FauxX au Hellfest 2022 : la grosse indus matinale en terre clissonnaise

FauxX - Week-end 2 - Main Stage 1 - Vendredi 24 juin - 10h30

Tout premier groupe sur les Main Stage du 24 juin, FauxX se retrouve à ouvrir la thématique indus du festival, même si Crown la veille était déjà dans ce style. En ce vendredi, la majorité des groupes programmés sur la Main Stage 1 ont été demandés par Nine Inch Nails, ce qui explique cette thématique.

FauxX, c'est donc un duo. Joachim Blanchet en qualité de multi-instrumentiste, au chant et aux claviers divers, accompagné du batteur Job Tronel. Ce dernier n'a d'ailleurs pas chômé, remplaçant au pied levé celui de Crisix plus tard le même jour. Et ce, en plus de ses obligations avec Tagada Jones.

À vrai dire, quand on voit la technique dont il fait preuve derrière ses fûts, ce n'est guère étonnant. Job a un jeu varié qui exploite bien l'ensemble des cymbales à sa disposition. Avec les ambiances lourdes déployées par Joachim, cela donne une base très rythmique. Le set semble cependant trop matinal pour entraîner le public comme il se doit.

Le premier titre, fleuve, annonce la couleur : la musique est dense, et FauxX ne proposera que peu de morceaux. L'écran de fond de scène diffuse les clips vidéos de ces deux premières chansons. "Alt Light Rebirth", super lourd, met bien en avant la rythmique technique de Job. Grosse pression pendant presque dix minutes.

"Their Garbage In The Heart" est lui beaucoup plus basé sur un groove entêtant, mais devient aussi nerveux que le premier lorsque la distorsion se réveille ! Le public (clairement peu présent ce matin) curieux se laisse entraîner dans les méandres du darksynth indus de la formation. Les basses sont juste peut-être réglées trop fort, même si c'est en accord avec le style.

Après un bon quart d'heure, le troisième titre attaque dans la veine des deux premiers, cette fois 100% instrumental. Plus court, il n'est pour autant pas dénué de développements de thèmes. Même sans paroles, FauxX garde cette noirceur, ce côté crade caractéristique du style.

Avec le quatrième et dernier titre, les paroles reviennent et le break est même l'occasion d'un duel rythmique. Joachim abandonne ses claviers, sort des baguettes et se lance sus ses pads dans un duo avec son acolyte. Sympa !

Le set touche à sa fin devant un public toujours restreint. C'était court, comme toujours pour les sets d'ouverture, mais FauxX a pu lancer la thématique indus de la journée. Et le groupe a bien assuré dans ce domaine. On peut toujours regretter que beaucoup d'éléments de la musique restent sur bande mais cela ne dessert pas le propos. C'est surtout le public qui manquait, mais celui-ci ne sera globalement pas assez nombreux sur les Main Stage jusqu'à assez tard dans la journée. Dommage.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements