Punish Yourself à  la Rock School Barbey de Bordeaux (09.03.2013)

Direction Guadalaraja enfin pas réellement juste en route pour la Rock School Barbey ou joue ce soir Punish Yourself à l’occasion de leur tournée  Holiday in Guadalaraja un moyen comme un autre de voyager avec les pionniers du zombie cyberpunk fluo. Une chose surprenant est le monde peu en masse ce soir (ah Bordeaux et son éternel public assez étrange) ou la salle semblera un peu vide malgré environ 450 personnes ce soir.

La première partie est confiée aux mains de Dead Sexy Inc. C’est en toute quasi discrétion que le trio arrive sur scène, visuellement on est replongé dans cette atmosphère underground à la grande époque des années 80 au Pulp (les plus vieux se souviendront).  Emmanuel H. avec son style glam-rock enfonce le clou dans cet esprit old school qui hélas va faire un flop face à un public assez jeune ce soir. Sur scène le trio s’éclate, pied de micro qui vole, des kicks propulsés lors des riffs,  pas mal de tentatives de la part de Stéphane d’aller au contact du public pour chanter avec lui, hélas sans grand résultat.

Dans la salle, cela sent clairement que le public est là pour Punish, quelques-uns encouragent le groupe  dans leur set sans grande réussite. Dommage car Dead Sexy Inc  est un groupe electro-clash qui a pas mal tourné, ayant fait de nombreuses premières parties, un succès outre Rhin mais cela se soir le canelé ne prend pas, la faute peut-être aux paroles ou les morceaux alternent l’anglais et le français, l’absence de basse (qui est dans les samples) dur dur dans tous les cas car le groupe lui a tout donné avec ce petit côté espiègle punk.

Le public qui squattait pas mal la tribune de la salle ou le bar lors de la première partie arrive en masse pour s’agglutiner en ras de scène pour acclamer le combo toulousain. Le décor est planté sur scène, ou le tox-mex et Dia de los muertos se mélanges au mur de laser tout droit sortie d’un film de SF, une porte de saloon en forme de cœur pour accéder à la scène tout est là pour faire grimper la température qui gonflera encore lors de « Mexxxican Choir ». Lorsque que les premiers accords de « Gun » démarrent c’est la bagarre dans la fosse, le public fait masse tel un raz de marée pour venir percuter aux rythmes du morceau contre la scène. Pas de temps mort, Punish déroulent les morceaux comme un car de touristes japonais pressés de tout voir, bon c’est un peu logique de ne pas avoir de temps de mort sinon la température baisserait quoi que ..

Entre les mouvements de VX allant de part en part de la scène, le spectacle de Klodia sur certains morceaux, l’animation est permanente sur scène, côté public cela suit également, l’ambiance est rendue moite avec des passages qui feront plus de coups à celui-ci « CNN War », « Las Vegas 2060’s », « Nation To Nation »,  « Gay Boys Bondage » ou des passages plus langoureux pour certains tel que  « Enter Me Now » ou j’ai eu la drôle sensation d’être une barre de pole dance pour une jeune femme à ce moment-là.

Côté son, pas de soucis c’est costaud même un petit couac de câble de guitare qui sera réglé à la vitesse de la lumière, rien à reprocher le set est imparable, c’est toujours autant jouissif de voir à quel point ce groupe s’éclate sur scène et de faire vivre une salle au fil des morceaux.

Ce n’est pas des légions de pogos qui eurent lieu ce soir comme ce fut le cas il y a 2 ans mais plus une danse de groupe qui eut lieu, en laissant trainer mes oreilles ici et là pour des retours ce fut mieux que d’aller en boite… Des fans chercheront des setlist mais avec Punish Yourself point de cela tout est en tête.  Quelques-uns seront déçu par l’absence de mousse en fin de show malgré pourtant la présence de la disqueuse et autres torches, certains en voulaient encore.

Punish Yourself c’est comme si on mettait une pleine bouteille de Tabasco dans la bouche, on aura toujours le feu avec ce groupe, on arrive morose, on en ressort sourire aux lèvres et le corps bouillant. Ce groupe est une véritable tornade armée de morceaux sans temps mort. Si Holiday in Guadalaraja  passe par chez vous, vous pouvez y aller sans aucun soucis et pour les autres rendez-vous au Hellfest ou Punish Yourself jouera sous la Warzone qui méritera pleinement son nom ce jour-là.

Un grand merci comme il se doit à Punish Yourself (Vincent & Miss Z), à l’équipe de la Rock School Barbey et à Base Productions (Emilie, Julien, Pascal) pour l’accueil fait une fois encore 😉

Setlist Punish Yourself : 

1) Mexxxican Choir (Intro)
2) Gun
3) She Buys Me
4) Suck my T.V.
5) Zmeya
6) Mothra Lady
7) Rock’n’roll Machine
8) Zombie
9) CNN war
10) Cult movie remake
11) Shiva only is God
12) Las Vegas 2060’s
13) This Is My Body, This Is My Gasoline
14) Enter me Now
15) Nation to Nation
16) Come on come on
17) Dispossessed
Encore :
18) Primitive
19) Gay Boys in Bondage
Encore 2 :
20) (Let’s Build) A Station in Space

Photos : © 2013 Nikolas Ernult
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements