Witchfinder – Endless Garden (EP)

Les Clermontois Witchfinder présentent aujourd'hui un EP de deux titres, Endless Garden. Le combo doom psyché, fort d'un nouveau membre, signe ici une nouvelle étape dans la construction d'une identité singulière. 

Depuis sa formation en 2016, le groupe – alors trio – Witchfinder a su se distinguer par des prestations live convaincantes qui lui ont permis d’accompagner de grands noms de la scène stoner et doom internationale : Red Fang, Monolord, Kadavar ou encore Corrosion of Conformity. Après un dernier opus puissamment sludge intitulé Hazy Rites et réédité en vinyle en 2020, la formation stoner doom psyché, devenue quatuor avec l’arrivée de Kevin Raecke au clavier, est de retour aujourd’hui avec cet EP de deux titres.

Deux titres, certes, mais avec 17 minutes de musique, l’offrande se révèle généreuse, sorte d’avant-goût d’une nouvelle étape dans l’histoire du groupe, qui se concrétisera prochainement avec un troisième album studio annoncé pour l'automne 2022. De quoi présenter le Witchfinder nouveau, en somme, et ses sonorités encore plus travaillées et troublantes, marquées par cette teinte psychédélique à la limite de l’occulte.

Dès l’entame du premier morceau "The Maze", la basse est au plus bas de l’accordage, les riffs pachydermiques, le fuzz à outrance et le groove ravageur s’installent, non sans rappeler les grandes années du protometal. Surgit ensuite une mélodie irrésistible portée par le chant clair inspiré de Clément Mostefai, puis cette boucle de riffs décroche et ralentit pour un effet de chape de plomb collant à l’ambiance inquiétante. L’arrivée d’un cri d’outre-tombe surprend enfin et annonce la reprise, en accéléré cette fois, de la boucle de guitares. Le labyrinthe ("maze") est en fait une boucle hypnotique, un piège lent dans lequel l’auditeur est happé.

Les claviers présents dès l'introduction du morceau-fleuve "Eternal Sunset" apporte une bonne dose de psychédélisme, et le combo semble se délecter de la lenteur extrême pour soigner ses attaques impitoyables. Avec ce groove millimétré, les riffs énormes, le chant clair et traînant (comme si un Ozzy avait été mis au ralenti), Witchfinder est à la croisée des chemins entre sludge, stoner, doom et psyché. L’effet est toujours aussi entêtant, mais le chant se fait lumineux, envoûtant, et les émotions surgissent de la mélancolie ambiante.

À 7 minutes, tout s’accélère et de nouvelles facettes sont révélées. La section rythmique impressionnante se distingue avant de ralentir encore davantage, la réverb des guitares s’accentue. La conclusion de ce titre se fait dans la lourdeur la plus intense, guitares et synthé se mêlant pour un effet funèbre des plus intrigants. À noter que l’EP a été enregistré, mixé et masterisé par Haldor Grunberg (Behemoth, Dopelord, Belzebong) de Satanic Audio en Pologne.

C’est un tour de force que signent les Auvergnats : les deux pièces longues, lentes, superbement stoner, échappent pourtant à tout effet de redondance. Mieux encore, on distingue, malgré l’ambiance doom et inquiétante, une sorte de fraîcheur inespérée par l’irruption de subtilités bienvenues au milieu de toute cette lourdeur. Cet EP court très bien exécuté laisse espérer de belles choses à l’avenir pour Witchfinder, qui a d’ores et déjà annoncé la sortie de son troisième album studio à l’automne prochain, et que l’on retrouvera avec plaisir en juillet en tournée européenne aux côtés de Mars Red Sky.

Tracklist EP Endless Garden :

1. The Maze (6:28)
2. Eternal Sunset (10:41)

 

Endless Garden sort le 3 juin 2022 via Mrs Red Sound.

L'EP est disponible sur le bandcamp de Witchfinder.

Witchfinder_EndlessGarden
Artwork : Maciej Kamuda

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements