Midnight au Hellfest 2022 : le black ‘n’ roll de Midnight retourne la Temple

Midnight - Week-end 2 - Temple - Dimanche 26 - 14h55

À presque 15h, il est soudain minuit sous la Temple quand le trio investit la scène. Encagoulés, les membres du combo de black 'n' roll viennent pour retourner la foule, en recherche d'énergie aujourd'hui. Les styles programmés sur la Temple peuvent beaucoup varier d'un groupe à l'autre, et clairement, rares sont les groupes cette année annoncer autant le bordel dans la fosse que Midnight. On devrait probablement assister aux plus gros pogos de la scène sur cette double édition. Et perdre quelques neurones au passage.

Boum, "Black Rock 'n' Roll" sort des fagots et c'est parti ! Le son est très brut, le tempo super rapide et l'esprit carrément punk. Tout ceci rappelle sans mal le Venom des débuts, et forcément la foule se chauffe déjà bien. Le premier départ en mosh pit attend cependant "Poison Trash", enchaîné sans pause depuis "Black Rock 'N' Roll". Leurs cagoules sont assorties à leurs t-shirts noirs : on ne voit pas leurs visages et c'est très bien comme ça. Les trois membres ne sont pas personnifiés, on se concentre sur la musique et la fosse déchaînée.

Des circle pits gigantesques se forment lorsque Midnight attaque avec les titres bien nerveux. "Evil Like A Knife", puis "Fucking Speed And Darkness" remplissent fort bien ce rôle. D'ailleurs, le second est issu de Rebirth By Blasphemy, l'avant-dernier album sorti il y a deux ans. Si on ajoute les titres de Let There Be Witchery, sorti cette année, on tient quatre titres récents, soit plus d'un tiers du set. Dans la fosse on connaît déjà bien les refrains des titres récents, les têtes se lèvent pour reprendre "Rebirth By Blasphemy" avant de repartir dans le circle pit.

En même temps, on reconnait volontiers que chanter du Midnight, ce n'est pas ce qu'il y a de plus compliqué. Le groupe a au passage une patte toujours très présente quelque soit le morceau joué. Pour un profane présent en ce dimanche, il n'est pas trivial de déterminer les titres plus récents que les autres. On irait presque jusqu'à dire que musicalement c'est toujours la même chose, que tout ceci n'est qu'un prétexte pour se mettre sur la tronche.

Peut-être bien, et vu comme ça la mission est réussie. Devant la scène de la Temple, la fosse est absolument déchaînée ! Pour retrouver des niveaux de mosh aussi massifs, il faut probablement remonter à Sepultura le week-end précédent. Sauf que cette fois il n'y a pas de moments soft, à l'exception de "Satanic Royalty", plus mid-tempo que speed.

À mesure que le temps de set approche de sa fin, Athenar (qui joue aux doigts depuis le début du set) commence à taper le manche de sa basse partout. Celle-ci va terminer par terre, laissant un vacarme de décibels comme bande-son de départ. Commander Vanik fera à peu près de même avec sa guitare, qu'il est à deux doigts de fracasser en fin de set. Sur le final du set à la fin de "Unholy And Rotten", Athenar va même taper les cymbales à mains nues. Aussi chauds bouillants que le public.

C'est fini. Le court set de Midnight était intense et vraiment pas varié, probablement pour la dernière occasion de retourner la Temple cette année !

Setlist

Black Rock 'n' Roll
Poison Trash
Evil Like A Knife
Fucking Speed And Darkness
Rebirth By Blasphemy
Lust Filth And Sleaze
Szex Witchery
Satanic Royalty
Telepathic Nightmare
You Can't Stop Steel
Unholy And Rotten

Photos : Thomas Orlanth. Reproduction interdite sans l'autorisation du photographe

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements