblée avec « Dead Early », marque de fabrique du groupe, mais qui sera cette fois bien dilué dans ce nouvel album. Car pendant ces 3 années, les deux membres ont été influencés par de nombreuses sources musicales.

D’un côté Fenriz et ses goûts underground, punk et même viking avec le sublissime « Valkyrie » qui surprend l’auditeur par une envolée lyrique des plus somptueuses. De l’autre Nocturno Culto, toujours fervent amateur de Thrash, de Black Metal nous sert sur un plateau d’argent des titres tous aussi époustouflants que « The One You left behind » et son approche Speed Metal des années 80’s ou le puissant, lourd et ambitieux « Come Warfare, the Entire Doom » aux intonations Black que l’on aurait très bien pu retrouver sur un album de Sarke.

 

Darkthrone

Les accords de « Valkyrie » sont graves, posés et d’une majesté puissante transcendant l’esprit fière des peuples nordiques. Ensuite, ça déboule, ça gueule, Fenriz s’époumone dans les aigus. La voix aurait pu être gravée sur un vieux 33 Tours d’Helloween période Walls of Jericho. Un côté épique se retrouve sur la façon dont est chanté « The Ones You Left Behind » mêlant cavalcade et approche thrash.

Mercyful Fate déboule avec le speed « Leave No Cross Unturned » pour 14 minutes de délire sur un rythme effréné parsemé de breaks lourds où la voix grave et caverneuse roulant les « r » donne encore plus d’intensité au titre. Alors là si ce n’est pas un hommage? Darkthrone devient le gardien de la mémoire de la musique que l’on aime… Don’t Break The Oath !!!

The Underground Resistance est un album passionnant. Par la variété des styles musicaux que l’on découvre, vaguant d’une époque à une autre, les norvégiens font honneur au Metal passé.

Lionel / Born 666
 

NOTE DE L'AUTEUR : 10 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements