Exodus – Persona Non Grata

Sept ans, c’est le temps qu’il aura fallu à Exodus pour donner un successeur au très bon Blood In, Blood Out. Il faut dire que jusqu’en 2019, son maître à penser Gary Holt était bien occupé avec Slayer jusqu’à la retraite des Anges de la Mort. En outre, le sort s’est acharné sur la formation américaine, Tom Hunting (batterie) ayant été frappé par un cancer de l’estomac, dont il semble totalement remis depuis son opération l’été dernier. Persona Non Grata transpire donc la rage et l’intensité, à travers des riffs et des titres qui lorgnent vers toujours plus d’efficacité.

Le morceau titre est d’ailleurs là pour en témoigner en ouverture. Le riff principal est un petit bijou de thrash dans la droite lignée des meilleures compositions du combo américain. Seule la voix de Steve « Zetro » Souza, de retour au bercail depuis l’opus précédent, pourra faire tiquer ceux qui n’y sont pas habitués. Le vocaliste propose un timbre toujours clivant, nasillard, qui n’a pas grand chose à voir avec celui de Rob Dukes ou encore du regretté Paul Baloff, les deux autres chanteurs d’Exodus. Pourtant, Zetro tente de nouvelles choses, comme les hurlements caverneux sur le final de « Persona Non Grata », où son timbre se rapprocherait presque de celui d’un Chuck Billy (Testament).

Nous l’avons déjà mentionné, les riffs s’enchaînent sur cet album et si Exodus nous a longtemps habitués à des titres longs, le quintette propose plus de concision avec un enchaînement de pépites thrash que l’on n’attendait plus de la part de musiciens approchant la soixantaine (« R.E.M.F », « Slipping into Madness », ou encore les très bons singles « Clickbait » et « The Beating Will Continue »). Il faut croire que Gary Holt a retenu la concision de son passage chez Slayer, tout comme l’envie de proposer des ambiances malsaines. En effet, le très bon « Prescribing Horror » n’aurait pas dépareillé chez le combo de Kerry King, tant son thème principal mid-tempo rappelle les meilleures compositions de Jeff Hanneman. Surprenant de la part d’Exodus, mais particulièrement jouissif.

Au rayon des surprises, on apprécie également l’interlude acoustique « Cosa Del Pantano », qui sert de bonne introduction au long « Lunatic Liar Lord ». Sur ce titre, Holt revient aux compositions à tiroirs qu’il avait l’habitude de proposer sur Atrocity Exhibition (rappelez vous « Children of a Wortlhess God »). Pourtant, malgré sa longueur, on retrouve une belle cohérence tout au long de ce « Lunatic Liar Lord », sur lequel les duels de guitare entre Holt et Lee Altus raviront les amateurs de l’exercice. De plus, on apprécie les parties de basse ronflante de Jack Gibson, bien mises en valeur par la production actuelle sans être massive.

Alors, il faut certes le reconnaître, cet album n’est pas non plus révolutionnaire puisqu’on retrouve toutes les caractéristiques du genre (la batterie Toukatouka sur « The Beating Will Continue » et ses backings vocals scandés, tout comme sur « Elitist »), mais Exodus propose d’excellentes compositions, parfois seulement désavantagées par les parties de chant de Zetro (le refrain de « Elistist » pas des plus adéquats ou encore le up-tempo « The Fires of Division » où les lignes vocales manquent de mordant par rapport à l’instrumental).

Mais la hargne dont font preuve les cinq musiciens fait plaisir à voir et place cet album dans le haut du panier de la discographie des Américains. De quoi regretter d’autant plus qu’Exodus n’ait jamais eu sa place au Panthéon des Quatre Grands du Thrash, genre qu’il est peut-être désormais le seul à pratiquer avec autant d’application depuis la défection de Slayer. De quoi faire bouger dans le pit quand le combo retrouvera la scène, exercice qu’il maîtrise déjà à la perfection.

Tracklist :

Persona Non Grata
R.E.M.F
Slipping Into Madness
Elitist
Prescribing Horror
The Beating Will Continue (Until Morale Improves)
The Year of Death and Dying
Clickbait
Cosa Del Pantano
Lunatic Liar Lord
The Fires of Division
Antiseed

Persona Non Grata est déjà disponible chez Nuclear Blast Records
Photographie promotionnelle : DR

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements