Rhapsody of Fire – Glory For Salvation

Un peu de calme dans le tumulte de la discographie de Rhapsody of Fire ? Après un album qui remettait tout à zéro avec un line-up bouleversé, notamment par la venue de Giacomo Voli en remplacement de l'iconique Fabio Lione, la formation retombe un peu sur ses pieds en changeant uniquement son batteur et en poursuivant l'arc narratif du cycle The Nephilim's Empire Saga. Il convient donc de voir comment ce nouvel album, intitulé Glory for Salvation, s'inscrit dans la discographie bien fournie du groupe.

L’EP I’ll be your hero sorti depuis juin 2021 montrait déjà aux fans que Rhapsody of Fire restait plus ou moins dans la même veine avec un power metal assez cliché, influencé par Iron Maiden (notamment "Run to the Hills") mais avec un chœur très puissant. Avec ce nouvel album, le groupe entend montrer que les bases qu’il a posées sont toujours présentes, notamment avec la voix de Giacomo Voli qui ressemble à celle de Fabio Lione. On retrouve également le côté classique et réconfortant du combo sur "Chains of Destiny", sorti récemment. Alex Staropoli est donc toujours capable de composer des morceaux assez catchy et épiques.

Alors bien sûr, depuis une vingtaine d’années, le compositeur a largement eu l’occasion de faire le tour du style et certains morceaux ne seront pas une grande surprise. "Son of Vengeance" qui ouvre l’album en est un parfait exemple, faisant clairement le job mais étant assez prévisible. Il a pourtant le mérite d’introduire un élément très important de l’album : le chœur professionnel. Exit l’orchestre qui passe parfois en retrait et qui sonne très souvent cheap, l’accent est porté sur la voix, les voix. Que dire de cette intro magistrale d’ "Abyss of Pain II", morceau fleuve de dix minutes qui commence avec une ambiance à la Dimmu Borgir pour continuer sur des riffs hyper heavy, le tout lié par la voix plus puissante et plus rocailleuse de Giacomo.

Ce dernier est vraiment la bonne surprise depuis son arrivée : plus polyvalent que Fabio Lione, il a une palette impressionnante et un vibrato moins cliché. Dommage que Rhapsody of Fire ne mette pas plus à profit sa voix agressive. Autre facette du chanteur, son côté plus accessible qui le fait rivaliser avec des chanteurs comme Steve Perry et permet au groupe d’explorer encore plus les années 80, style déjà développé sur The Eight Mountain. Il y a bien sûr quelques écarts comme la ballade "Magic Signs", sorte d’hymne aux briquets sorti d’un concert de Scorpions ou la fin de "I’ll Be Your Hero", typée Journey, mais l’ensemble se tient et permet aux Italiens de retrouver les racines NWOBHM qu’affectionne le power metal.

On note donc une volonté du groupe de s’éloigner du hollywood metal en essayant de simplifier son propos. Ils répondent ainsi aux détracteurs qui leur reprochaient le "toujours plus haut, toujours plus fort". Un guitariste en moins, un orchestre vraisemblablement virtuel et souvent en retrait et un Alex Staropoli qui se contente souvent de soutenir l’ensemble avec des sons assez discrets. On aurait d’ailleurs aimé qu’il rivalise avec Roberto Di Micheli lors des soli. Autre exploration bien sympathique, les influences arabes présentes sur "Maid of the Secret Sand" : un morceau qui démarre de façon classique, sobre mais avec des tournures alambiquées, preuve qu’Alex aime aussi faire du prog. On trouve donc plusieurs morceaux complexes, comme "Abyss of Pain II", mais extrêmement efficaces. La preuve ultime de cette concision réside dans l’efficacité de "Terial the Hawk", sorte de plaisir coupable, très joyeux et médiéval. Ce côté folk qui pouvait parfois être perdu revient notamment sur "Eternal Snow", sorte d’intro narrative au morceau cité juste avant. Le morceau est très bien produit mais l’accent du narrateur gâche un peu l’écoute et ne fait pas oublier le regretté Christopher Lee.

Sans pour autant révolutionner le genre comme avec From Chaos to Eternity ou comme leurs camarades de Turilli/Lione Rhapsody, sans pour autant être dans la débauche de moyens comme sur The Dark Secret, Glory for Salvation reste un album agréable qui ne fait pas tache dans la discographie de Rhapsody of Fire. Certains titres ont le potentiel de devenir des tubes en live. Il faut juste être indulgent avec le groupe qui a traversé les épreuves et qui, après quasiment trente ans de carrière, ne pourra plus renouveler le genre, mais propose des morceaux variés avec quelques expérimentations intéressantes.

Tracklist Glory For Salvation :

 
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
 
 

Album déjà sorti sur le label AFM Records

Rhapsody_of_Fire_Glory_for_Salvation

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements