Skid Row – The Gang’s All Here

On ne va pas se mentir : depuis le départ de Sebastian Bach en 1996, Skid Row n’est plus le même. En effet, après une multitude de chanteurs dans ses rangs au travers d’albums sympas mais loin de la fougue d’antan, on n’attendait pas grand-chose de ce dernier disque en date, The Gang’s All Here, avec encore un nouveau vocaliste. Et pourtant, contre toute attente, le jeune Erik Grönwall réussit le tour de force de faire (presque) oublier Sebastian Bach et donne énormément de sang neuf à Skid Row. Une cure de jouvence ? Oui, plutôt…

Mais revenons-en aux faits. Après un Revolutions Per Minute et les EP United World Rebellion qui n’ont pas permis à Skid Row de renouer avec le succès passé, le groupe était en perdition suite aux passages plus ou moins ratés de Johnny Solinger, Tony Harnell ou de ZP Theart derrière le micro. Qui plus est, le torpillage en règle de ses anciens camarades par le teigneux Sebastian Bach par presse interposée avait de quoi faire rager la bande du bassiste Rachel Bolan. Ajoutez à cela, de nombreuses annonces de reformations du line up original vite descendues en flamme par les intéressées et vous obtenez un Skid Row à la dérive, à l’ombre de sa gloire passée…

Et lorsque les Américains ont annoncé en mars 2022 la venue dans ses rangs du jeune Erik Grönwall (H.E.A.T et ancien candidat de l’émission Idol en Suède), on pensait que le navire allait s’échouer pour de bon. Et pourtant, malgré son très jeune âge (34 ans), le nouveau vocaliste fait des miracles au sein du groupe et apporte l’étincelle qui manquait à Skid Row pour repartir avec le feu sacré. Avec ce The Gang’s All Here, le groupe propose donc de nouveaux morceaux énergiques que l’on croirait tout droit sorti de l’ère de Skid Row ou de Slave To The Grind !

En effet, dès l’opener « Hell Or High Water », les Américains taillent vite dans le lard au travers d’un morceau percutant qui fait taper du pied. On sent que ce Skid Row mouture 2022 est revigoré à bloc et qu’il compte bien le faire savoir au travers de ses nouvelles compositions qui trempent leurs racines dans le bac des années 1990. Ainsi, même si on n’a pas vraiment affaire à de l’originalité à tous les étages (loin de là…), le groupe tape là où ça fait mal et sait mettre en place des compositions qui font mouche (« The Gang’s All Here », « Resurrected », …). Les riffs de la paire Scotti Hill / Dave "The Snake" Sabo sont incisifs et plutôt bien ficelés comme à la belle époque (le costaud « When The Lights Come On », « Tear It Down »).

Erik Grönwall lui, est impérial. En effet, le jeune homme est percutant dans ses attaques et amène énormément de peps à l’ensemble grâce des vocalises tranchantes. Et même si son chant est très proche de celui de Sebastian Bach (c’est presqu’à s’y méprendre sur « Nowhere Fast »), force est de constater que la nouvelle recrue ne cherche pas à singer son illustre prédécesseur. Ainsi, même s’il doit respecter le cahier des charges vocal de l’univers de Skid Row, on sent sa propre patte ici et là (« Not Dead Yet », « Time Bomb » ou la magnifique ballade « World’s On Fire »). Qui plus est, les vidéos live disponibles sur les réseaux sociaux démontrent que Grönwall qu’il est LE chanteur du groupe et non pas un énième remplaçant.

Du côté du son, Skid Row a fait appel au producteur Nick Raskulinecz (Alice In Chains, Foo Fighters, Korn, Mastodon, …) dans ses studios de Nashville pour mettre en boîte All Gang’s Here avec un son percutant et relativement moderne. Ceci étant, le travail de Raskulinecz ne prend pas le contrepied de celui de Michael Wagener lorsque ce dernier avait façonné le classique Slave To The Grind. De fait, ce nouvel album se place donc dans la droite lignée du Skid Row du début des années 1990 mais avec un rendu moderne. Voilà un retour aux sources savamment mis sur pied…

Au final, même si The Gang’s All Here n’a pas la même aura qu’un Skid Row ou d’un Slave To The Grind, cet album a le mérite de proposer des compositions intéressantes et ô combien ra(va)geuses qui font plaisir à entendre. Véritable pierre angulaire de la seconde jeunesse de Skid Row, le chanteur Erik Grönwall possède un sacré potentiel et une voix à tomber à la renverse. N’en déplaise aux puristes, ce nouveau vocaliste a les épaules assez larges pour rentrer dans le costume de ce bon vieux Sebastian Bach ! Et ça, ça n’annonce que du bon pour l’avenir de Skid Row

Tracklist :

  1. Hell Or High Water
  2. The Gang’s All Here
  3. Not Dead Yet
  4. Time Bomb
  5. Resurrected
  6. Nowhere Fast
  7. When The Lights Come On
  8. Tear It Down
  9. October’s Song
  10. World’s On Fire

Sorti 14 octobre 2022 chez earMUSIC

Skid Row - The Gang's All Here
close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...