Finntroll – Blodsvept


Lorsque les premières notes du titre éponyme de l’album Blodsvept résonnent, on reconnait immédiatement le style festif et humppa propre à Finntroll. Pas de doute, ce n’est pas un album révolutionnaire où le groupe a décidé d’expérimenter du black metal ambiant progressif core à influences jazzy !

Chacun en pensera ce qu’il voudra, mais personnellement j’exprimerai un franc et tonitruant « tant mieux ! ».

Avec Ett Folk Förbannat, la fête des trolls se poursuit, avec toujours cette touche légère et grotesque de ces créatures sales et grossières. Ah pardon, les membres du groupe ne sont pas vraiment des trolls ? Bon, en tout cas, c’est bien comme ça que je m’imagine ces créatures faire de la musique : gutturale mais néanmoins paillarde.

När Jättar Marschera continue sur la même veine, et on croit reconnaître par moment des sons dignes d’un Ensiferum ou Korpiklaani. Normal, me direz-vous. Tous ces groupes se sont entre-influencés au point où l’on ne sait plus très bien qui influence l’autre.

Dans la famille du folk metal, Finntroll apporte un côté comique et décalé très personnel. Les titres Mordminnen et Rösets Kung en sont les plus purs exemples. Ces morceaux sont un excellent mélange de chansons à boire, à danser et à pogoter en rythme.

Skövlarens Död, Skogsdotter et Midvinterdraken explorent un style plus épique que ne renieraient pas un Ensiferum ou un Turisas, voir un Moonsorrow, tout en conservant ces petites plages musicales qui sont comme une véritable signature pour Finntroll.

 

 

Häxbrygt et Tva Ormar reviennent à un son plus humppa avec quelques notes de cuivre et une rythmique saccadée. Dans ce dernier, on croirait presque entendre par moment des mélodies dignes d’un dessin animé et ça ne m’étonne guère que Trollhorn le surnomme « Bettlejuice sous crack ».

Je dis cela sans aucune critique ni moquerie, car le mélange est très bien fait et, au risque de me répéter, évoque bien un groupe de musiciens trolls en pleine action.

Depuis le succès de Jaktens Tid (2001), qui en son temps a intégré le TOP 20 des albums en Finlande (bon d’accord, le public de ce coin a l’air d’avoir des goûts musicaux un peu plus éclairés que la moyenne de l’auditeur « grand public » français, mais c’était quand même un succès inattendu pour un petit groupe anonyme), Finntroll a connu de nombreux changements de line-up.

 

(Vreth au Brutal Assault 2012)

Les diverses évolutions des membres, entre décès accidentels, problèmes de santé et raisons personnelles n’ont cependant pas empêché le groupe de poursuivre son petit bonhomme de chemin. Même si plus aucun des membres fondateurs n’est présent, le style est resté assez fidèle aux origines.

Au final, peu d’originalité, mais avec Blodsvept, on sait ce qu’on achète et les trolls ont produit ici un album d’une grande qualité. Et franchement, c’est le genre de disque qui vous met tout de suite de bonne humeur et que l’on peut aussi bien écouter le matin dans un embouteillage qu’au soir (oui, aussi dans un embouteillage si vous n’avez pas de chance) avec un petit verre à la main, les pieds en éventail sur le canapé.

« Blodsvept » - sortie le 25 mars 2013 chez Century Media

Tracklist (43:03) :

Blodsvept (4:30)
Ett Folk Förbannat (3:24)
När Jättar Marschera(4:07)
Mordminnen(3:25)
Rösets Kung(3:16)
Skövlarens Död (3:45)
Skogsdotter (4:53)
Häxbrygd (3:52)
Tva Ormar (3:17)
Fanskapsfylld (2:57)
Midvinterdraken (5:38)
 

Thomas Orlanth

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements