Helloween & Gamma Ray à  L’Olympia (08.04.2013)

Helloween enflamme l’Olympia

Voir deux légendes du power metal sur la même scène, ce n’est pas banal. Les voir faire l’Olympia, encore moins. Pourtant, Helloween a réussi l’exploit de quasiment remplir la mythique salle parisienne, avec l’aide de son acolyte Gamma Ray. Un moment historique qui, en plus de réunir de groupes à fond sur scène, a eu son lot de surprises. Les brésiliens de Shadowside étaient là pour les épauler.

Shadowside

La soirée est ouverte par le jeune groupe brésilien Shadowside qui en est déjà à son troisième album. Les cinq membres pratiquent un power metal des plus classiques, menés la chanteuse Dani Nolden. Si la belle se montre en voix au début de la prestation, elle montrera des signes de fatigue à la fin du temps imparti au groupe, interprétant « Angel With Horns » de manière assez fausse.

Shadowside

Si les musiciens maîtrisent leurs instruments, leur attitude est assez crispée et ils resteront statiques tout le long du set, malgré la gueulante poussée par Raphael Mattos sur le titre « Inner Monster Out ». Manquer de rock n’roll dans l’attitude, c’est une chose, malheureusement, Shadowside en manque aussi dans son interprétation, preuve en est faite avec la reprise froide et sans saveur du classique de Motörhead « Ace Of Spades ».

Les brésiliens ont donc su se montrer carrés dans l’ensemble du show, ormis les quelques ratés de la chanteuse à la fin, mais ne se sont pas montrés impliqués sur scène, laissant ainsi le public de marbre face à leur performance. Il ne leur reste plus qu’à attendre leur prochaine venue dans la capitale pour tenter de gagner les grâces du public.

Shadowside

Setlist :

I’m Your Mind
A.D.D.
Highlight
Inner Monster Out
Ace of Spades (reprise de Motörhead)
Gag Order
Waste of Life
Angel With Horns

Gamma Ray

Vient maintenant le tour des Hambourgeois de Gamma Ray qui se préparent à délivrer une bonne heure de power metal dont ils ont le succès. Affichant un sourire jusqu’aux oreilles et bougeant de partout tout le long du set, les quatre membres du groupes montrent bien qu’ils sont heureux d’être présents sur la scène de l’Olympia.

Kai Hansen Henjo Richter

Devant une telle motivation, le public, timide sur les deux premiers morceaux joués par le groupe, se réveille sur l’entrainant « The Spirit », seul titre de la période avec Ralph Scheepers au chant joué ce soir. Les acclamations se font ensuite légion entre les titres, si bien que Kai Hansen remercie chaleureusement le public s’essayant au français avec un « c’est l’amour » et jouant « La Marseillaise » au moment du rappel.

Les musiciens sont en forme, mais sont aussi appliqués dans leur jeu et interprètent l’ensemble des titres avec brio, y compris le batteur, Michael Ehré, qui semble bien intégré à la joyeuse bande malgré son arrivée récente en son sein. Les autres musiciens n’hésitent pas à se mettre en avant, dont Henjo Richter, qui se fend d’un solo de guitare concis à la suite de son interprétation de « In The Hall Of The Mountain King » de Grieg. Côté chant, si Kai a récemment montré quelques difficultés en studio, il est irréprochable ce soir, y compris sur un morceau de bravoure comme « Future World », originalement interprété par Michael Kiske à l’époque où les deux étaient dans Helloween.

Dirk Schläcter Gamma Ray

Côté setlist, Gamma Ray pense à inclure des morceaux de son dernier album live, Skeletons & Majesties, notamment en début de set, avec le rare « Men, Martians and Machines ». Le groupe n’oublie pas son dernier album studio en date, To The Metal, en jouant trois titres de celui-ci, dont « Rise », qui n’avait pas été joué lors du dernier passage parisien du groupe. Les deux nouveaux titres du dernier EP en date sont également joués et sont très bien accueillis par le public, apparemment impatient d’avoir un nouvel album. Pour clore le set, le classique « Send Me A Sign » met tout le monde d’accord.

Proche du public et satisfait de la réaction provoquée, Kai Hansen et sa bande repartent de la scène visiblement heureux et avec la promesse de revenir « bientôt, en tête d’affiche cette fois ». Une nouvelle qui a de quoi ravir les nombreux fans présents.

Kai Hansen Gamma Ray

Setlist :

Welcome (sur bande)

Anywhere in the Galaxy
Men, Martians and Machines
The Spirit
Dethrone Tyranny
Master of Confusion
Empire of the Undead
Empathy
Rise
Solo de guitare
Future World (reprise d’Helloween)
To the Metal

Rappel :

Send Me a Sign

HELLOWEEN

Place à la tête d’affiche de la soirée qui donne ce soir son tout premier concert à l’Olympia, la plus grande salle parisienne dans laquelle ils jouent en tant que tête d’affiche. Devant un public en folie, ce qu’Andi Deris ne manque pas de faire remarquer avec un « Paris, tu es fou », le groupe est prêt à tout donner dans un concert de presque deux heures.

Andi Deris Helloween

En tournée pour promouvoir son dernier album en date, le groupe ne manque pas de le mettre en avant avec pas moins de six titres, dont l’épique « Nabataea » et l’enjoué « Straight Out Of Hell ». Dans ce long set, la part belle est faite aux titres chantés par Andi Deris, avec le retour des classiques « Power » et « If I Could Fly » et le maintien de « Steel Tormentor » et d’ »Are You Metal » par rapport au dernier passage des citrouilles à Paris. Les classiques chantés par Michael Kiske, comme « Eagle Fly Free », ne sont tout de même pas oubliés, même si les puristes peuvent regretter que Sascha Gestner change ses solos sur ce dernier titre.

Le groupe n’a pas manqué à sa promesse de réinviter les membres de Gamma Ray sur scène. En effet, au second rappel, c’est un Kai Hansen qui remonte avec ses anciens comparses pour un medley du feu de Dieu qui mélange le classique « Halloween » et deux titres de Walls Of Jericho qui n’avaient pas été joués depuis quelques années : « How Many Tears » et « Heavy Metal Is The Law », sur lesquels Andi et Kai se partagent le micro. Après un tel medley inattendu, le groupe achève le public avec le classique ultime « I Want Out », qui réunit tous les membres de Gamma Ray sur scène.

Michael Weikath Helloween

Le public est certes acquis à la cause d’Helloween, cependant, le groupe ne se repose pas sur ses lauriers. Si les trois musiciens mobiles, Michael Weikath, Markus Grosskopf et Sascha Gestner enchainent les pitreries et les chorégraphies amusantes, Andi ne lâche pas ses fans d’une semelle et les fait participer aux titres, organisant même un combat de chant sur « Live Now ! ». Le chanteur, bien communicatif, exhibe ses bases en français, en déclarant qu’il aime « le vin rouge de la France » un verre de Bordeaux à la main, ou en invectivant un « ta gueule ! » au public à la fin de « Live Now ! ». Il expliquera par la suite que son grand-père était français.

Markus Grosskopf Helloween

Si le show est long et les chansons bien interprétées, certains temps morts font malheureusement leur apparition, notamment lors du solo de batterie guerrier de Dani Löble, trop long et répétitif. Une baisse de régime se fait aussi sentir peu avant le rappel, avec des morceaux moins entrainants comme la ballade « Hold Me In Your Arms », qui n’a peut-être pas sa place dans un tel concert.

Malgré ces légers désagréments, Helloween prouve au public parisien qu’il est tout à fait capable, après presque 30 ans de carrière, de donner un concert de grande qualité dans une salle à la hauteur de son poids dans l’histoire du metal mélodique. Avec un son exemplaire et une scène à la hauteur de leur démesure, les cinq allemands ont su mettre tout leur public d’accord. Reste à voir si leur retour au Hellfest cette année sera aussi positif.

Dani Löble Helloween

Setlist :

For Those About to Rock (We Salute You) (sur bande)

Wanna Be God
Nabataea
Eagle Fly Free
Straight Out of Hell
Where the Sinners Go
Waiting for the Thunder
Steel Tormentor
Solo de batterie
I’m Alive
Live Now!
Hold Me in Your Arms
If I Could Fly
Hell Was Made in Heaven
Power

Rappel :

Are You Metal?
Dr. Stein

Rappel 2 :

Halloween / How Many Tears / Heavy Metal (Is the Law)
I Want Out

A Tale That Wasn’t Right (sur bande)

Photos : © 2013 Olivier GESTIN / INTO The PiT Photographe
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
http://www.facebook.com/intozepit



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements