Jerry Cantrell au Hellfest 2022 : cette fois sans Alice In Chains

Jerry Cantrell - Week-end 2 - Valley - Jeudi 23 juin - 00h45

Il est presque 1h du matin quand Jerry Cantrell s'apprête à investir la Valley. Sur les Main Stage, la tête d'affiche de la journée, Scorpions, va laisser la place à Wardruna, extrêmement attendu. Effectivement, le public répond présent pour la tête pensante d'Alice In Chains, mais la Valley n'est pas remplie. Avec un set de plus d'une heure, on attend que Jerry joue de sa carrière solo autant que des classiques. Brighten, le dernier effort studio date de fin 2021 et devrait être mis à l'honneur.

Alors que le "Godzilla" du Culte de l'Huitre Bleue résonne dans les enceintes, la formation arrive. C'est parti. D'emblée, quelle équipe accompagne Jerry Cantrell ! Six membres constituent son groupe, parmi lesquels on retrouve Greg Puciato en second chanteur et Gil Sharone derrière les fûts. Tous deux sont d'anciens membres du Dillinger Escape Plan. Tyler Bates à la guitare a lui autant participé à des albums de Marylin Manson qu'écrit des BO de films. Il apporte d'ailleurs sa patte sur l'introduction du set en utilisant un archer avec la guitare, balancé sur un enregistreur à boucles. Jerry sait bien s'entourer.

"Atone" ouvre le set, premier titre de Brighten. Il y en aura deux autres, le titre éponyme et "Had To Know", énergiques mais portés mélodies. L'imposant chapeau de Jerry tombera dès la fin de ce premier titre, et l'enchaînement avec le premier titre du cru Alice In Chains dynamite le public. Normal, "Them Bones" est de ces titres exceptionnels, avec son énergie et sa rythmique en 7/8 qui nous entraîne dans l'abîme. Clairement, il y avait moyen de choisir pire pour attaquer le set. Le son est plutôt bon, même si le micro de Greg n'est pas réglé assez fort sur ce début de concert. En revanche, et c'est malheureusement une signature sur ce second week-end, le mix de la Valley est atroce. Si le son est bon près de la scène, il devient confus et même faiblard dès que l'on s'éloigne. Heureusement que Therion ne joue pas trop fort sous la Altar à proximité, sinon le groupe aurait couvert Jerry pour le public le plus éloigné.

Au poste de feu Layne Staley sur toutes les reprises d'Alice In Chains, Greg fait des merveilles. Vu la quantité de reprises jouées ce soir, on ne va pas s'en plaindre. Au final, le public aura droit à dix compositions du groupe, soit largement plus de la moitié du set. En plus d'assurer vocalement sans broncher, Greg Puciato est également très dynamique sur scène et fait le show. Trois autres micros permettent des chœurs additionnels, en plus des voix principales assurées, en fonction des titres, par Jerry ou par Greg. Avant de revenir sur d'autres classiques d'Alice In ChainsJerry Cantrell nous propose une replongée dans Degradation Trip avec "Psychotic Break". Le titre, déjà d'une lourdeur ultime, paraît encore ralenti ce soir sous la Valley : un pur régal ! On savoure, malheureusement ce sera la seule occasion de célébrer les vingt ans de cet album ce soir.

Sans crier gare, c'est avec "We Die Young" que le set continue. Mine de rien, quatre ouvertures d'album viennent de s'enchaîner, en alternance entre lourdeur et énergie. Cette dynamique entre moments énervés et passages posés est une constante du set, naviguant entre les émotions autant qu'entre les époques. Le Alice In Chains récent est aussi de la partie, représenté par le single "Check My Brain". Le titre est bon, mais quitte à n'en prendre qu'un, on en aurait aimé un plus intense. Pourquoi pas "The One You Know" ou "So Far Under".

Les titres s'enchaînent généralement avec très peu de pauses. Ce sont les venues du technicien guitare pour appliquer des réglages au matériel de Jerry qui créent les occasions d'un peu de communication. Jerry Cantrell remarque à quel point cette soirée est folle. Avec Scorpions qui a joué "Coast To Coast", il a cru revenir dans les années 70.

"Cut You In" puis "My Song" sont attaquées et enfin représentent Boggy Depot. Bonnes sélections de ce premier album, ce seront les seules. Dommage, on aurait adoré retrouver "Breaks My Back", "Dickeye" voire "Jesus Hands". La veille, la formation se produisait à l'Alhambra à Paris, heureusement le set était plus riche en titres de la carrière solo. Le très beau "Angel Eyes" de Degradation Trip était par exemple interprété, on aurait aimé qu'il en soit autant ici. S'il est normal de faire des choix pour un set resserré, celui effectué aujourd'hui n'est peut-être pas le meilleur. C'eût été possible de remplacer deux titres d'Alice In Chains par d'autres représentants de la carrière solo.

Ceci dit, à part ce déséquilibre entre compositions d'Alice In Chains et titres de la carrière solo, il est difficile de faire la fine bouche devant le set joué ce soir. "Man In The Box", "Ain't It Like That", "Would?", même "Got Me Wrong" : la sélection fonctionne parfaitement, et on se retrouve soit face à des immenses classiques dont le retrait serait un crime, soit face à des compositions moins évidentes mais qui fonctionnent tout autant. Forcément, avec un tel répertoire, chaque retrait est potentiellement difficile.

En dehors des soucis de son récurrents sous la Valley pendant ce second week-end, c'était un bon set et un très bon moyen de clore ce jeudi 23 juin.

Setlist

Atone
Them Bones [Alice In Chains]
Psychotic Break
We Die Young [Alice In Chains]
Check My Brain [Alice In Chains]
Cut You In
My Song
No Excuses [Alice In Chains]
Man In The Box [Alice In Chains]
Down In The Hole [Alice In Chains]
Had To Know
Ain't It Like That [Alice In Chains]
Got Me Wrong [Alice In Chains]
Brighten
Would? [Alice In Chains]
Rooster [Alice In Chains]

Photos : Thomas Orlanth. Reproduction interdite sans l'autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Jerry Cantrell – Atone

Jerry Cantrell – Atone

Alice In Chains – Rainier Fog

Alice In Chains – Rainier Fog

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements