Nightwish au Hellfest 2022 : Last light of the day

Weekend 2 – Samedi 25 Juin 2022 – Mainstage 2 – 20h20

 

Quelques heures après Epica, c’est à Nightwish de représenter fièrement le metal symphonique sur la Mainstage 2. Pour son troisième passage au Hellfest, le combo de Tuomas Holopainen monte sur scène alors que le soleil descend petit à petit sur Clisson. En 2015 et 2018, le combo finlandais avait pu présenter son show de nuit, ce qui collait parfaitement à l’identité de la formation. Outre cette différence, c’est aujourd’hui un Nightwish au visage différent qui se présente devant nous, depuis le départ du charismatique bassiste Marko Hietala.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son absence est remarquée tant le musicien apportait jusqu’alors sa personnalité en live comme en studio, à travers notamment sa voix grave, chaleureuse et juste ce qu’il faut d’agressivité. Et ce n’est pas Jukka Koskinen (Wintersun), bassiste live, qui parvient à le faire oublier, ce dernier étant relativement transparent sur scène et ne participe pas aux backing vocals. En conséquent, Nightwish met de côté certains classiques comme « I Wish I Had an Angel », ce qui permet toutefois de remanier un peu la setlist.

Celle-ci privilégie d’ailleurs la période récente du groupe, puisqu’à l’exception d’un très beau « Sleeping Sun » exécuté parfaitement par Floor Jansen, aucun morceau n’est antérieur à Once (2004). La vocaliste démontre une nouvelle fois qu’elle est l’une des meilleures chanteuses du circuit, aussi bien à l’aise sur les titres initialement chantés par Tarja Turunen ou Anette Olzon. A l’applaudimètre, ce sont d’ailleurs les compositions tirées de Once et Imaginaerum qui récoltent le plus de succès, comme « Storytime » et surtout « Planet Hell » que l’on n’attendait pas spécialement.

Toutefois, la chanteuse donne une nouvelle fois l’impression de porter tout le groupe sur ses épaules. En effet, Emppu Vuorinen ne lève pas une fois la tête pour regarder autre chose que son manche de guitare, tandis que Troy Donockley ne parvient pas à convaincre sur ses parties de chant, trop sages en comparaison de celles de Marko.

En outre, Nightwish présente une scénographie bien plus dépouillée que celle d’Epica qui a précédé les Finlandais sur la Mainstage 2, et utilise la pyrotechnie avec parcimonie. Alors que la lumière du jour décline peu à peu (donnant l’impression que le show aurait été clairement plus percutant de nuit), la setlist s’emballe et c’est tout de même une très belle fin de set que propose le groupe. Dès les premières notes de « Ghost Love Score », l’audience applaudit à tout rompre, ce titre étant l’un des préférés des fans. Autre surprise, les Finlandais attaquent les parties 2 et 3 de « The Greatest Show on Earth », titre épique et progressif qui met tout le monde d’accord. De quoi conclure le set en beauté.

Les musiciens s’approchent alors des spectateurs pour saluer, tandis que retentit la bande-son orchestrale du titre « Ad Astra ». Floor se lance alors sur l’interprétation live du morceau, chantant par-dessus la bande-son et montrant une fois de plus toute l’étendue de son talent.

Avec ce troisième passage au Hellfest et un line-up remanié, Nightwish semble de plus en plus se reposer sur le charisme de sa frontwoman, donnant parfois la sensation d’oublier le collectif. Bien aidé par une setlist efficace, le combo finlandais a toutefois fait le job, sans prendre trop de risques. Un peu plus d’audace serait bienvenue désormais !

Setlist :

Noise
Planet Hell
Tribal
Elan
Storytime
How’s the Heart
Dark Chest of Wonder
I Want my Tears Back
Nemo
Sleeping Sun
Shoemaker
Last Ride of the Day
Ghost Love Score
The Greatest Show on Earth Pt II & Pt III
Ad Astra

Photographies : © LilGoth Live Picture
Toute reproduction interdite sans autorisation de la photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements