Hellfest 2022, second weekend : les autres concerts de la Temple

Nous vous avons proposé plusieurs articles sur les têtes d’affiche et différents groupes qui ont joué tout au long du week-end. Mais d’autres groupes auxquels nous n’avons pu consacrer un live-report ont aussi retenu notre attention. Ici, nous vous parlons donc des faits marquants survenus sur la Temple, en-dehors des concerts couverts intégralement. Dédiée notamment au black, au folk metal et à certains courants expérimentaux, cette scène est vénérée par une partie de la rédaction de La Grosse Radio

Jeudi 23 juin

On retrouve Lili Refrain pour un set expérimental de dark folk. L’artiste y enregistre ses parties (y compris de chant) sur un enregistreur à boucles et joue de la guitare par dessus, agrémentant progressivement sa composition. C’est plutôt calme et lent, une ambiance qui préfigure Heilung et Wardruna, qui se produiront plus tard ce jeudi. 

C’est une Temple débordant dans tous les sens qui accueille le projet de metal d'avant-garde Zeal & Ardor. A tel point qu’il est compliqué de voir correctement pour de nombreuses personnes. Bien avant que le concert ne commence, le public est déjà bien présent, alors même que Tribulation, qui joue à côté, n'a pas terminé son concert. Mais bonne nouvelle pour certains, le groupe sera de retour en France le 16 novembre prochain à l’Elysée Montmartre à Paris ainsi que le 28 juin 2023 au Transbordeur de Villeurbanne, cette dernière date étant assez proche du Hellfest 2023…

Quoiqu'il en soit le combo donne un show puissant en lançant les hostilités directement avec “Church Burns”, il joue également d’autres de ses meilleurs titres mêlant black metal et chœurs gospel avec “Götterdämmerung”, “Death to the Holy”, “Devil Is Fine” ou “Trust No One”. Aucun doute que si le groupe venait à se produire à nouveau au Hellfest, il mériterait clairement de jouer sur une Main Stage vu comment il ne cesse de conquérir le public ces derniers temps.

La Temple continue d’être pleine avec le groupe de rock atmosphérique tout droit venu d’Islande Solstafir. Les Nordiques font d’ailleurs figure de chouchous du public en venant pour la troisième fois sur le festival. Un show qui d’ailleurs ressemble beaucoup aux précédents, avec une atmosphère toujours aussi planante et souvent très mélancolique. Tout comme Zeal & Ardor, il fallait donc être bien en avance de 10-15 minutes pour pouvoir assister au concert depuis une position confortable.

Samedi 25 juin 

Arcturus a proposé une des propositions les plus surprenantes du Hellfest sous la Temple en cette fin d’après-midi. Une sorte de black metal fourre-tout avec des sonorités en tous genres. La voix du chanteur aurait clairement pu passer sur des chansons pop à certains moments. En bref, on ne sait toujours pas très bien ce qu’on a écouté, mais c’était une expérience très amusante. 

Sinon, nous avons aussi pu avoir la chance de croiser certains artistes venus assister à des shows sur le festival. C’était le cas de Simone Simons, la chanteuse néerlandaise d’Epica, venue écouter quelques chansons de Myrkur, projet de la chanteuse Amalie Bruun.

Dimanche 26 juin

L’ouverture de la scène black du dimanche sous la Temple était réservée à Sordide, le trio de black francophone de Rouen. Si de petits soucis de son se font sentir en début de set, on apprécie les voix suffisamment en avant. Chacun participe, entre lead vocal, chœurs et hurlements, à ce son un peu black’n’roll mais surtout crade. Le final est envoûtant avec des riffs qui semblent continuer indéfiniment, tentant de nous entraîner dans l’abîme. Une entrée en bouche qui n’aura pas pour autant su attirer une foule massive.

Émotion appuyée un peu plus tard dans la journée, pour le tout dernier concert de Svart Crown ! Le groupe ayant annoncé quelques jours avant la fin de ses activités après cette date, c’est une Temple qui finira bien remplie qui les accueille. Le quatuor lâche tout pour la dernière. L’énergie, bien présente en début de set, laisse progressivement place à l’émotion, évidente, qui se lit sur tous les visages. Un discours sensible précède le tout dernier titre, “An Open Heart”, qui se trouve également clore le dernier EP du groupe, Les Terres Brûlées. Quel point final !

Au rayon des sets particuliers en cette dernière journée, un des plus mémorables est sans doute Cult Of Fire. Avec sa couronne de crânes, ses immenses cornes de diable et son habit intégral, le chanteur entame une cérémonie aux allures de rituel. Beaucoup de cierges sont allumés et disposés sur la table centrale, diffusant des senteurs de rituel dans toute la tente. De chaque côté de cette table, les guitaristes sont assis en tailleur sur des sièges en forme de cobra ! Seule la batterie est bien cachée derrière cette présentation, offrant un spectacle pour le moins dépaysant.

Textes : Sana.Bsh, Antoine Donnay, Félix Darricau. 
Photos : Romain. Toute reproduction interdite sans l'autorisation du photographe. 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements