Voivod – Synchro Anarchy

L’année 2022 marque le quarantième anniversaire de Voivod, formation culte québécoise. Cela fait également presque 17 ans que Denis « Piggy » D’Amour, co-fondateur et guitariste du quatuor nous a quittés des suites d’un cancer. Et pourtant, malgré le décès de celui qui a contribué à forger l’identité Voivod à travers des sonorités qui lui sont propres, le quatuor est au sommet de son art depuis quelques années. L’EP Post Society puis l’excellent The Wake ont en effet permis aux quatre musiciens de créer une véritable alchimie et de renouer avec un succès amplement mérité. Et ce n’est pas Synchro Anarchy, quinzième album du groupe de Jonquière, qui changera la donne, bien au contraire.

L’intronisation de Dan « Chewy » Mongrain (ex-Martyr et Gorguts) à la six-cordes a amplement contribué à ce succès, le guitariste respectant le son du groupe tout en ajoutant sa propre patte. Cette dernière est une fois de plus présente sur l’ensemble des titres, comme ce « Paranormalium » qui ouvre l’opus. Dissonance, syncopes, mesures asymétriques et expérimentation sont une fois de plus au programme, tout comme le chant de Denis « Snake » Bélanger qui lorgne toujours plus vers le punk. Mais ce qui fait véritablement la force du Voivod cru 2022, c’est le son de basse de Dominic « Rocky » Laroche, à la fois lourd (comme sur « The World Today ») et groovy, qui mène la danse et sert de fil conducteur à l’auditeur (la walking bass sur « Planet Eaters » est là pour en témoigner). Rarement un bassiste aura réussi une telle intégration, succédant pourtant à des monstres sacrés tels que « Blacky » ou Jason Newsted. De son côté l’homme fort du groupe, Chewy, est toujours aussi impressionnant, n’hésitant pas parfois à se lancer dans des soli qui rappellent l’exubérance et l’audace d’un Steve Vai (« The World Today » à 1:47).

Toujours aussi difficilement classable, le quatuor mêle les influences de chacun de ses membres, dans un tout très cohérent, et à l’approche finalement très progressive (« Mind Clock ») en proposant des changements de rythmes constants et mille riffs à la minute. Pourtant, pour ceux qui connaissent parfaitement le groupe, les morceaux sonnent vite de façon très familière et s’assimilent aisément (« Synchro Anarchy », « Planet Eaters »). Synchro Anarchy est finalement une belle synthèse entre le Voivod de la période Dimension Hatröss (la production parfaite de Francis Perron en plus) et celui de The Wake. Sauf que contrairement à ce dernier, le groupe revient à un peu plus de concision (on n’y trouve pas de morceau de la trempe de l’excellent « Sonic Mycelium » qui, en une douzaine de minutes, concluait avec brio l’effort de 2018).

Vous l’aurez compris, Voivod frappe encore un grand coup avec ce nouvel opus. Et finalement, le seul regret que l’on peut éprouver, c’est que le quatuor n’ait pas persévéré dans la veine de l’EP The End of Dormancy, qui voyait Voivod intégrer une section cuivre totalement folle sur le morceau éponyme. Cet exercice avait en effet de quoi nourrir de nombreux espoirs, les cuivres se mariant à merveille avec la musique des Québécois. Dommage donc que les quatre musiciens n’aient pas réitéré l’effort sur un ou deux titres de ce Synchro Anarchy (« Holographic Thinking s’y serait notamment bien prêté), dont les arrangements sont globalement plus simples que d’habitude (on parle de Voivod, donc tout est relatif !).

Malgré tout, Voivod confirme son excellente forme et si le groupe s’est concentré sur lui-même, l’alchimie qui lie ces quatre musiciens n’a jamais été aussi forte. De quoi fêter dignement ces quarante ans de carrière !

Tracklist :

Paranormalium
Synchro Anarchy
Planet Eaters
Mind Clock
Sleeves Off
Holographic Thinking
The World Today
Quest for Nothing
Memory Failure

Sorti le 11 février 2022 chez Century Media
Photographie promotionnelle : DR

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements