Hammerfall – Hammer Of Dawn

Est-il utile de présenter à nouveau Hammerfall après trente ans d’existence ? En pleine tendance heavy-power metal depuis environ quinze ans, la formation suédoise surfe toujours sa propre vague teintée d’inspirations épiques. Trois ans après un Dominion aux avis plus que mitigés, nous retrouvons les ténors du genre avec Hammer Of Dawn prévu pour le 25 février 2022 chez Napalm Records.

Douzième album et la production n’affiche aucune ride. Cette nouvelle mouture laisse croire à un nouveau sursaut de la formation après trois derniers albums plutôt décevants. Il est alors difficile pour le groupe de sortir des sentiers battus pour se réinventer dans un genre ultra codé. Ainsi, Hammer Of Dawn résonne comme un énième écho d’Hammerfall par Hammerfall.

Ce nouvel album débute par "Brotherhood", qui renvoie indirectement aux trois décennies de fidélité et d’amitié de Jacim Cans (chant), Oscar Dronjak (guitare) et Fredrik Larsson (basse). Un hymne énergique et puissant mais sans âme. Quelques faiblesses par-ci par-là viennent ternir la prestation globale, comme "Not Today", ballade très moyenne sans intention avec un riff principal pompé sur Accept. Et les multiples tentatives de créer des hymnes aux chœurs semblables les uns des autres lassent rapidement et deviennent confus. Notamment avec "Venerate Me" qui n'apporte vraiment pas grand-chose et copie tout juste le moins bon des hymnes du groupe.

<ammer of Dawn

Le titre éponyme "Hammer Of Dawn" surgit avec puissance et énergie, le riff principal de cavalcade est particulièrement entrainant. La mélodie, relativement simple et efficace, reste en tête, tout comme le refrain aux airs d’hymne révolutionnaire. Une réussite pour ce morceau. Une efficacité redoutable que l’on retrouve aussi avec "State Of The W.I.L.D." qui envoie une intro accrocheuse proche des standards d’un heavy metal clinquant et agressif. Il est ponctué d’un solo de guitare inspiré, incisif mais trop court.

Quelques passages semblent surgir de entrailles historiques du groupe, particulièrement avec "No Son Of Odin" dont le refrain rappelle l’album No Sacrifice, No Victory paru en 2009. Le rythme est extrêmement soutenu, c’est seulement avec "Reveries" que la pause nécessaire intervient. Là encore, la mélodie, bien qu’agréable, reste très familière. Le comble étant le titre suivant puisqu’il reprend quasiment la même mélodie et ce n’est pas le riff principal ultra convenu qui vient apporter ce petit plus nécessaire. Dommage car "Too Old To Die Young" accuse de petites faiblesses que la formation expérimentée pourrait facilement éviter.

L’utilisation de raccourcis et de petites recettes facilement plaçables joue au détriment d’Hammerfall. Nous en attendons beaucoup plus des Suédois chevronnés. "Live Free Or Die" ainsi que "No Mercy" deviennent trop répétitives et se noient dans un album efficace mais bien trop linéaire.

Le constat est à nouveau le même qu’il y a trois ans. Hammer Of Dawn n’est pas mauvais, loin de là, mais il est loin d’être indispensable surtout qu’il ne fait que reprendre encore et toujours les mêmes éléments créatifs du groupe. Une répétition de leur art qui ne rend pas dupe et qui finit par lasser.

Tracklist :

1 - Brotherhood
2 - Hammer Of Dawn
3 – No Son Of Odin
4 – Venerate Me
5 – Reveries
6 – Too Old To Die Young
7 – Not Today
8 – Live Free Or Die
9 – State Of The W.I.L.D.
10 – No Mercy

Sortie le 25/02/2022 chez  Napalm Records

Hammerfall_Hammer-of-Dawn

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements